L’art inuit en péril

 

Statuettes en os de baleine, phoques en pierre à savon, la sculpture inuite est toujours à l’honneur dans les vitrines des galeries d’art de tous les quartiers touristiques des grandes villes canadiennes.

L’économie liée aux arts inuits avoisine les 90 millions de dollars, mais cette industrie est en péril. Le Nunavik produit de moins en moins d’artistes, ce que déplore l’un des sculpteurs inuits les plus connus, Peter Qumaluk Ittukalla. Et tout comme les artistes, les collectionneurs se font aussi de plus en plus discrets.

 

Le propriétaire de la galerie Elca London à Montréal, Mark London, explique que si à une certaine époque l’art inuit était recherché par le grand public, il n’est maintenant plus à la mode.

À lire aussi :

Le grand silence du Grand Nord, Blogue d’Émilie Dubreuil, Radio-Canada

Émilie Dubreuil, Radio-Canada

Émilie Dubreuil, Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *