FENG YU/GETTY IMAGES/ISTOCKPHOTO

61 % des Canadiens reçoivent un bonus de fin d’année. Pourquoi pas vous?

Que cela soit sous forme de bonus de Noël ou de prime de vacances, 61 % des travailleurs canadiens obtiennent une récompense en cette période de l’année. Mais de ce lot d’employés chanceux, une faible minorité pourra compter cette année sur de l’argent sonnant.

C’est ce que révèle une enquête menée pour le compte de l’entreprise de logiciels de paie et de ressources humaines ADP Canada, où l’on découvre qu’à peine 15 % des 61 % des travailleurs qui reçoivent quelque chose de plus de leur employeur à cette période-ci de l’année reçoivent effectivement une prime sous forme d’argent.

(Stuart Dee/Getty Images)

L’absence d’une véritable bonification monétaire déçoit. Ainsi, 54 % des personnes sondées déclarent leur préférence pour de l’argent comptant comme premier choix parmi une large sélection allant de carte-cadeau aux dîners d’employés, genre de repas-partage. Dans l’ensemble, la sélection est jugée comme peu satisfaisante.

En fait, il appert que le recours à ces dîners ou soupers du temps des fêtes est l’outil préféré des employeurs pour montrer qu’ils font quelque chose pour afficher leur appréciation de leur personnel, et ce dans 40 % des cas.

Parmi les autres mesures, les plus populaires figurent l’octroi de journée de congés supplémentaires dans 28 % des cas ou un cadeau en bonne et due forme, mais seulement dans 16 % des cas.

Enfin, un tiers des employeurs ne fournit aucune reconnaissance à leurs employés en fin d’année.

Le saviez-vous?
Au Québec, un cadeau ou une récompense qu’un employeur offre à un employé constitue un avantage imposable dont la valeur doit être incluse aux cases A et L du relevé 1 (RL-1) de l’employé.
Si le cadeau ou la récompense n’est pas en argent, l’employeur doit inclure la TPS et la TVQ dans le calcul de la valeur de cet avantage.
Cela dit, un chèque-cadeau qui peut être utilisé pour acheter un bien ou un service chez un ou plusieurs commerçants n’est pas considéré comme étant des cadeaux ou des récompenses facilement convertibles en argent. Pour cette raison, ils ne sont donc pas imposables. Joyeuses fêtes!

moneysense.ca

Des différences provinciales où les Québécois festifs se démarquent

Les Canadiens des provinces de l’Atlantique sont les plus susceptibles de recevoir de l’argent. Alors, 23 % des travailleurs de ces quatre provinces s’attendent à obtenir un supplément sur leur chèque de paie, comparativement à 15 % à l’échelle nationale.

(© Ulrik Tofte, thinkstock.com)

Ce sont les milieux de travail au Québec qui sont les plus portés à la fête. Au moins 51% des répondants de cette province ont déclaré que leur lieu de travail tiendrait une fête de fin d’année, comparativement à la moyenne nationale qui est de 40 %.

Les travailleurs de la Colombie-Britannique sont les plus susceptibles d’obtenir du temps de congé supplémentaire, tandis que ceux du Manitoba et de la Saskatchewan sont les plus susceptibles de ne recevoir aucun signe de remerciement de leurs employeurs en fin d’année.

Dans ce sondage en ligne réalisé auprès de 1562 employés canadiens, du 1er au 4 novembre dernier, la marge d’erreur est de 2,5 points de pourcentage, 19 fois sur 20.

Les commerçants canadiens sont emballés par nos cadeaux de Noël cette année

PHOTO : ASSOCIATED PRESS / GUNNAR RATHBUN

RCI avec les informations de Brandie Weikle de CBC News 

En complément

Publicité mensongère de Canadian Tire sur les arbres de Noël artificiels? – RCI 

Les trains du CP sont festifs à l’approche de Noël – RCI 

Achats de Noël : coup de main un peu gauche des robots en magasin – RCI 

Catégories : Économie, Société
Mots-clés : , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la Nétiquette.

Nétiquette
Quand vous vous exprimez dans le cadre d’une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu’un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d’accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c’est bien là l’intérêt des tribunes! La nétiquette est l’ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d’intervenir dans une tribune, il est important d’en prendre connaissance. Sinon, on risque l’expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s’inscrire, les utilisateurs sont tenus d’indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s’afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s’il existe un doute quant à l’identité de son auteur.
  2. L’usurpation de l’identité d’autrui dans l’intention d’induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d’expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l’âge, l’origine ethnique, la religion, le sexe ou l’orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l’origine ethnique, l’appartenance à une religion ou à un groupe d’âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l’agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l’exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d’un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d’injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L’échange d’arguments et de vues contradictoires est un élément clé d’un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d’un dialogue ou d’une discussion privée entre deux participants qui s’interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L’usage d’autres langues, à l’exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L’envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L’insertion d’images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L’inclusion d’hyperliens vers d’autres sites est permise, à condition qu’ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n’est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d’un texte d’autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d’Internet.
  18. Radio Canada International  n’est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*