Les Inuits et les Autochtones du Canada face à l’appropriation culturelle

Share
inuits-autochtones-canada-face-a-lappropriation-culturelle
En novembre 2015, la journaliste de CBC North Salome Awa dénonçait la reproduction d’un parka de son arrière-grand-père par la compagnie KTZ. Les motifs du vêtement sacré avaient été réutilisés tels quels sur un chandail destiné à la vente. (Sima Sahar Zerehi/CBC)
L’affaire « Hal Niedzviecki », l’ex-éditorialiste au magazine Write, publié par la Writer’s Union of Canada, rappelle une réalité de plus en plus visible : la récupération d’éléments ou de symboles traditionnels autochtones, sans avoir pris en compte le contexte historique, sans même s’être renseigné sur sa signification culturelle.

En décembre dernier, l’« affaire » Joseph Boyden avait secoué les médias sociaux au Canada alors qu’une enquête du Réseau de télévision des peuples autochtones (APTN) révélait que l’identité de cet écrivain canadien n’était pas aussi claire qu’il le prétendait. Celui-ci revendiquait, outre des ancêtres écossais et irlandais, des ascendances amérindiennes. L’histoire avait causé peu de remous au Québec.

De nouveau un débat enflamme le Canada anglais sans grandes répercussions dans l’est du pays, où pourtant les exemples d’appropriation ne manquent pas.

Pow wow
mlarge-pow-wow
Claudine Prévost et Pierre Lapointe ont animé l’émission de variétés à saveur musicale Stéréo pop sur ICI Radio-Canada Télé. Le divertissement télé avait d’abord été intitulé Pow wow. (Radio-Canada)

En avril 2015, l’annonce d’une nouvelle émission à la télévision de Radio-Canada avait suscité la controverse, son titre : Pow wow. Il n’en fallait pas plus pour faire réagir l’auteure innue Natasha Kanapé Fontaine qui avait publié un texte adressé au diffuseur public et dans lequel elle expliquait que « le terme risque d’être vidé de son sens, si on utilise ce mot-là à des fins de divertissement. On a l’impression que dans ce cas-ci, ça risque d’être utilisé dans un cas d’inconscience, d’ignorance, de l’histoire et de l’impact et du colonialisme sur les Premières Nations du Québec et du Canada. »

Le diffuseur avait finalement renommé cette nouvelle émission.

Des danseurs dans un véritable pow wow autochtone, le Gathering at the Falls Pow Wow dans l’état de Washington aux États-Unis, en août 2016. (Colin Mulvany/The Spokesman-Review/AP/CP)

En décembre 2015, la chanteuse Natasha St-Pier lançait le vidéoclip d’une chanson qui se voulait un hommage à la culture acadienne. On la voyait portant une coiffe autochtone et était entourée de capteurs de rêves. Les réactions n’ont pas tardé à fuser.

La première image avant de regarder le vidéo, on peut voir Natasha St-Pier avec un casque de plumes, ça c’est un symbole sacré, qu’on devrait pas utiliser pour fin de marketing ou quoi qu’il en soit.

Isabelle Wallace, jeune autochtone, Première Nation malécite de Madawaska
Dignité et respect

D’autres exemples litigieux ont surgi depuis et « mine de rien ça arrive souvent », me dit Natasha Kanapé Fontaine, en précisant qu’au Canada anglophone les Autochtones font déjà partie des milieux artistiques et littéraires « et l’on voit avec ce débat que les écrivains autochtones demandent beaucoup plus de dignité et de respect des voix, alors que le Québec accuse du retard dans l’inclusion des Peuples autochtones. »

Soit l’intention à la base est bonne soit il y a une ignorance du passé historique et du concept même d’appropriation culturelle, poursuit Natasha Kanapé Fontaine. Elle précise que ce débat se déroule dans un contexte où les Autochtones reprennent la parole et connaissent du succès dans la réaffirmation identitaire et la place qu’ils prennent dans la sphère médiatique ou ailleurs.

On fait face à une nouvelle appropriation, qui, déjà, est à la base de l’histoire du pays, appropriations des terres, des relations, etc. ce qui a causé des blessures profondes sur les populations autochtones.

Natasha Kanapé Fontaine
L’appropriation des cultures du Nord
Natan Obed, président d’Inuit Tapiriit Kanatami. (Justin Tang/La Presse canadienne)

Chez les Inuits, les problèmes liés à l’appropriation ne sont pas nouveaux et prennent diverses formes. À commencer par le design du kayak, qui a permis à plusieurs non-Autochtones de s’enrichir, précise Natan Obed, le président d’Inuit Tapiriit Kanatami, qui représente près de 60 000 Inuits au Canada. En entrevue à CBC News, il ajoute que les vêtements inuits ont « inspiré » nombre de designers. Et que dire des entreprises qui utilisent les noms à caractères inuits pour leurs marques, dont les résultats suscitent bien souvent la controverse, poursuit-il.

« Certains invoqueront la liberté de parole, sans comprendre les enjeux liés au concept d’appropriation culturelle et sans tenir compte des sensibilités, précise Natan Obed. « Au-delà de la liberté de créer, il y a une méconnaissance des enjeux touchant la réalité des Autochtones, qu’elle soit historique, politique, sociale ou culturelle », conclut-il.

Entrevue: L'utilisation de mots inuits par des compagnies
Écoutez une entrevue avec Stephen Puskas et Ossie Michelin à l’émission Gravel le matin, diffusée à Radio-Canada en octobre 2016. Les deux Montréalais d’origine inuite y dénoncent l’utilisation de leur langue maternelle à des fins commerciales.
Share
Anne-Marie Yvon, Espaces autochtones

Anne-Marie Yvon, Espaces autochtones

Pour d’autres nouvelles sur les Autochtones au Canada, visitez le site d’Espaces autochtones.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *