L’OMS « préqualifie » un premier vaccin contre l’Ebola

Un grand pas vers la victoire. Pour la première fois, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a « préqualifié » un vaccin contre l’Ebola. Une étape décisive pour l’homologation du vaccin et son utilisation dans d’autres pays « à haut risque ».

Jusqu’ici, le vaccin n’était utilisé qu’en République démocratique du Congo (RDC). Depuis le début de l’épidémie en RDC, qui a causé la mort de 2190 personnes sur plus de 3290 cas, des centaines de milliers d’individus ont été vaccinées.

Dans un communiqué transmis aux médias, l’institution onusienne s’est réjouie de cette avancée médicale. Selon elle, cela représente « une étape cruciale qui permettra d’accélérer son homologation, son accès et son déploiement dans les pays les plus exposés aux épidémies d’Ebola ».

L’opération de préqualification vaccinale est la plus rapide jamais organisée par l’OMS. Dans les faits, le vaccin répond aux normes de l’agence spécialisée « en matière de qualité, de sécurité et d’efficacité ». De son côté, la Commission européenne a donné son feu vert le 12 novembre dernier pour la mise sur le marché du vaccin Ervebo, fabriqué par le laboratoire américain Merck Shape and Dohme.

Détails sur le vaccin :

Les résultats positifs concernent le vaccin produit par le laboratoire pharmaceutique américain Merck Sharp & Dohme (MSD). Le principe consiste à induire une réponse immunitaire spécifique (anticorps et cellules tueuses) dirigée contre une glycoprotéine de l’enveloppe externe du virus Ebola, dont on a montré qu’elle avait une capacité vaccinale. Pour ce faire, on insère le gène codant pour cette protéine dans le génome d’un virus que l’on a rendu inoffensif en supprimant les parties du génome qui causent sa pathogénicité, ce que l’on appelle un vecteur viral, d’usage courant en biotechnologie.

Dans ce cas particulier, le vecteur est dérivé du virus de la stomatite vésiculaire (VSV), d’où le nom de rVSV-ZEBOV donné à ce vaccin, « r » pour « recombinant » et « Z » pour Zaïre. Dans d’autres cas en cours de mise au point, les vecteurs utilisés peuvent être un adénovirus, le virus de la rougeole, etc. Le virus inoffensif, ayant intégré le gène de la protéine vaccinale dans son génome (virus recombinant), pénètre dans les cellules du sujet. La protéine vaccinale y est alors produite.

Son expression induit la réponse immunitaire spécifique que l’on souhaite protectrice. Les tests menés sur le macaque ont montré son innocuité et une protection totale vis-à-vis du virus Ebola virulent. Il en est de même pour un vaccin utilisant un vecteur adénovirus.

(Source : Encyclopédie Universalis)

Les autorités sanitaires américaines en collaboration avec l'Organisation mondiale de la santé ont annoncé hier que deux médicaments augmenteraient de façon importante le taux de survie de patients qui ont le virus de l'Ebola. Explications avec le Dr Gaby Kobinger, chercheur et microbiologiste à l'Université Laval.

Lire aussi :

Combattre la stigmatisation des personnes guéries de l’Ebola en RDC

Le vaccin canadien contre l’Ebola aurait pu sauver encore plus de vies

Virus Ebola : un vaccin canadien rempli de promesses

Catégories : International, Santé
Mots-clés : , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*