L’enquête canadienne sur les assassinats de femmes autochtones se prépare à tenir ses premières audiences au Nunavut

Share
Les commissaires Qajaq Robinson et Michèle Audette lors d’une audience à Membertou, en Nouvelle-Écosse, en 2017.  Les audiences qui se tiendront à Rankin Inlet, au Nunavut, sont les premières à se dérouler sur les territoires inuits. (Andrew Vaughan / The Canadian Press)
Les audiences de l’enquête nationale sur les crimes envers les femmes autochtones qui auront lieu dans le village de Rankin Inlet du 20 au 22 février sont les premières à se tenir sur les territoires inuits du Canada.

Initialement prévues au mois de décembre dernier, les audiences de l’Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées avaient été reportées pour des questions de sécurité et de vie privée. Ce qui avait créé un certain inconfort chez les membres de la communauté.

C’est environ 20 membres de familles qu’entendront les commissaires Qajaq Robinson et Michèle Audette lors des audiences publiques et privées, les cercles de partage et les groupes d’expression artistique.

L’Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées est une entité entièrement indépendante de tous les paliers gouvernementaux et territoriaux. Sa mission est de rapporter les causes de toutes les formes de violence faite aux femmes et aux filles autochtones au Canada.

Cette enquête a été mise sur pied par l’administration du premier ministre Justin Trudeau suite à de nombreuses rencontres à travers le Canada auprès des survivantes, des proches des victimes, des familles et des représentants autochtones.  Elle vise à remettre un rapport et à donner des recommandations.  La commission est sous la supervision de cinq commissaires et vise un rapport final d’ici la fin de 2018.

 

Share
Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *