Nord canadien : la fédération des francophones des Territoires du Nord-Ouest se positionne pour l’avenir

La maison bleue abrite plusieurs organismes francophones à Yellowknife, aux Territoires du Nord-Ouest. (Mario De Ciccio/Radio-Canada)
Pour le 40e anniversaire de la Fédération franco-ténoise (FFT), sa directrice générale, Linda Bussey, souhaite à l’organisme et à la communauté francophone de travailler en partenariat avec tous les acteurs des Territoires du Nord-Ouest.

D’abord association culturelle puis fédération, les quatre décennies d’existence de la Fédération franco-ténoise n’ont pas été un long fleuve tranquille.

« Il y a eu des périodes de luttes, de transition. Il y a eu des périodes difficiles, où personne ne s’entendait, tout le monde quittait et revenait. C’est comme la vraie vie. Il y a de mauvaises périodes, de bonnes périodes, des périodes de questionnements sérieux. »

Linda Bussey, directrice générale, FFT

D’ailleurs sa directrice actuelle, Linda Bussey, compare l’organisme à la vie d’une « personne qui s’est développée, avec des [périodes de] progressions, des fois plus lentes et d’autres plus rapides. »

Linda Bussey s’est donné trois ans à la direction de la Fédération franco-ténoise avant de prendre sa retraite. (Noémie Moukanda/Radio-Canada)
« Je pense qu’on se repositionne pour continuer les prochaines 40 années. »

Linda Bussey, directrice générale, FFT
Une histoire de luttes et la naissance de partenariats

L’un des moments forts, si pas le plus marquant, est sans conteste pour Linda Bussey, le bras de fer judiciaire entre la Fédération des Franco-Ténois et le Gouvernement des Territoires du Nord-Ouest pour les services en français.

Plus récemment, la directrice de la FFT cite la mobilisation « pour que l’École Allain-St-Cyr devienne une bâtisse ». Elle préfère donc souligner les aspects positifs de ces périodes moins glorieuses. Linda Bussey voit dans l’aboutissement de ces causes une « reconnaissance de leur communauté ».

« C’est la reconnaissance qu’on est des partenaires. On est ici pour travailler avec tout le monde. Je pense que c’est important. »

Linda Bussey, directrice générale, FFT

Elle jette un regard presque admirateur sur cette histoire dont elle fait partie depuis 28 ans. « C’était vibrant. Le but était vraiment la défense des droits et de partager notre culture avec le restant des gens des Territoires », lance-t-elle sourire aux lèvres.

« Je regarde aujourd’hui le nombre de jeunes en immersion. C’est incroyable! Je pense qu’on a eu un impact sur le nombre d’écoles d’immersion. »

Linda Bussey, directrice générale, FFT

Linda Bussey définit l’organisme dont elle est à la tête depuis un an et demi comme « une fédération qui a commencé toute seule, mais qui a grandi, travaille en collaboration avec tout le monde tout en mettant l’emphase sur le respect des droits de francophones ».

La Maison bleue, symbole de la francophonie à Yellowknife. (Noémie Moukanda/Radio-Canada)
Pour des services en français adéquats

« La FFT n’arrêtera pas de défendre les droits des francophones », insiste Mme Bussey. Pour ce faire, elle « va travailler avec les partenaires de son réseau, dans la communauté, le gouvernement », précise-t-elle. Elle ajoute aussi que la fédération « va continuer de s’assurer que les services sont offerts (…) et d’avoir les ressources pour soutenir les gens qui ont besoin de ces services ». Elle évoque notamment l’accès aux soins de santé et à la justice dans la langue de Molière.

Laisser un héritage à la retraite

Tout doucement, mais sûrement, Linda Bussey pense à la relève. Elle « aimerait tirer sa révérence en décembre 2020 ». Mais comme ses prédécesseurs, elle veut laisser son empreinte et trois dossiers lui tiennent particulièrement à cœur.

Le premier est le centre communautaire et culturel dont elle souhaite jeter les fondations pour qu’il voie le jour. Ensuite, elle veut que sa ville, Yellowknife, soit choisie pour les Jeux de la francophonie canadienne en 2023. Et d’un ton bienveillant, Linda Bussey exprime son troisième vœu de voir la FFT évoluer dans un esprit de collaboration avec tous les acteurs de la communauté.

D’ailleurs, en préambule de son Assemblée générale qui a lieu samedi, la Fédération franco-ténoise tiendra des discussions sur la collaboration entre Francophones et Autochtones.

Noémie Moukanda, Radio-Canada

Noémie Moukanda, Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *