Jaklyn De Vos est assise au volant de sa fourgonnette près de chez elle à Vancouver. Elle avait prévu rendre visite à son parrain à Seattle dans l'état voisin de Washington, lorsque son partenaire et elle ont été interrogés à un poste frontalier américain à Abbotsford, en Colombie-Britannique (Ben Nelms/CBC).

Les États-Unis retiennent une Canadienne des heures et lui refusent l’entrée

Share

Jaklyn De Vos, une conceptrice de logiciels de Vancouver, affirme avoir maintenant peur d’entrer aux États-Unis après avoir été détenue pendant des heures sans qu’on ne lui en explique le motif. Elle a fini par se voir refuser l’entrée, une situation que des avocats spécialisés en immigration affirment être de plus en plus courante.

Elle avait prévu rendre visite à son parrain à Seattle, en avril, mais son partenaire et elle ont été interrogés au poste frontalier de Sumas, à Abbotsford, en Colombie-Britannique.

Après près de cinq heures d’attente, un agent de la patrouille frontalière américaine lui a dit qu’on lui refusait l’entrée et qu’elle aurait besoin d’un visa. Cela n’est normalement pas exigé des Canadiens aux postes frontaliers terrestres pour entrer de nouveau aux États-Unis.

Sans casier judiciaire ni antécédents de problèmes d’entrée aux États-Unis, Mme De Vos affirme ne pas comprendre pourquoi on ne lui a pas donné d’explication. Le refus ne s’appliquait pas à son partenaire, mais les deux ont décidé de faire demi-tour et de retourner à Vancouver.

« J’ai des amis et de la famille aux États-Unis que j’aimerais voir, alors c’est vraiment frustrant de ne pas pouvoir le faire ou de ne pas avoir d’informations à ce sujet », dit-elle.

De plus en plus de cas

Des avocats en immigration de la Colombie-Britannique et de l’État de Washington constatent une augmentation du nombre de voyageurs canadiens frappés sans explication d’une interdiction de séjour de cinq ans par les gardes-frontières américains.

« Il y a certainement quelque chose qui se passe en ce moment… Nous constatons des refus et des demandes inhabituels que nous n’avions pas vus depuis des années », déclare Mark Bélanger du Border Solutions Law Group.

M. Bélanger affirme que la chose la plus facile à faire pour les gens dans des situations semblables à celle de Mme De Vos est de refuser leur propre entrée. « C’est techniquement un retrait de votre demande d’admission, et ils la ils vous relâcheront au Canada, dit-il, même si vous avez été détenu pour être interrogé. »

(Loren Elliott/Reuters)

Cette hausse des interdictions de séjour constitue une « tendance troublante », selon l’avocat Len Saunders, en raison de leur caractère arbitraire. Me Saunders, qui pratique le droit de l’immigration depuis deux décennies, dit avoir remarqué une augmentation spectaculaire des interdictions de voyager au cours de l’été.

Les interdictions de séjour sont la conséquence de ce que l’on appelle des « renvois accélérés ». Elles sont décidées sur-le-champ par un agent d’immigration et elles ne sont donc pas soumises à l’approbation d’un juge.

Une tendance à la hausse depuis l’été dernier

Les chiffres officiels sur le nombre de Canadiens ayant fait l’objet d’une interdiction ne sont pas encore disponibles, mais le U.S. Customs and Border Protection confirme cette hausse.

L’avocat spécialisé en droit de l’immigration Andrew Hayes, qui travaille pour un cabinet ayant des bureaux en Colombie-Britannique et à Washington, a déclaré que la raison de l’augmentation des interdictions n’est pas totalement claire.

La cause probable, selon lui, est un désir général de l’administration du président Donald Trump de projeter une plus grande fermeté sur les questions d’immigration.

Bienvenue aux États-Unis Photo : AP

RCI avec les informations de Gian-Paolo Mendoza, Cathy Kearney et Clare Hennig de CBC News et la contribution de Radio-Canada

En complément

Plus de souplesse pour les voyageurs transportant du cannabis à la frontière canadienne – RCI 

Une bibliothèque à cheval sur la frontière canado-américaine accueille des familles séparées par le décret de Trump – RCI 

Incident aéroportuaire autour du turban d’un ministre canadien : les États-Unis s’excusent – RCI 

Share
Catégories : Immigration et Réfugiés, Politique
Mots-clés : , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

*