Les comportements sexuels non désirés dans le Nord canadien enfin quantifiés

Au Nunavut, 25% des femmes et 11 % des hommes ont affirmé avoir vécu des comportements à caractère sexuel non désirés.. (Mario de Ciccio/Radio-Canada)
Une première étude de Statistique Canada sur les comportements sexuels non désirés dans les territoires permet aux organismes de sensibilisation d’obtenir des données jusqu’ici inexistantes.

L’étude menée en 2018 démontre que 48% des femmes et 32% des hommes sondés au Yukon, aux Territoires du Nord-Ouest (T.N.-O.) et au Nunavut ont subi des comportements sexuels non désirés dans un lieu public, au travail ou encore en ligne.

L’étude définit ces comportements comme étant par exemple des sifflements, des regards, des interpellations, un langage corporel suggestif, mais s’est surtout penchée aussi sur des attouchements non désirés.

Le quart des femmes ont par ailleurs affirmé avoir subi ce type de comportement plus de deux fois dans la même année, généralement de la part d’un homme inconnu.

Les groupes minoritaires davantage visés

Les répondants appartenant à des groupes minoritaires étaient plus susceptibles de rencontrer des comportements non désirés, tels que 24% chez les femmes LGBTQ2+, 15% chez les femmes célibataires ou 13% chez les femmes ayant une incapacité physique ou mentale.

Des trois territoires, c’est le Yukon qui affiche la plus forte prévalence suivi des T. N.-O. et du Nunavut, un classement que l’auteur, Samuel Perreault, explique par le fait que le phénomène soit plutôt urbain.

« Les gens qui ont subi des comportements sexuels non désirés, particulièrement ceux qui en ont subi plusieurs, étaient plus susceptibles de déclarer une consommation de drogues, d’alcool, ou avoir une moins bonne santé mentale. » Samuel Perreault, analyste, Statistique Canada
Pas de surprise chez les organismes communautaires

La directrice de la Direction de la condition féminine du Yukon, Hillary Aitken, n’est pas étonnée des conclusions du rapport.

« [L’étude] attire l’attention sur une vérité difficile, mais malheureusement nous savons que les femmes et les filles sont plus souvent victimes de violence basée sur le sexe donc ces résultats ne sont pas une surprise. » Hillary Aitken, directrice, Direction de la condition féminine du Yukon

Elle se réjouit toutefois d’avoir ces nouvelles statistiques précises pour les territoires en main.

« Les données pour les territoires sont toujours plus difficiles à obtenir et mettent plus de temps en raison de la taille des échantillons. Le seul fait d’avoir pris le temps de fouiller la réalité nous aidera. » Hillary Aitken

La directrice du refuge pour femmes Kaushee’s à Whitehorse, Ketsia Houde, salue également l’initiative.

« De voir ce genre de rapport nous montre que oui, nous sommes entendues, qu’il faut avoir un accent sur les territoires qui sont différents, qu’il s’agit d’une population particulière et que c’est possible d’établir des statistiques sur ces populations-là. » Ketsia Houde, directrice, Kaushee's Place

Ketsia Houde ajoute que cette étude met au jour une culture encore présente dans la société, mais elle a bon espoir, après plus d’une décennie dans le milieu de la représentation féminine, que ces tendances vont s’améliorer.

« Le gouvernement vient tout juste de mettre de l’appui à une équipe d’intervention dans les cas d’agressions à caractère sexuel, donc on a augmenté les services […] à l’hôpital, auprès de la police, il y a maintenant une ligne d’aide, il y a du personnel pour accompagner les victimes le soir, la fin de semaine. […] Les choses changent [mais ça semble des fois] toujours très lent. » Ketsia Houde
Une première étude, mais peut-être pas la dernière

L’analyste Samuel Perreault explique que cette étude est d’intérêt puisqu’elle ne s’attarde pas aux études cycliques des comportements de nature criminelle.

« Ce qui nous manquait comme bouts d’informations c’est tous les comportements qui vont affecter la sécurité des gens, mais qui ne sont pas nécessairement toujours de nature criminelle, ou qui sont sur la limite de ce qui pourrait être considéré criminel. » Samuel Perreault, analyste

Samuel Perreault ne peut affirmer avec certitude si une autre étude du genre sera tenue dans l’avenir, mais qu’il s’agit d’une possibilité.

Claudiane Samson, Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.