Rentrée législative au Yukon à l’heure du débat sur les finances publiques

Share
La session législative qui débutait mardi est la deuxième session complète depuis les élections de novembre 2016. (Claudiane Samson/Radio-Canada)
Le retour des députés à l’Assemblée législative du Yukon mardi survient au moment où les finances du gouvernement font l’objet d’une consultation publique, qui se termine ces jours-ci.

Lors du dépôt du premier budget du gouvernement libéral de Sandy Silver en avril, le premier ministre prévoyait des années déficitaires pendant tout le mandat de son gouvernement.

Un comité consultatif indépendant formé d’experts a, depuis, été créé. Ses suggestions vont de la création d’une taxe de vente à la sous-traitance de certains services de santé.

Le comité consulte chacune des collectivités du territoire pour recueillir l’avis des Yukonnais sur les meilleurs moyens à adopter pour rétablir un équilibre budgétaire.

Le premier ministre du Yukon, Sandy Silver, soutient que le déficit budgétaire est entièrement dû aux grands projets d’infrastructures entamés par l’ancien gouvernement du Parti du Yukon.

Le premier ministre, Sandy Silver, se réjouit des projets de loi qui seront déposés dans les semaines à venir. (Wayne Vallevand/Radio-Canada)

« Il y a l’option de ne rien faire. Comme l’indique le rapport [du comité consultatif], quand il y a une industrie, que les dépenses des mines sont à la hausse, que l’exploration minière est à la hausse, les impôts et les revenus des entreprises seront également à la hausse. Mais qu’en est-il des temps de contraction économique? »

Sandy Silver affirme que cette consultation publique est un moyen d’écouter l’avis des Yukonnais, comme son parti l’a promis lors des élections.

« Nous sommes dans cette situation financière à cause des dépenses excessives du gouvernement précédent. Nous devons nous assurer que toutes les options sont considérées par tout le monde. »

– Sandy Silver, premier ministre du Yukon

L’opposition officielle, selon le premier ministre, continuera de parler des mesures fédérales telles que la taxe sur le carbone ou la réforme de la fiscalité des PME de façon, selon lui, à détourner l’attention de la consultation sur les finances publiques, qui place l’ancien gouvernement dans l’embarras, d’après M. Silver.

Le Parti du Yukon, l’opposition officielle, croit de son côté que c’est plutôt le gouvernement de Sandy Silver qui cherche à détourner l’attention de ses promesses électorales.

Scott Kent soutient qu’en période électorale les libéraux ont promis de remettre les revenus de la taxe sur le carbone dans les poches des contribuables yukonnais et que, maintenant qu’ils forment le gouvernement, ce n’est plus la même promesse.

En ce qui a trait aux redevances des mines de placers, « [Sandy Silver] a envoyé une lettre à l’association des mineurs de placers du Klondike en promettant de ne pas augmenter le taux de redevances. Maintenant, il semble vouloir se cacher derrière le comité consultatif sur les finances pour, peut-être, augmenter ces redevances. »

« Je crois que le thème central de tout ce que nous avons entendu, c’est que les libéraux se font élire avec un message et que le message est maintenant complètement différent. »

– Scott Kent, député du Parti du Yukon

La leader néo-démocrate, Liz Hanson, s’inquiète quant à elle du poids que donnera le gouvernement aux recommandations du comité consultatif sur les finances publiques. Elle redoute tout particulièrement les suggestions relatives à la sous-traitance dans le domaine de la santé.

« Ont-ils l’intention de privatiser le système de santé? Quels genres de frais d’utilisation ont-ils l’intention d’ajouter au fardeau fiscal des Yukonnais moyens? Il y a de nombreuses questions que ce processus soulève et nous poserons ces questions au premier ministre et à la ministre de la Santé. »

« Je crois que le comité consultatif est un élément [de l’équation], mais qu’il ne devrait pas devenir le plan directeur de ce que le gouvernement a l’intention de faire. »

– Liz Hanson, leader néo-démocrate

Liz Hanson soutient que la situation financière du territoire était très claire avant même de déclencher des élections. « Ce n’est pas à un comité d’experts de l’extérieur du territoire de prendre ces décisions, c’est le gouvernement élu qui doit répondre de ces décisions » dit-elle.

Share
Radio-Canada

Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *