Trop de télévision serait-il néfaste à toutes les générations? Photo : Itock

La télé, source de problème mental chez les enfants et de déclin verbal chez les plus vieux?

Share

La télévision et les écrans d’ordinateur pourraient bien s’avérer néfastes pour les plus jeunes et pour les plus vieux. Les jeunes adultes pourraient aussi subir plus tard dans leur vie les séquelles d’une trop grande exposition à un flot d’images nécessitant peu ou pas d’interaction.

C’est ce qui semble de plus en plus ressortir de l’analyse des résultats de toute une nouvelle série d’enquêtes scientifiques notamment réalisées au Canada.

L’exposition à la télévision retarderait chez les plus jeunes le développement cognitif et entraînerait à plus ou moins court terme chez les personnes âgées le déclin de la mémoire verbale.

Il suffirait d’une exposition de courte durée pour que la télévision provoque ces carences.

D’abord, la télé dans les chambres d’enfants n’est pas une bonne idée

Photo : Sara BENKIRANE

L’Association américaine de pédiatrie déconseillait déjà aux parents de ne pas exposer quotidiennement les enfants à la télévision. Or, selon une étude réalisée au Québec, il appert maintenant qu’utiliser la télé ou les jeux vidéo comme aide-gardienne ou comme compagnon de chambre ne rendent réellement pas service aux enfants d’âge préscolaire. Une surexposition compromettrait le développement mental et physique durant la petite enfance et favoriserait l’apparition d’autres problèmes plus tard.

Photo Linda Pagani

« La petite enfance est un moment crucial du développement de l’enfant », explique Linda Pagani, professeure à l’École de psychoéducation de l’Université de Montréal et chercheuse au Centre de recherche du CHU Sainte-Justine. 

En 2016, l’équipe de Linda Pagani avait montré l’existence d’un lien entre les jeunes enfants qui regardent trop la télévision et un risque plus élevé d’adopter un comportement agressif et antisocial à l’égard d’autres élèves à l’âge de 13 ans.

La nouvelle enquête, qui porte sur l’observation de 907 filles et 952 garçons, tend à montrer que la surexposition à un écran dans la chambre durant la petite enfance nuit au développement de compétences et favorise la survenue d’autres problèmes à l’adolescence. On parle de mauvaises habitudes alimentaires, d’une mauvaise condition physique (indice de masse corporelle élevé), de difficultés de sociabilisation, d’une détresse émotionnelle plus grande et de symptômes de dépression.

Voyez ce qu’en pensent les spécialistes québécois dans ce domaine

Un enfant sur deux commence à regarder la télévision avant 18 mois. Photo: AFP

Les personnes âgées devraient-elles aussi s’abstenir de regarder trop la télé

Photo : iStock

Deux chercheurs de l’University College London viennent de publier les résultats d’une analyse portant sur près de 3700 personnes âgées de 50 ans et plus. Ils concluent qu’écouter plus de 3,5 heures de télévision par jour est associé à un déclin de la mémoire verbale des personnes âgées.

La mémoire verbale est cette capacité du cerveau à retenir des informations nouvellement acquises. Quelqu’un qui a des problèmes de mémoire verbale, par exemple, pourra poser des questions concernant des éléments discutés seulement quelques minutes plus tôt.

Selon les chercheurs britanniques, les personnes âgées qui écoutaient plus de 3,5 heures de télévision par jour ont subi un déclin de leur mémoire verbale au cours des six années suivantes. Ils ont mesuré chez ces personnes un déclin de 8 à 10 % de la mémoire verbale. Chez les participants qui écoutaient moins de 3,5 heures de télévision par jour, le déclin n’était que de 4 à 5 %. Les conclusions de cette étude sont publiées par le journal Scientific Reports.

La télévision est-elle vraiment la cause du déclin de certains aînés?

Les chercheurs soutiennent, sans le prouver, que la nature passive de la télévision, comparativement à des activités plus interactives, contribue au déclin de la mémoire.
Une autre étude publiée dans les années 90 avait démontré pourtant qu’une perte de loisirs comptait parmi les signes les plus précoces d’un déclin cognitif qu’il est possible de détecter.
Le raisonnement est le suivant : si vous avez de moins en moins de loisirs, il y a de fortes chances que vous regardiez plus de télévision.

Les jeunes adultes millénariaux seraient eux aussi vulnérables aux effets de la télé

Photo Istock

Une étude publiée il y a trois ans dans le Journal of the American Medical Association (JAMA) affirmait que les jeunes adultes qui regardent trop la télévision pourraient eux aussi connaître des problèmes cognitifs plus tard dans leur vie. En fait, selon les chercheurs américains, ils courraient deux fois plus de risques d’avoir des problèmes cognitifs.

Durant 25 ans, les chercheurs ont suivi 3247 personnes qui avaient au départ de 18 à 30 ans pour évaluer l’impact de leur activité physique et du temps passé devant la télévision sur leurs fonctions cognitives.

Les chercheurs ont testé leurs performances cognitives après 25 ans en utilisant trois tests destinés à analyser la rapidité de réflexion, les fonctions d’exécution et la mémoire verbale.

« Les participants avec les habitudes de vie les moins actives, c’est-à-dire avec peu d’activité physique et beaucoup de télévision, étaient les plus susceptibles d’avoir de mauvais résultats à ces tests cognitifs », souligne le rapport.

Les jeux vidéo 3D sont bénéfiques pour votre mémoire. Photo : iStock

Le secret d’une meilleure santé cognitive passerait-il par certains jeux vidéo?

Sylvie Belleville Photo : CHUM

Une personne âgée de 55 à 75 ans qui joue à des jeux vidéo 3D, comme Super Mario 64, peut améliorer ses fonctions cognitives et possiblement prévenir la maladie d’Alzheimer. C’est ce qu’affirme Sylvie Belleville, directrice scientifique du Centre de recherche de l’Institut universitaire de gériatrie de Montréal.

Elle se réfère à une étude de l’Université de Montréal qu’elle a codirigée, et dont les résultats ont été publiés à la fin de l’année 2017 dans la revue scientifique PLOS ONE. Notez cependant le très petit échantillon de personnes sondées.

Pour les besoins de cette étude, les chercheurs ont demandé à 33 personnes âgées de 55 à 75 ans de jouer à des jeux vidéo comme Super Mario 64 sur une console Wii. Les participants devaient jouer 30 minutes par jour, 5 jours par semaine.

Au terme de cette expérience, des tests d’imagerie par résonance magnétique ont été effectués auprès des participants. Les chercheurs ont découvert que la matière grise avait gagné en volume dans leur hippocampe, qui est le siège de la mémoire spatiale et épisodique.

Sylvie Belleville souligne que ce ne sont pas tous les jeux vidéo qui permettent de stimuler l’hippocampe. Les jeux vidéo 3D exigent de cette structure du cerveau qu’elle crée une carte cognitive, c’est-à-dire une représentation mentale de l’environnement virtuel des jeux que le cerveau apprend.

LISEZ LA SUITE : La diminution l'inflammation réduirait-elle la prévalence de la maladie d’Alzheimer?

À gauche, le cerveau d’une personne de 70 ans atteinte de l’alzheimer. À droite, le cerveau d’une personne de 70 ans qui ne présente aucune trace de la maladie. Photo : Université de Washington

RCI avec La Presse canadienne, AFP et la contribution de Mathieu Dugal et de Patrick Masbourian de Radio-Canada

En complément

Une télévision dans une chambre d’enfant n’est pas une bonne idée – Radio-Canada

Une nouvelle approche en soins personnels améliore la santé de personnes âgées atteintes de démence – RCI 

Hausse du nombre de personnes âgées atteintes de démence au Canada et nouveaux défis pour le système de santé – RCI 

Share
Catégories : Arts et spectacles, Internet et technologies, Santé
Mots-clés : , , , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*