Une collectivité inuite de l’Arctique canadien maintient son interdiction de vendre de l’alcool

Share
Les résidents de Sanikiluaq, au Nunavut, ont rejeté à 63 % la proposition de remplacer le régime prohibitif de vente d’alcool par un système restrictif. (iStock)
À l’issue d’un référendum, la municipalité inuite de Sanikiluaq, dans le Nord canadien, a refusé par une vaste majorité de remplacer son système prohibitif de vente d’alcool par un régime restrictif.

Lundi, 63 % des résidents ont refusé d’instaurer un régime où la quantité d’alcool est limitée. Ce système aurait permis aux résidents de Sanikiluaq d’introduire dans la municipalité ou d’acheter tous les 14 jours un litre de spiritueux, quatre litres de vin et 18 litres de bière.

Sanikiluaq est un hameau du Nunavut d’environ 900 habitants, selon le recensement de 2016 de Statistique Canada. Au total, 134 personnes ont approuvé la proposition et 234 autres s’y sont opposées. Le taux de participation a atteint la barre des 74 %.

Dans 12 communautés du Nunavut, un comité formé de membres élus par les résidents – le Comité d’éducation à la consommation d’alcool – réglemente l’achat d’alcool. Il peut ainsi valider les demandes des résidents en se basant sur des critères allant du comportement aux antécédents judiciaires.

Il existe six communautés dites « sèches » où la vente d’alcool est proscrite, dont Arviat, Coral Harbour et Gjoa Haven. Sept municipalités ont décidé de lever toute réglementation sur le sujet.

Les collectivités inuites du Nunavut ont régulièrement recours à des référendums sur la vente d’alcool dans le but de limiter le commerce illicite. D’autres encore préfèrent resserrer leur réglementation pour endiguer la surconsommation, qui est particulièrement élevée dans les régions inuites du pays. En 2012, 20 % des Inuits du Nunavut âgés de 15 ans et plus consommaient de l’alcool de manière abusive, selon Statistique Canada.

Le 22 octobre, 60,8 % des résidents de Kugluktuk, dans l’ouest du territoire, ont voté en faveur d’un système non restrictif.

Le 25 février, les résidents de Kugaaruk, où la vente d’alcool est proscrite, devront aussi déterminer si elles comptent passer à un système restrictif.

Selon la Loi territoriale sur l’alcool, 60 % des voix sont requises pour changer de régime de distribution des alcools.

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *