Nord québécois : nouvelle convention collective entre l’Administration régionale Kativik et ses employés

Share
Les représentants du syndicat et de l’Administration régionale Kativik (ARK) lors de la signature de la convention collective à Kuujjuaq, dans le Nord québécois. De gauche à droite : Ina Gordon (Secrétaire générale de l’ARK), Geneviève Charand Arcand (Agente de griefs) syndicat, Liza Cotnoir (VP Communications syndicat), Guy Poirier (Directeur des Ressources humaines), Jennifer Munick (Présidente de l’ARK), Victor Mesher (Président du syndicat), Charlie Ningiuk (VP Transport syndicat), Paul Parons (Directeur des Travaux publics municipaux et membre du comité de négociation), Michael Gordon (Directeur général). (Courtoisie du Syndicat des employé-es de l’administration régionale Kativik)
L’Administration régionale Kativik (ARK) et le syndicat représentant ses employés ont conclu trois ans de négociations en signant une nouvelle convention collective, vendredi dernier, à Kuujjuaq, dans le nord du Québec.

Le document prévoit une augmentation salariale rétroactive de 2,5 % pour 2016, 2017 et 2018 ainsi qu’une hausse de 2 % pour 2019 et l’indexation d’indemnités.

« Nos membres ont été mobilisés du début à la fin et nous avons démontré une belle solidarité tout au long du processus. L’ARK a reculé sur l’ensemble de ses demandes qui étaient non négociables pour nous », a affirmé Victor Mesher, président du Syndicat des employé-es de l’administration régionale Kativik (SEARK), dans un communiqué paru mardi.

« Ce résultat positif souligne le rôle important que joue notre personnel dévoué dans la prestation d’un si grand nombre de programmes et de services essentiels aux [résidents du Nunavik] », a déclaré pour sa part l’ARK par voie de communiqué sur son site web.

L’Administration régionale Kativik est l’autorité administrative au Nunavik, la région inuite du nord du Québec. Elle est responsable d’une gamme de services tels que les services policiers, l’infrastructure, le développement économique et l’environnement.

Le SEARK représente plus de 250 membres de plusieurs corps de métiers au Nunavik. Il est affilié à la Fédération des employées et employés des services publics (FEESP-CSN), qui regroupe plus de 425 syndicats et 60 000 membres des services publics et parapublics.

Négociations difficiles

Toutefois, après être arrivés à une entente de principe au mois d’avril, « un litige concernant le paiement rétroactif des salariés-es ayant quitté l’ARK a fait surface, mettant ainsi un terme à l’entente », expliquait la FEESP-CSN dans un communiqué paru fin novembre.

Afin de faire « monter d’un cran les moyens de pression » contre l’employeur, le syndicat s’était alors doté d’un mandat de grève de six jours.

Avec l’aide d’un médiateur, les deux parties sont toutefois parvenues à s’entendre. L’employeur a retiré sa demande concernant la lettre d’entente le 7 décembre, avant que le syndicat n’ait recours à la grève, a précisé par téléphone Diane Ford, conseillère syndicale du Conseil central du Montréal métropolitain (CCMM-CSN), qui défend aussi les intérêts du SEARK.

« Une fois cette situation clarifiée, le climat est devenu beaucoup plus sain et cordial à la table de négociation, permettant de ficeler les derniers détails de l’entente », a indiqué la FEESP-CSN dans un communiqué.

La convention collective sera en vigueur jusqu’à la fin de 2019, a fait savoir l’ARK dans son communiqué. Les négociations pour la renouveler doivent reprendre en septembre prochain, selon Diane Ford.

Share
Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *