Yukon : sauver son animal domestique en cas de relation abusive

Un chiot et un chaton Photo : ISTOCKPHOTO/GLOBALP
Un chiot et un chaton. Photo : ISTOCKPHOTO/GLOBALP
Qu’arrive-t-il à Toutou quand son propriétaire veut fuir une relation abusive? Au Yukon, un organisme voué à de l’aide d’urgence aux animaux domestiques accepte de loger les animaux dont les propriétaires souhaitent quitter un partenaire abusif.

La fondatrice de Kona’s Coalition, qui a reçu le prix de bénévole de l’année de la Ville de Whitehorse, explique que trop souvent, des propriétaires hésitent à quitter une relation abusive en raison du sort de leurs animaux.

Jordi Mikeli-Jones, fondatrice de Kona's Coalition qui vise à améliorer le bien-être des animaux domestiques. Photo : Philippe Morin/ICI RADIO-CANADA
Jordi Mikeli-Jones, fondatrice de Kona’s Coalition qui vise à améliorer le bien-être des animaux domestiques. Photo : Philippe Morin/ICI RADIO-CANADA

Jordi Mikeli-Jones explique que l’organisme offre également un programme d’aide financière aux propriétaires à faible revenu pour payer les services d’un vétérinaire. Kona’s Coalition a dépensé ces trois dernières années plus de 70 000 $.

Elle espère dans la prochaine année améliorer l’accès à la stérilisation pour les collectivités du Yukon ainsi qu’augmenter le nombre de familles d’accueil.

« Je suis passionnée des animaux [d’autant que] les campagnes de financement ont été axées sur la musique », affirme la propriétaire d’un magasin de musique. « C’est facile parce qu’en fin de journée, j’ai la satisfaction de savoir que nous avons aidé les animaux. Je reçois des étreintes, je reçois des larmes, c’est très satisfaisant. »

L’Alaska protège les animaux

L’Assemblée législative de l’État de l’Alaska a adopté à l’unanimité jeudi une loi protégeant les animaux domestiques maltraités, mais aussi ceux qui subissent les conséquences d’une crise familiale ou d’une situation de violence domestique parmi leurs propriétaires.

La loi établit les critères de maltraitance d’un animal domestique et oblige les propriétaires à payer si l’animal doit être saisi.

Un propriétaire victime d’abus, selon la loi, pourrait aussi obtenir la garde de son animal advenant une ordonnance restrictive, ou encore lors de certains cas de divorce ou de séparation.

D’après les information de Philippe Morin

Radio-Canada

Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Une réflexion sur “Yukon : sauver son animal domestique en cas de relation abusive

  • Avatar
    lundi 18 avril 2016 à 05:57
    Permalien

    Que définissez-vous par « relation abusive », j’ai lu l’article jusqu’à la fin sans trouver ce que veut dire ce terme concrètement et juridiquement. Ceci peut être interprété différemment par chacun alors, ce serait peut-être mieux de nous apporter une petite explication. Merci à vous !

    Répondre
Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *