Le réservoir d’eau d’Iqaluit, au Nunavut, sera plein plus tôt que prévu

Les ingénieurs de l’entreprise Stantec, responsable du projet, ont utilisé de grands tuyaux pour pomper de l’eau du lac Sans Nom vers le réservoir d’eau potable d’Iqaluit, le lac Geraldine. (Kieran Oudshoorn/Radio-Canada)
Un projet de pompage d’urgence visant à transférer de l’eau du lac Sans Nom vers le lac Geraldine, réservoir d’eau potable de la municipalité d’Iqaluit, dans l’est de l’Arctique canadien, atteindra sa cible 10 jours plus tôt que prévu.

La Ville s’était d’abord donnée jusqu’au 15 octobre pour augmenter le niveau du lac Geraldine afin de pourvoir ses besoins en eau. Les précipitations et la baisse de la consommation en septembre permettront toutefois de compléter le pompage aux environs du 5 octobre.

« Les niveaux de pompage ont été très bons et on a eu très peu de problèmes », explique la directrice générale de la Ville, Amy Elgersma.

Cette baisse de la consommation l’étonne parce que celle-ci tend habituellement à augmenter en raison de la rentrée scolaire et du retour des vacanciers à Iqaluit.

La conseillère note toutefois la volonté affirmée des habitants d’économiser l’eau.

« Les gens me disent souvent qu’ils feront tout ce qu’ils peuvent pour diminuer leur consommation et ils me demandent quand le pompage sera terminé et à quel niveau le réservoir est rendu », note-t-elle.

Sécheresse et surconsommation

La Ville travaille également à réparer ses conduites d’aqueduc afin de gaspiller moins d’eau entre le réservoir et les résidences des habitants.

Mme Elgersma demande aussi aux habitants de rapporter toute fuite aux autorités municipales.

Outre la consommation et les fuites, le peu de précipitation des derniers mois compte parmi les causes de la baisse du niveau du lac Geraldine, qui a atteint un « creux historique », indique la Ville.

À la recherche d’une solution durable

Le faible niveau du réservoir à la mi-août laissait craindre le pire aux autorités municipales.

« Si vous m’aviez demandé mon avis, il y a un mois et demi, je vous aurais probablement répondu qu’il faudra bientôt évacuer la municipalité avec l’aide de l’armée », confie Matt Follett, l’un des ingénieurs responsables du projet de pompage.

Selon lui, il faut maintenant s’atteler à trouver une solution permanente, puisque personne ne sait si l’eau pompée dans le lac Sans Nom sera naturellement remplacée.

À l’origine, la municipalité estimait devoir y prélever 500 millions de litres d’eau pour ramener le lac Geraldine à un niveau acceptable.

En 2018 et au printemps 2019, la municipalité avait dû s’approvisionner directement dans la rivière Apex, le principal affluent de son réservoir, afin d’assouvir ses besoins en eau. La sécheresse de l’été a toutefois tari cette source, forçant Iqaluit à se tourner vers le lac Sans Nom.

Avec des informations de Kieran Oudshoorn et Jackie McKay

Correction
Une version précédente de ce texte attribuait la baisse de la consommation du départ de villégiateurs et à la rentrée. Or, le retour des habitants partis à l’extérieur pour leurs vacances et la rentrée scolaire entraînent généralement une augmentation de la consommation d’eau. La diminution est donc attribuable à d’autres facteurs. Le texte a été corrigé.
Radio-Canada

Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *