Une femme du sud du Québec assassinée dans le village nordique de Kuujjuaq

Le village de Kuujjuaq, au Nunavik. (Frédéric Tremblay/Radio-Canada)
Une technologiste médicale de 28 ans, originaire de Victoriaville, a été découverte sans vie dans sa résidence de Kuujjuaq dans le Nord-du-Québec lundi soir. Le corps de Chloé Labrie portait des marques de violence.

La scène a été protégée et un technicien en scène de crime de la Sûreté du Québec a été dépêché sur place pour faire la lumière sur les circonstances entourant cette mort.

À la suite de l’analyse de la scène, la Sûreté du Québec confirme que Chloé Labrie a été assassinée.

À l’heure actuelle, aucune arrestation n’a été effectuée.

Dans un courriel, la direction de la Régie Régionale de la Santé et des Services Sociaux du Nunavik (région inuite du nord du Québec) ainsi que le Centre de Santé Tulattavik de l’Ungava ont offert leurs condoléances à la famille et aux proches de Chloé Labrie.

Le personnel du Centre de Santé Tulattavik de l’Ungava (CSTU), où travaillait la victime, a été rencontré par les gestionnaires mardi matin. De plus, une ressource spécialisée offre un soutien psychosocial spécifique depuis mercredi matin, à Kuujjuaq, aux employés qui en font la demande.

Chloé Labrie travaillait au CSTU depuis 2014.

Vague de sympathies

Plusieurs amis ont commenté le drame sur les réseaux sociaux. « Chloé était le genre de fille attachante qui aimait raconter ses histoires de plein air et de voyage. Je l’ai côtoyée que quelques années, mais je garde une très belle opinion d’elle », a raconté un ancien collègue de travail, Frédéric Michaud.

Le député d’Arthabaska, Éric Lefebvre, a également offert ses sympathies à la famille, dont il connaît plusieurs membres, sur sa page Facebook.

Chloé Labrie serait également la soeur de Hubert Labrie, un joueur qui évolue pour l’équipe Wolf Pack de Hartford dans la Ligue américaine de hockey.

Radio-Canada

Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *