Vivre sa francophonie dans l’Arctique canadien

Share
La municipalité d’Inuvik, dans le nord des Territoires du Nord-Ouest, compte 3140 habitants, selon le dernier recensement de Statistique Canada. Ils sont quelques centaines de moins qu’autrefois. (Mario De Ciccio/Radio-Canada)
Ici à Inuvik, dans les Territoires du Nord-Ouest, le soleil ne se couche pas de la fin mai à la mi-juillet et ne se lève pas entre décembre et janvier, les arbres cèdent leurs places à la toundra au nord de la communauté, et une petite minorité francophone parvient à vivre avec leur langue. Oui. Il y a du français dans l’Arctique canadien.

Située sur les terres ancestrales des peuples Gwich’in et Inuvialuit, la municipalité abrite 3140 Nordiques provenant d’un peu partout. Certains ne sont ici que de passage, le temps d’un contrat ou de vivre pleinement l’expérience d’une vie en Arctique, alors que d’autres y sont pour rester.

Selon le dernier recensement de Statistique Canada, 215 résidents d’Inuvik disent parler français, alors qu’une cinquantaine d’entre eux identifient la langue de Molière comme étant leur langue maternelle.

Autrefois, l’Association des francophones du Delta du Mackenzie offrait plusieurs activités en français pendant l’année. Avec le temps, la communauté a cependant changé et le poids administratif d’un tel organisme est devenu trop lourd à porter pour ses membres.

Le souper aux homards annuel, la tire d’érable pendant le Muskrat Jamboree et les activités culturelles sont disparus avec l’association, dissoute en 2016.

Le français à l’école, entre amis et en famille

Aujourd’hui, la francophonie se vit surtout par le programme d’immersion française à l’école, en famille ou entre amis à la maison.

Élise Décarie-Jean est arrivée à Inuvik il y a 11 ans. C’est surtout les grands espaces et des membres de sa famille qui l’ont fait venir dans cet endroit isolé du pays.

Élise Décarie-Jean et sa petite famille. Ses deux enfants iront bientôt à l’école en immersion française. (Mario De Ciccio/Radio-Canada)

« La communauté francophone était beaucoup plus grosse il y a 11 ans quand je suis déménagée ici », explique la mère de famille. « La région était plus vivante. On avait une association culturelle, on avait des activités en français, on avait même un employé dans l’association qui était capable de faire venir des artistes. »

Sa tante étant l’une des membres fondatrices de l’association. Élise Décarie-Jean s’est beaucoup impliquée au sein de la francophonie à titre de bénévole, de membre et de présidente de l’association.

« Nos besoins ont changé. On a commencé à avoir des enfants et les activités plus familiales autour de la garderie ou de l’école demandent aussi beaucoup de bénévolat. »

Élise Décarie-Jean, coordonnatrice des services en français à l'hôpital d'Inuvik

Élise Décarie-Jean travaille maintenant à l’Hôpital d’Inuvik, où elle coordonne les services offerts en français. Elle admet qu’il peut être difficile de rejoindre les francophones.

Il y a encore des limites à la capacité « de partager ces ressources-là […] parce que c’est difficile de savoir où sont les francophones puisqu’il y a tellement un grand roulement dans notre communauté », explique l’ancienne enseignante.

Marie-Claire Savoie est pharmacienne à la pharmacie de Northmart à Inuvik. (Mario De Ciccio/Radio-Canada)

Il y a 7 ans, Marie-Claire Savoie quittait l’Acadie pour s’établir à Inuvik. Elle dit y être encore à cause de l’aspect communautaire de la petite municipalité.

Avec l’hôpital et les écoles, elle trouve surprenant le nombre de services en français offerts à la communauté. Même si elle appréciait les activités organisées par l’Association, au sein de laquelle elle était bénévole, elle estime que ça ne les empêche pas de se rencontrer « à la bonne franquette ».

« Ce qui a changé, c’est surtout la facilité pour les nouveaux francophones de rencontrer d’autres francophones »

Marie-Claire Savoie, pharmacienne
Une communauté difficile à rejoindre
La maison Laurent Leroux à Yellowknife abrite plusieurs organismes franco-ténois, dont les bureaux de la Fédération franco-ténoise. (Mario De Ciccio/Radio-Canada)

Avec les longues distances, la fluctuation de la population et la disparition de l’association, l’ancien directeur général de la Fédération franco-ténoise, Jean de Dieu Tuyishime admet qu’il est difficile de rejoindre les membres de la communauté à travers le territoire.

Créer de meilleurs liens avec les communautés, c’est l’une des priorités de la nouvelle directrice générale, Lynda Bussey. Elle aimerait bien créer un poste dont le travail serait justement de faciliter la communication avec la fédération et les francophones qu’elle représente.

Linda Bussey, directrice générale de la Fédération franco-ténoise. (Mario De Ciccio/Radio-Canada)

La FFT avait une agente de développement communautaire il n’y a pas si longtemps, mais le poste n’a pas été renouvelé cet hiver, faute de financement.

Lynda Bussey espère être en mesure de trouver les fonds au sein de la FFT et avec des demandes de subventions précises sur l’importance d’un poste qui peut se permettre de voyager à travers le territoire.

Une nouvelle forme d’adhésion

Lors de sa dernière assemblée générale annuelle, les membres de la FFT ont accepté une nouvelle forme d’adhésion qui permettra l’arrivée de membres individuels au sein de la fédération.

Un changement qui a notamment pour but de permettre aux francophones dans les communautés d’Inuvik et de Fort Smith de mieux participer à la vision de la FFT.

La directrice générale espère commencer à accueillir des membres dès l’automne prochain, à l’aide d’une campagne promotionnelle sur les réseaux sociaux.

Cependant, la fédération aura les mêmes difficultés à rejoindre et à intéresser les francophones à Inuvik sans une bonne promotion de cette nouvelle forme d’adhésion, estime Jean de Dieu Tuyishime.

L’ancien directeur général de la Fédération franco-ténoise, Jean de Dieu Tuyishime. (Claudiane Samson/Radio-Canada)

« C’est la partie la plus difficile, le recrutement des membres, parce qu’il faut montrer les avantages dont les gens pourront bénéficier en tant que membre de la fédération », explique Jean de Dieu Tuyishime. « Dans le cas d’Inuvik, une des choses [qui pourrait intéresser de futurs membres] c’est d’avoir plus d’activités disponibles dans la communauté. »

Share
Mario De Ciccio, Radio-Canada

Mario De Ciccio, Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *