De Quaqtaq à Montréal, Beatrice Deer chante le Nord

Beatrice Deer. (Dan Haber)
Beatrice Deer. (Dan Haber)
Vivre dans le nord du Canada, c’est grandir trop vite selon Beatrice Deer.

La jeune femme, originaire de Quaqtaq, un petit village isolé de l’arctique, le raconte dans une de ses chansons qu’elle dédie à ses enfants. La pièce « Uvikkaulaukagit » est interprétée en Inuktitut, comme plusieurs autres de ses compositions. Mais l’artiste écrit aussi en anglais, racontant la vie dans son coin de pays.

Beatrice Deer vit à Montréal depuis quelques années. En plus de travailler à l’Institut culturel Avataq, elle fait partie du Beatrice Deer Band. Son répertoire inclut les traditionnels chants de gorge des Inuits et la musique contemporaine, que ce soit le folk, le pop ou le rock.

Beatrice nous raconte sa vie, sa musique et son coin de pays.

Écoutez

Quaqtaq au Nunavik.(Beatrice Deer)
Quaqtaq au Nunavik.(Beatrice Deer)

Beatrice Deer Band

Beatrice Deer sur Facebook

« Just Béa », le premier album de Beatrice Deer a gagné le prix du meilleur album culturel inuit auxCanadian Aboriginal Music Awards en 2005.

En 2010, elle lance un album éponyme qu’elle présente aux jeux Olympiques d’hivers de Vancouver la même année lors de la performance des Autochtones. En 2011, juste à temps pour Noël, elle sort « An Arctic Christmas » un album présentant des chants de noël en anglais et en Inuktitut.

Quaqtaq

Signification : Ver intestinal
Population : environ 375 habitants

Le village de Quaqtaq est situé sur la rive est de la baie Diana, appelée Tuvaaluk (la grande banquise) en inuktitut, sur une péninsule qui avance dans le détroit d’Hudson, là où il se confond avec la baie d’Ungava. Des montagnes se dressent sur la péninsule au nord et il y a de basses collines rocheuses au sud-ouest. Les alentours de la baie Diana regorgent de mammifères terrestres et marins, de même que de poissons et de fruits de mer, dont les moules, les pétoncles et les myes.

Jusqu’au début des années 1930, l’endroit était connu sous le nom de Nuvukutaaq (la longue pointe). Toutefois, selon les histoires que l’on raconte encore aujourd’hui, un homme serait un jour venu dans la région pour chasser le béluga et aurait trouvé des parasites vivants dans ses selles. Ses compagnons de chasse auraient alors donné le nom de Quaqtaq (ver intestinal) à l’endroit et l’utilisation de cette nouvelle appellation se serait rapidement répandue.

Des objets trouvés lors de fouilles archéologiques indiquent que divers peuples ont occupé la région depuis environ 3500 ans. Les Thuléens, les ancêtres des Inuit d’aujourd’hui, seraient arrivés dans la région aux alentours de 1400 ou 1500 de notre ère.

Tiré du site Tourisme Nunavik

Avatar

Anne-Marie Yvon

Née en France, j'arrive au Canada à 12 ans avec mes parents et mes six frères et sœurs … sur une ferme. Ferme d’où je garde la ferme conviction de vouloir voir le monde, ce que j'ai fait. À Radio-Canada depuis 31 ans, je touche à tout : télévision, radio et Web. En 1999, alors à RCI, j'ai reçu un prix international, décerné par l’URTI, l’Union Radiophonique et Télévisuelle Internationale pour un documentaire radio sur les métiers en voie d’extinction. Passionnée de l’autre, j'adore qu’on me raconte des histoires de vies. C’est pourquoi je m’intéresse tellement à la vôtre.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *