Attawapiskat : 2000 autochtones, 39 tentatives de suicide en 6 semaines

La nation Attawapiskat est une communauté crie isolée dans le nord de l'Ontario. Adrian Wyld/LA PRESS CANADIENNE
La nation Attawapiskat est une communauté crie isolée dans le nord de l’Ontario. Adrian Wyld/LA PRESSE CANADIENNE
Dans le nord de la province de l’Ontario, sur les rives de la baie James, la petite communauté autochtone d’Attawapiskat est en état d’urgence.

Depuis septembre dernier, il y aurait eu entre 86 et 101 tentatives de suicide dans la population, qui ne compte que 2000 personnes.

En mars seulement, 28 résidents ont essayé de se suicider. Depuis le début d’avril, ils sont déjà 11.

Toutes les familles sont touchées par cette pandémie qui a fait une victime jusqu’à présent.

Plusieurs facteurs expliqueraient ce phénomène qui touche des gens de 11 à 71 ans.

    • Pauvreté : La majorité des autochtones atteignent à peine le seuil de pauvreté ou vivent en dessous;
    • Surpopulation chronique : les familles s’entassent dans de petites maisons souvent délabrées;
    • Déracinement culturel;
    • Aliénation des jeunes générations;
    • Intimidation à l’école;
    • Dommages émotionnels causés par les abus dans les pensionnats autochtones, des dommages qui se sont répercutés sur les générations suivantes;
    • Dépendance aux drogues;

« Nous avons des gens qui prennent des médicaments sur ordonnance. Nous avons des gens qui revendent des pilules. Et je crois que c’est de cette façon que certains ont des problèmes de manque et se sentent exclus, ou ils ne savent pas comment exprimer leurs sentiments et se droguent pour oublier leurs problèmes ou leur douleur. » Bruce Shisheesh, chef d’Attawapiskat

Seven-year-old Ferlin Lahtal lies in his home-made bunk bed in his home in Attawapiskat, Ontario Saturday December 17, 2011. Twenty-one people live in the house that has plastic on the ceilings to stop water entry. FRANK GUNN/THE CANADIAN PRESS
La nation Attawapiskat est une communauté crie isolée dans le nord de l’Ontario. FRANK GUNN/LA PRESSE CANADIENNE
Manque criant de ressources

Le chef et le conseil de la communauté crie d’Attawapiskat lancent un appel à l’aide pour obtenir des ressources supplémentaires en santé mentale. Actuellement, seuls quatre travailleurs de la santé desservent la population, mais aucun n’est spécialisé en santé mentale.

Une stratégie nationale en santé mentale

Il y a tout juste un mois, le chef de l’Assemblée des Premières Nations, Perry Bellegarde, sonnait l’alarme, demandant une stratégie nationale en santé mentale pour freiner une épidémie de suicide qui dévaste d’autres régions du Canada. La Première Nation crie de Pimicikamak dans la province du Manitoba, a elle aussi eu à faire face à une série de tentatives de suicide. 140 personnes ont tenté de s’enlever la vie ou ont menacé de le faire, dans la communauté de Cross Lake, entre janvier et mars, alors que six personnes se sont enlevé la vie.

Là aussi la communauté a dû déclarer l’état d’urgence pour recevoir le soutien du gouvernement canadien.

RCI avec Radio-Canada

Les autochtones et la bonne volonté du gouvernement canadien

Pensionnats autochtones : plus de 5300 agresseurs présumés identifiés

Le Canada fait preuve de discrimination raciale envers des milliers d’enfants autochtones

Autochtones, l’autre histoire

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *