La communauté autochtone de La Loche es devenue l’épicentre de la COVID-19 dans la province de Saskatchewan. En date de vendredi, 179 cas au total ont été signalés dans le Grand Nord de la province, dont 148 sont toujours actifs. Deux personnes âgées de la communauté sont décédées. (Photo : Bridget Yard/CBC)

Le virus sévit dans un village canadien isolé

Le nombre de cas reste faible, mais pour la communauté autochtone isolée de La Loche au nord de la province de Saskatchewan, la multiplication des infections au coronavirus préoccupe les autorités et la population. 

Les jeunes pensent qu’ils sont invincibles parce qu’ils ne sont pas trop en danger, mais les personnes âgées et vulnérables le sont. Nous sommes très inquiets qu’ils tombent malades.Robert St. Pierre, maire de La Loche

Le virus s’est propagé à La Loche principalement par des jeunes qui boivent ensemble et ignorent les exigences de la distanciation sociale, a déclaré jeudi le médecin hygiéniste du Nord, le Dr Rim Zayed.

La vente d’alcool interdite

Le panneau affiché sur un magasin des alcools de La Loche le samedi matin. (Photo soumise par Chester Herman à CBC News)

Vendredi, le maire St. Pierre a demandé la fermeture des magasins d’alcool.

Le samedi matin, les magasins d’alcool provinciaux et locaux et les commerces de la ville ont été fermés. Ils le resteront pendant les deux prochaines semaines.

« Le magasin de La Loche sera fermé jusqu’à nouvel ordre », peut-on lire sur un panneau affiché à la porte du magasin de la Saskatchewan Liquor and Gaming Authority (SLGA), géré par la province.

Des épidémies plus importantes au Canada ont touché des usines de viande de l’Alberta et des maisons de retraite du Québec, mais la pandémie pose des défis uniques à La Loche, une communauté défavorisée.

Le faisceau de cas, qui a commencé il y a un peu plus de deux semaines, a fait de La Loche l’épicentre de COVID-19 en Saskatchewan. En date de vendredi, 179 cas au total ont été signalés dans le Grand Nord de la province, dont 148 sont toujours actifs. Deux personnes âgées de la communauté sont décédées.

La Saskatchewan ne comptait que 17 cas actifs dans ses régions méridionales les plus peuplées, mais 148 dans son extrême nord en date de vendredi.

La Loche, qui compte 2400 habitants, ainsi que la nation dénée voisine de Clearwater River, en abritent 125 des 148, selon son centre d’opérations d’urgence.

Les flambées dans les communautés autochtones sont particulièrement préoccupantes pour les responsables de la santé au Canada, étant donné les problèmes souvent déjà présents, tels que le surpeuplement des logements.

Les responsables de la santé font maintenant du porte-à-porte dans le village pour vérifier les symptômes et effectuer des tests.

Le gouvernement provincial a interdit les voyages non critiques dans le nord de la Saskatchewan et a imposé des contrôles routiers.

La Saskatchewan a commencé à rétablir des services tels que la dentisterie lundi, mais pas à La Loche. La province ouvrira des magasins de détail, des salons de coiffure et d’autres services le 19 mai.

La Loche a déjà connu un grand drame

Des membres de la Gendarmerie royale du Canada se tiennent devant l’école communautaire de La Loche, en Saskatchewan, le lundi 25 janvier 2016. La Cour suprême du Canada doit décider aujourd’hui si elle entendra l’appel d’un jeune homme qui a tué quatre personnes et blessé sept autres lors d’une fusillade massive dans le nord de la Saskatchewan. (Photo : THE CANADIAN PRESS/Jonathan Hayward)

La Loche, située à 600 kilomètres au nord de la plus grande ville de la Saskatchewan, Saskatoon, a déjà connu une tragédie. Le 22 janvier 2016, quatre personnes ont été tuées et sept autres blessées lors d’une fusillade.

Deux personnes, qui seraient les cousins du suspect, ont été tuées à leur domicile, un enseignant et un assistant pédagogique ont été tués à l’école communautaire de La Loche.

Un suspect de 17 ans a été appréhendé et mis en détention.

En complément : 

RCI avec Reuters, CBC News. 
Catégories : Autochtones, Santé, Société
Mots-clés : , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Pour des raisons indépendantes de notre volonté et, pour une période indéterminée, l'espace des commentaires est fermé. Cependant, nos réseaux sociaux restent ouverts à vos contributions.