Faro au Yukon pourra détruire ses maisons abandonnées

Le village de Faro compte des dizaines de maisons abandonnées après la fermeture de la mine en 1998. Photo : Nancy Thomson/Radio-Canada
Au Yukon, la Ville de Faro est finalement devenue propriétaire de dizaines de résidences abandonnées après la fermeture de la mine en 1998, ce qui lui permettra de détruire celles qui sont le plus endommagées.

Pendant près de 30 ans, la mine de plomb et de zinc de Faro a accueilli jusqu’à 2000 travailleurs au plus fort de la production. La population de nos jours toutefois ne compte que moins de 400 habitants et la grande majorité des résidences sont vides depuis des décennies.

Grâce à la Loi sur les privilèges de construction, la Ville de Faro a obtenu les titres de 37 propriétés, dont plusieurs multiplex, soit 170 logements en tout. Le directeur général de la municipalité, Ian Dunlop, explique que Faro peut désormais détruire ces résidences, ou les rénover afin de les placer ensuite sur le marché immobilier.

Groupe de travail

Un groupe de travail en collaboration avec le gouvernement territorial a été mis sur pieds pour étudier le dossier. Une équipe de développement de la collectivité doit d’abord cet hiver déterminer quelles propriétés peuvent être rénovées et lesquelles devront être démolies. Ian Dunlop estime qu’environ la moitié devront être détruites, mais ajoute que les lots résidentiels nettoyés pourront ensuite être vendus pour d’éventuelles nouvelles constructions.

Certains lots sont assez grands donc si la propriété contenait un édifice à quatre ou six logements et qu’on y construit une maison unifamiliale avec un garage, vous vous retrouvez avec tous les services en plein milieu de la ville.

Ian Dunlop, directeur général, Ville de Faro

« L’ampleur de la situation est unique à Faro. Il faut donc trouver une solution propre à Faro » ajoute le directeur général. La rénovation par ailleurs de certaines résidences pourrait s’avérer une belle occasion de formation pour des personnes inscrites dans l’apprentissage de métiers selon lui.

Le groupe de travail pourrait inclure l’expertise de la Société d’habitation du Yukon, du département des mines abandonnées, ou même du Collège du Yukon.

D’après les informations de Nancy Thomson, CBC

Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.