Élections fédérales : opération charme pour les francophones du Yukon, dans le Nord canadien

Share
Les candidats des cinq partis qui se présentent aux élections fédérales pour représenter le Yukon étaient présents mercredi, lors d’un débat organisé par l’Association franco-yukonnaise. (Anaïs Elboujdaïni/Radio-Canada)
Devant une salle remplie d’une quarantaine de personnes, les cinq candidats aux élections fédérales du Yukon ont répondu à plusieurs questions sur la francophonie. La santé est l’une des thématiques qui a occupé l’échange.

La rencontre, organisée par l’Association franco-yukonnaise (AFY), avait moins l’allure d’un débat qu’une occasion pour les candidats de promouvoir la plateforme de leur parti. L’organisme a souligné l’importance pour les candidats de rencontrer la communauté francophone et d’entendre ses enjeux, puisqu’elle forme 14 % de la population du territoire.

L’AFY a demandé aux candidats leur position sur la modernisation de la loi sur les langues officielles (LLO), ainsi que sur les soins de santé offerts en français.

De l’avis de tous les candidats, le bilinguisme est une valeur fondamentale au pays et les citoyens doivent pouvoir obtenir des services dans la langue de leur choix.

Le candidat du Parti conservateur, Jonas Smith, avance que son parti n’a pas encore publié sa plateforme sur l’enjeu, mais réitère l’importance du bilinguisme. Pour le candidat du Nouveau Parti démocratique, Justin Lemphers, la loi doit contenir des mécanismes de sanctions.

Sur l’enjeu de la santé, Lenore Morris, du Parti vert, estime que les soins de santé devraient être offerts par le secteur public. Des soins prodigués par le privé devraient tout de même être financés par le public.

Les citoyens devraient tous avoir le choix de s’exprimer et de se faire servir dans la langue officielle de leur choix, selon elle.

De l’avis de Justin Lemphers, tous les Canadiens devraient pouvoir s’exprimer dans la langue de leur choix. Si élu, un gouvernement néo-démocrate consultera la communauté pour la servir adéquatement.

Il a aussi souligné l’importance de travailler au Canada et à l’international pour recruter des francophones dans le système de santé.

Le candidat conservateur rappelle que son parti promet un transfert fédéral en santé de 3 % par année, une somme de 1,8 million de dollars pour le Yukon. Cette somme prévisible, avance-t-il, pourrait servir à offrir des services de santé dans les deux langues.

Les gens malades ont le droit d’être servis dans la langue officielle qu’ils maîtrisent le mieux. Il souhaite que les fonds servent aux services plutôt qu’à la bureaucratie.

Larry Bagnell, du Parti libéral et candidat sortant, rappelle que son gouvernement a investi 22 millions de dollars pour améliorer les services de santé pour les francophones en situation minoritaire.

Il continue en disant que le gouvernement a également les programmes de formation spécifiques à la santé. L’amélioration de l’accès aux soins en santé mentale et de soins de santé pour les aînés francophones est aussi une préoccupation qu’il reconnaît à la suite de consultations.

Pour Joseph Zelezny, du Parti populaire du Canada la santé est de compétence provinciale et territoriale. Il estime tout de même que les citoyens devraient être servis dans la langue officielle de leur choix dans le système de santé.

Une occasion de s’exprimer dans sa langue

Isabelle Salesse, directrice générale de l’AFY, est satisfaite de la rencontre. Un exercice similaire s’était tenu en 2015. Or, cette édition était plus réussie à son avis.

« Bien que la communauté franco-yukonnaise a des demandes très spécifiques en lien avec la francophonie, les francophones ont aussi les mêmes préoccupations que le reste de la population », précise-t-elle.

« L’environnement, les aînés, les jeunes : on a les mêmes préoccupations que les autres, mais c’est important d’avoir un espace où l’on peut s’exprimer dans notre langue. »

Isabelle Salesse, directrice générale, AFY

Ceux-ci se sont d’ailleurs exprimé sur divers enjeux : le site de l’Association contient les réponses des candidats sur d’autres thèmes.

Larry Bagnell ainsi que Joseph Zelezny étaient les seuls à s’exprimer presque exclusivement en français. La candidate verte Lenore Morris s’est excusée de ne pas maîtriser la langue de Molière. Les candidats Justin Lemphers, du Nouveau Parti démocratique ainsi que Jonas Smith, du Parti conservateur, se sont tour à tour exprimés en français et en anglais.

Des interprètes ont traduit les réponses des candidats lorsqu’ils s’exprimaient en anglais.

Share
Anaïs Elboujdaïni, Radio-Canada

Anaïs Elboujdaïni, Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *