L’Australie et le Canada commencent à rôtir sous un climat de catastrophes

Dans le contexte des catastrophiques incendies de forêt en Australie qui ébranlent le pouvoir politique et secouent les citoyens de ce pays, nous parlons des répercussions des catastrophes naturelles au Canada qui sont en nette progression depuis 40 ans.

Sous l’effet d’un réchauffement climatique qui s’est enflammé durant la dernière décennie, les factures de nos gouvernements pour secourir les Canadiens ne cessent d’augmenter, et particulièrement depuis les cinq dernières années.

Les responsables gouvernementaux affirment toutefois que lors des crises à venir, les simples citoyens devront se résoudre à devenir des acteurs de solution de plus en plus indispensables et responsables.

Nos invités sont Michel Doré, président du Réseau canadien d’étude des risques et dangers, et Jean-Francois Boucher, expert en écoconseil au Département de sciences fondamentales de l’Université du Québec à Chicoutimi.

Écoutez ou regardez – Durée: 40:51

Écoutez

Catastrophes naturelles : les factures du Canada s’enflamment depuis cinq ans
Près d’un demi-milliard de dollars. C’est la facture annuelle que le gouvernement canadien peut s’attendre à payer pour faire face aux futures catastrophes naturelles. Et 5,4 milliards ont été distribués aux provinces par le gouvernement canadien depuis 1970. Mais près du quart de toute cette somme, soit 1,3 milliard, a été versée au cours des seules trois dernières années.

Comment le « Big One » à Vancouver ruinerait-il les assureurs et… les Canadiens!
C’est au tour cette fois du Conference Board du Canada de décrire un scénario d’apocalypse concernant le choc que ferait subir à tous les Canadiens un tremblement de terre de magnitude 9 sur la côte ouest de la Colombie-Britannique. Il se répercutera ultimement sur le portefeuille de 36 millions de contribuables canadiens.

En cas de tremblement de terre et d’incendie : Montréal mal préparée
L’Institut de prévention des sinistres catastrophiques s’est penché sur la question, en procédant à une évaluation des risques et des réactions pour la ville en situation d’urgence reliée à un tremblement de terre. L’organisme a constaté dans son étude, intitulée Incendie après séisme dans la grande région de Montréal, que la ville serait prise au dépourvu.

Failles dans les inspections de nos centrales nucléaires exposées aux séismes
Quatre centrales nucléaires sont en service au Canada : trois en Ontario, et une au Nouveau-Brunswick. Or, on apprenait en 2016 que la moitié des inspections prévues entre 2013 et 2015 n’ont tout bonnement pas été réalisées. Le manque de disponibilité des inspecteurs et l’absence adéquate de guides écrits d’inspection étaient en partie à la base de cet échec.

Les volcans du Canada sont-ils dangereux?
Les énormes éruptions de volcans au Guatemala et à Hawaï montrent combien les catastrophes naturelles peuvent bouleverser la vie des gens. Beaucoup de Canadiens ignorent qu’une grande partie du pays se trouve le long de la fameuse ceinture de feu du Pacifique, qui comprend un certain nombre de volcans encore actifs et certains sont très proches d’une grande ville canadienne.

Où sont donc les volcans en éruption au Canada?
Il y a eu en fait au moins 49 éruptions volcaniques en Colombie-Britannique et au Yukon au cours des 10 000 dernières années. Le mont Garibaldi, près de Vancouver, pourrait-il s’activer prochainement? Comment se fait-il que nos livres d’histoire n’évoquent pour ainsi dire jamais le souvenir de volcans en éruption sur notre territoire?

Catastrophes naturelles : comment le Québec et le Canada peuvent-ils être touchés?
Selon Philippe Gachon, professeur de géographie à l’Université du Québec à Montréal, on voit au pays des catastrophes de plus en plus fréquentes et intenses qui engendrent des coûts économiques importants. Les inondations représentent à peu près 40 % de toutes ces catastrophes, mais elles correspondent à 75 % des coûts économiques du gouvernement.

La radio : incontournable en situation d’urgence et de catastrophe
En janvier 1998, lors de l’importante tempête de verglas qui a paralysé le sud du Québec pendant plusieurs jours, la radio a prouvé à quel point elle était indispensable. Alors qu’au pire de ce désastre, 1,4 million de Québécois étaient privés d’électricité, la radio a permis d’offrir un service d’information de première ligne.

Le meilleur de la semaine en Images

Catégories : Économie, Environnement, International, Politique
Mots-clés : , , , , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Pour des raisons indépendantes de notre volonté et, pour une période indéterminée, l'espace des commentaires est fermé. Cependant, nos réseaux sociaux restent ouverts à vos contributions.