L’inquiétant assèchement des lacs dans le Nord canadien

Lacs desséchés dans le Parc national Wapusk près de Churchill, dans le nord du Manitoba. (Photo prise par H.White, juillet 2013)
Lacs desséchés dans le Parc national Wapusk près de Churchill, dans le nord du Manitoba.
(Photo prise par H.White, juillet 2013)
Les hivers y sont moins neigeux, les étés plus secs. Résultat : les plans d’eau des régions subarctiques du Canada commencent à manquer d’eau. Et cette constatation est maintenant visible à l’oeil nu.

Frédéric Bouchard est stagiaire postdoctoral au Département de géographie et au Centre d’études nordiques à l’Université Laval de Québec. Il est le premier auteur d’une étude pour laquelle il a eu à analyser le degré d’assèchement de plus de 70 lacs dans les régions de Old Crow, au Yukon, et de Churchill, au Manitoba.

Les lacs les plus touchés par l’évaporation des eaux sont ceux situés dans des milieux peu accidentés et entourés de végétation rase. Dans cette région du Canada, les chutes de neige représentent de 30 à 50 % des précipitations totales annuelles, mais cette moyenne a fortement diminué depuis quelques années comparativement aux moyennes qui y étaient enregistrées il y a une décennie et plus.

D’autres études en cours suggèrent que cet assèchement est également observable dans certains endroits de l’île de Baffin au Nunavut.

Les recherches et observations de Frédéric Bouchard, tout comme celles de 11 de ses collègues chercheurs, issus de quatre universités canadiennes, sont publiées ces jours-ci dans une revue scientifique, Geophysical Research Letters.

Écoutez

Anne-Marie Yvon

Née en France, j'arrive au Canada à 12 ans avec mes parents et mes six frères et sœurs … sur une ferme. Ferme d’où je garde la ferme conviction de vouloir voir le monde, ce que j'ai fait. À Radio-Canada depuis 31 ans, je touche à tout : télévision, radio et Web. En 1999, alors à RCI, j'ai reçu un prix international, décerné par l’URTI, l’Union Radiophonique et Télévisuelle Internationale pour un documentaire radio sur les métiers en voie d’extinction. Passionnée de l’autre, j'adore qu’on me raconte des histoires de vies. C’est pourquoi je m’intéresse tellement à la vôtre.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.