Injustice et racisme : priorités des familles de femmes disparues au Yukon

Share
La ministre des Affaires autochtones et du Nord, Carolyn Bennett, affirme qu'il lui fallait entendre directement des familles ce qu'elles désirent voir dans une Commission d'enquête. (Claudiane Samson/ ICI Radio-Canada)
La ministre des Affaires autochtones et du Nord, Carolyn Bennett, affirme qu’il lui fallait entendre directement des familles ce qu’elles désirent voir dans une Commission d’enquête. (Claudiane Samson/ ICI Radio-Canada)
Les familles des femmes disparues ou assassinées du Yukon ont rencontré la ministre des Affaires autochtones et du Nord, Carolyn Bennett, dans le cadre de sa tournée nationale de consultations pour planifier la Commission d’enquête prévue cet été.

Environ 70 personnes se sont présentées, malgré le court préavis de dix jours. La ministre affirme qu’il était important pour elle d’entendre directement les recommandations des familles pour la tenue d’une enquête. « Je ne crois pas qu’un rapport avec certaines citations était suffisant. »

Une enquête aux besoins régionaux

La rencontre de Whitehorse est la troisième de sa tournée nationale. À Thunder Bay comme à Yellowknife, les familles ont émis le désir de voir la Commision refléter les différences régionales. À Whitehorse, les participants ont également demandé à ce que la Commission d’enquête puisse aussi parler des problèmes de juridiction provinciale ou territoriale, comme les services de police ou le système de justice.

« Leurs priorités sont l’injustice, le racisme, et la nécessité de changer les déterminants qui sont à l’origine de cette tragédie. »— Carolyn Bennett, ministre des Affaires autochtones et du Nord

Joan Jack du village d’Atlin en Colombie-Britannique affirme que la rencontre était particulièrement émotive alors que plusieurs familles partageaient leur expérience pour la première fois. Elle a toutefois confiance dans le processus entamé. « Quand avons déjà eu la présence d’une ministre pour une journée complète? Jamais. Juste cela est énorme. »

Lorraine Netro du Conseil des femmes autochtones du Yukon aussi est optimiste. « Après tant d’années, c’est touchant et significatif d’avoir cette rencontre. C’est important. »

Krista Reid du Cercle des femmes autochtone de Whitehorse affirme que beaucoup de travail a déjà été accompli localement sur la question des femmes disparues depuis quelques années. « Nous accompagnons les familles là où elles se trouvent dans leur processus de guérison. »

Elle se réjouit de la présence d’autant de familles en provenance de tous les villages du territoire puisque « seules d’autres familles de victimes peuvent comprendre ce que vivent les familles ».

La ministre affirme que personne n’a encore été choisi pour présider la Commission, et qu’aucun détail n’a encore été décidé. Elle espère toutefois nommer les commissaires avant la Journée nationale autochtone le 21 juin.

En comlèment

DOSSIER –  Zone Yukon Actualités yukonnaises et couvertures spéciales.

DOSSIER –  Femmes autochtones disparues ou assassinées Des centaines de femmes autochtones ont été portées disparues ou assassinées au cours des dernières décennies. Des groupes demandent la tenue d’une commission d’enquête national

 

 

Share
Radio-Canada

Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *