Repos de mi-course pour les chiens de traîneaux de la Yukon Quest

Share
repos-mi-course-pour-chiens-traineaux-yukon-quest
Les équipes doivent compléter un repos obligatoire de 36 heures à Dawson. (Claudiane Samson/Radio-Canada)
La quatrième journée de la course Yukon Quest, mardi, marque la mi-course à Dawson City pour les conducteurs de traîneau et leurs chiens.

Seul le participant albertain Jason Campeau a abandonné l’aventure pour « le bien-être de sa jeune équipe ». Pour sa part, l’Alaskien Brent Sass est le premier arrivé à Dawson.

Bob Daffe, un des membres de l’équipe des Rangers canadiens, affirme que « la piste est en général en très bonne condition », même si certains endroits sont plus difficiles. Il indique devoir s’assurer que les marqueurs sont en place, car le vent peut facilement les déloger, un problème pour les conducteurs de traîneau qui doivent suivre la route.

repos-mi-course-pour-chiens-traineaux-yukon-quest-1
Bob Daffe, un des membres de l’équipe des Rangers canadiens, en est à sa dizième année de participation à la Yukon Quest. (Claudiane Samson/Radio-Canada)

Les équipes arrivent à Dawson City par le dôme du Roi Solomon, un des plus hauts sommets de la course, avec ses 1230 mètres d’altitude.

« À partir de là, c’est pratiquement en pente jusqu’à Dawson », avance Mitch Mitchell, le coordinateur des Rangers canadiens.

Pénalités pour une des équipes
repos-mi-course-pour-chiens-traineaux-yukon-quest-2
Dawson City avant l’arrivée des conducteur de traîneau mardi après-midi. (Claudiane Samson/Radio-Canada)

La conductrice de traîneau de longue date, Yuka Honda, a reçu une pénalité de deux heures, car elle a dû recevoir de l’aide afin de réparer son traîneau lundi. Elle devra rester plus longtemps à Dawson. Hormis ce contretemps, les organisateurs de la course se disent satisfaits de son déroulement.

« Tout le monde a beaucoup de plaisir », dit Fabian Schitz, un des contrôleurs de la course. « Tout le monde semble en sécurité et les chiens n’ont pas été blessés, ce qui est le plus important ».

Pour sa part, le fleuve a tardé à prendre, causant une source d’inquiétude pour les organisateurs de la course.

« Cette année, ça a pris beaucoup de temps avant que ça gèle, on se demandait ce qui allait se passer », raconte Bob Daffe au sujet du fleuve près de Dawson City. Ce dernier participe en tant que membre des Rangers canadiens depuis une dizaine d’années.

Share
Radio-Canada

Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *