Iqaluit – Vendre le froid nordique au Salon du Bourget

Share
Iqaluit, au Nunavut. (La Presse Canadienne)
Iqaluit, au Nunavut. (La Presse Canadienne)

Une délégation de gens d’affaires et de représentants de la ville d’Iqaluit est au Bourget à Paris afin de faire la promotion de la « valeur ajoutée » du froid de la ville à l’industrie de l’aviation. Dans le cadre du 50 Salon du Bourget à Paris – Le plus gros rassemblement d’avionneurs et de clients au monde – la délégation entend démontrer à quel point Iqaluit est l’endroit idéal pour tester un aéronef en conditions de froid extrême.

« Nous sommes votre destination de choix » affirme le conseiller municipal Mark Morrissey.« Nous voulons qu’Iqaluit leur vienne en tête dès qu’ils songent à vouloir tester un appareil ou un moteur au grand froid et que cette image leur reste en tête. »

Le Salon du Bourget à Paris attire annuellement plus de 350 000 visiteurs et des gens de l’industrie de l’avionnerie de plus de 45 pays.

Eric Leuthold fait également partie de la délégation du Nunavut. Il est le propriétaire de Frobisher Bay Touchdown Services, une entreprise qui offre des services de support logistique aux compagnies qui viennent tester leurs appareils dans la capitale du Nunavut. « C’est en fait la première fois qu’une entreprise privée de chez nous se présente au Bourget à Paris – c’est même le premier salon aéronautique auquel une compagnie du Nunavut est présente – afin de faire la promotion des services disponibles à Iqaluit »

Toujours selon Monsieur Leuthold, « Nous croyons qu’il y a un retour de 30 pour 1 sur notre investissement dans une mission du genre. C’est donc très important pour notre communauté. C’est un plus pour toutes les entreprises. Ce serait génial si nous pouvions attirer des grosses compagnies aériennes de calibre mondial dans notre petit village nordique. »

Selon une première analyse des membres de la délégation, même si la mission actuelle au Bourget n’amène qu’un seul contrat à Iqaluit, cela générerait des revenus de 250 000 à 500 000 dollars pour l’économie locale.

La ville d’Iqaluit a contribué à la hauteur de 40 000 dollars à cette mission en France.

Share
Raymond Desmarteau, Radio Canada International

Raymond Desmarteau, Radio Canada International

Pour d’autres nouvelles du Canada et d’ailleurs, visitez le site de Radio Canada International.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *