Une chef autochtone demande 21 M$ pour un centre de santé mentale dans le Nord canadien

Share
Tammy Cook-Searson, chef de la Première Nation de Lac La Ronge, en Saskatchewan. (Liam Richards/La Presse canadienne)
La chef de la Première Nation de Lac La Ronge, en Saskatchewan (centre du Canada), Tammy Cook-Searson, demande 21 millions de dollars au gouvernement du Canada pour créer un centre de santé mentale destiné aux habitants du nord de la province. Elle s’est entretenue directement avec le premier ministre Justin Trudeau la semaine passée, lors de la retraite du caucus libéral fédéral, à Saskatoon.

Le projet, proposé par la chef Cook-Searson, prévoit un centre de traitement des dépendances et de la santé mentale comprenant 10 lits, une piscine et une hutte à sudation.

Après sa rencontre avec le premier ministre Justin Trudeau, la chef de la Première Nation de Lac La Ronge a dit avoir bon espoir d’obtenir la collaboration du gouvernement fédéral.

« Nous en avons besoin, c’est une situation désespérée. »

Tammy Cook-Searson, chef de la Première Nation de Lac La Ronge

Les régions du nord de la Saskatchewan sont aux prises avec des problèmes de toxicomanie et de santé mentale qui ont atteint des sommets dans les dernières années. Selon plusieurs militants, un centre de traitement pour les problèmes de santé mentale permettrait de s’attaquer à la situation avant qu’elle ne prenne encore plus d’ampleur.

Des services à la population

Tammy Cook-Searson a expliqué que le centre accueillerait six groupes de dix personnes par année pour des traitements intensifs en santé mentale ou en toxicomanie. Les jeunes étant la population la plus à risque, les premiers groupes à être admis dans ce centre seraient composés d’adolescents et de préadolescents.

L’établissement offrirait également des services de consultation à domicile, en respect avec les savoirs et la culture des Premières Nations. Selon la chef Cook-Searson, les habitants vulnérables du Nord et les Autochtones auraient droit à des services culturellement adaptés dans leur région.

La Première Nation de Lac La Ronge s’engage à investir plus de 2 millions de dollars, en plus de fournir le terrain où le centre serait construit. Tammy Cook-Searson espère amasser les quelque 19 millions de dollars restants grâce une campagne de financement et à des investissements fédéraux et provinciaux. Selon elle, le projet pourrait voir le jour dès 2021.

Le premier ministre canadien Justin Trudeau en conférence de presse durant la retraite du caucus libéral à Saskatoon, en Saskatchewan. (Matthew Smith/La Presse canadienne)

Le chef de la Nation crie Peter Ballantyne, Peter Beatty, qui a également rencontré le premier ministre Trudeau, mercredi, a exprimé son soutien au projet. Il a ajouté qu’il espère que le gouvernement offrira l’aide financière nécessaire, afin que sa communauté puisse profiter de ce centre et de ses services.

« [Justin Trudeau] est un homme très occupé. Cela fait plusieurs années que nous insistons pour obtenir de l’aide », a-t-il expliqué.

Radio-Canada n’a pas été en mesure de joindre le ministère des Services aux Autochtones du Canada pour obtenir des commentaires. L’entité gouvernementale remplace en partie le ministère des Affaires autochtones et du Nord du Canada. Son but est d’améliorer l’accès à des services de qualité pour les Premières Nations, les Inuits et les Métis.

Share
Radio-Canada

Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *