La construction de l’aéroport d’Iqaluit soulève des questions chez des fournisseurs Inuit

Share
La construction du nouvel aéroport d'Iqaluit représente à ce jour le plus gros investissement du gouvernement territorial. (Pat Nagel / CBC)
La construction du nouvel aéroport d’Iqaluit représente à ce jour le plus gros investissement du gouvernement territorial. (Pat Nagel / CBC)

Le président de la corporation Qikiqtaaluk, Harry Flaherty, veut savoir de quelles façons les Inuit profiteront de la manne de 300 millions de dollars à être investis dans la construction du nouvel aéroport d’Iqaluit au Nunavut dont l’ouverture est prévue dans quatre ans.

Déjà le gouvernement territorial a indiqué qu’il y aurait des obligations imposées aux diverses compagnies qui réaliseront ce projet d’envergure d’avoir « une implication inuit. » Par contre, la corporation Qikiqtaaluk avait récemment offert ses services à une des compagnies que l’on retrouve sur la liste finale des soumissionnaires acceptés mais n’a pas été retenue et Monsieur Flaherty exige des explications.

« Le gouvernement du Nunavut doit clarifier la situation. À quel niveau, jusqu’à quelle hauteur pourront participer, nous les Inuit, qui seront les propriétaires et les bénéficiaires de ce méga projet. À ce jour, je n’en sais rien, » affirme Harry Flaherty.

Qikiqtaaluk voulait monter des résidences pour les travailleurs et des garages pour le gros équipement. Au final, le gouvernement du Nunavut a donné ce contrat à la société Arctic Infrastructure Partners, un consortium de quatre entités, une société financière internationale, deux firmes de constructions de Montréal et les Autorités aéroportuaires de Winnipeg.

La construction du nouvel aéroport d’Iqaluit est le plus gros projet d’investissement et de construction entrepris à ce jour par le gouvernement territorial.

Partnerships British Columbia a été retenue pour la gestion totale du projet.

Le projet global comprend la construction de la nouvelle aérogare, la réparation et l’amélioration de la piste d’atterrissage et l’ajout d’une unité d’appui de pompiers.

Les partenaires devront faire fonctionner adéquatement l’aéroport pour 30 ans tout en le maintenant dans des conditions optimales.

Share
Raymond Desmarteau, Radio Canada International

Raymond Desmarteau, Radio Canada International

Pour d’autres nouvelles du Canada et d’ailleurs, visitez le site de Radio Canada International.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *