La traction du bâton, un sport déné méconnu des Jeux d’Hiver de l’Arctique

Share
La traction du bâton nécessite une poigne de fer. (Mario De Ciccio/Radio-Canada)
Le jeu est simple. Deux opposants côte a côte tiennent un petit bâton recouvert de graisse dans la main. Les deux tirent et celui qui réussi a garder le bâton gagne. Il s’agit de la traction du baton, l’un des jeux dénés pratiqués aux Jeux d’hiver de l’Arctique.

Les jeux dénés sont des épreuves traditionnelles autochtones qui nécessitent la force, l’endurance et la concentration de ses participants.

Des jeux qui n’ont plus de mystère pour l’un des entraîneurs de l’équipe du Nunavik, Maxime Gadbois-Godin de Kuujjuaq, dans le nord du Québec.

Maxime Gadbois-Godin à la traction du bâton aux Jeux d’hiver de l’Arctique à Hay River. (Mario De Ciccio/Radio-Canada)

Ces épreuves aident les jeunes participants à garder un peu de leur culture et leur rappellent d’où ils viennent, estime l’entraîneur.

« La traction du bâton c’était une tradition dans le temps quand ils allaient pêcher le poisson », explique-t-il. « Ils devaient le prendre par la queue et tirer. Il faut donc une poigne très serrée et un mouvement lent pour pas que le poisson puisse partir. »

La graisse permet d’imiter la viscosité de la queue d’un poisson. (Mario De Ciccio/Radio-Canada)

Corbin Sinclair de Fort Smith, aux Territoires du Nord-Ouest, a commencé à jouer à la traction du bâton l’an dernier. Un sport qu’il a appris à l’école.

Cette année, il ne devait être que réserviste pour l’équipe T.N.-O., mais il a finalement pu se joindre à l’équipe et a remporté le tournoi dans sa catégorie.

« C’est un honneur de participer à ces compétitions contre des athlètes d’ailleurs dans le monde », estime le jeune homme. « Je suis aussi content de voir que ma culture est encore là. »

Aux Jeux de l’Arctique, les jeux dénés comprennent aussi la traction du doigt, le serpent à neige, les jeux de mains et la poussée de la perche.

 

Share
Mario De Ciccio, Radio-Canada

Mario De Ciccio, Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *