2016 : les francophones du Yukon se sont démarqués

Share
L’Association franco-yukonnaise est l’organisme porte-parole des quelque 4500 francophones et francophiles du Yukon. (Claudiane Samson/Radio-Canada)
Que ce soit le 30e anniversaire de l’École Émilie-Tremblay, la victoire de la Yukonnaise Sophie Vileneuve au concours Chant’Ouest ou les nombreuses consultations auxquelles la communauté a été conviée, 2016 aura permis aux francophones de se faire entendre et remarquer selon la présidente de l’Association franco-yukonnaise, Angélique Bernard.

« On se fait dire souvent par les hauts fonctionnaires et les ministres qu’ils n’ont pas vraiment idée de ce qu’est la communauté francophone et du Yukon avant de venir. On leur parle quand on va à Ottawa, mais quand ils viennent, ils voient la vitalité de la communauté francophone », affirme Angélique Bernard.

La présidente de l’Association franco-yukonnaise, Angélique Bernard, explique que le document de positionnement politique contient toutes les demandes de la communauté auprès des différents gouvernements. (Claudiane Samson/Radio-Canada)

La présidente se réjouit tout particulièrement de la publication du document de positionnement politique, Agir pour une communauté francophone vibrante et dynamique au Yukon, qui rassemble toutes les demandes de la communauté auprès des différents gouvernements. Le document se voulait, par ailleurs, un outil pour alimenter les discussions lors des dernières élections.

C’est sûr que le gros dossier va être la construction de l’école secondaire communautaire francophone […] Chaque fois que je vais à Ottawa et que j’ai la chance de rencontrer des hauts fonctionnaires de Patrimoine canadien, on parle de l’école aussi. Angélique Bernard, présidente, Association franco-yukonniase
Le nouveau ministre se familiarise
Le nouveau ministre responsable de la Direction des Services en français, John Streicker. (Radio-Canada)

Le nouveau ministre responsable de la Direction des Services en français, John Streicker, se familiarise quant à lui avec les demandes et compte bien s’exprimer en français d’ici un an ou deux.« Nous avons l’intention de travailler à partir de ce qui a été accompli [par le gouvernement sortant]. Il y a par exemple une entente avec le Québec et de l’argent pour de petits projets pour la communauté, ce qui faisait partie du plan stratégique et nous avons l’intention de poursuivre ce travail », explique-t-il.

La communauté francophone a une présence culturelle importante […] et il est important de partager la culture francophone avec le reste du Yukon et que nous partagions la culture yukonnaise avec les francophones. John Streicker, ministre responsable de la Direction des Services en français

Selon lui, « avoir davantage de soutien et de services à travers les Services en français signifie qu’il y aura une meilleure qualité de vie pour les francophones d’ici. C’est important pour nous tous ».

Le ministre affirme que le territoire est actuellement en négociations auprès de Patrimoine canadien et a bon espoir qu’une augmentation du financement permettra d’améliorer les services.Il reconnaît que les dossiers les plus importants pour la communauté demeurent la construction d’une nouvelle école secondaire ainsi que la création d’un centre de santé bilingue, avec un service en santé mentale. Il espère pouvoir participer aux discussions bien que ces dossiers relèvent d’autres ministères.

Share
Radio-Canada

Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *