Le savoir-faire inuit à l’honneur dans la nouvelle collection de Canada Goose

Le détaillant Canada Goose a dévoilé jeudi la nouvelle collection de son « Projet Atigi », qui regroupe 90 manteaux conçus par des couturières inuit des quatre coins de l’Arctique canadien. (Photo : Canada Goose)
Pour une deuxième année de suite, l’entreprise Canada Goose a dévoilé une collection de manteaux conçus par des couturières inuit de l’Arctique canadien.

« C’était important pour moi de choisir de quelle manière je pouvais faire connaître ma culture », soutient Olivia Tagalik, une Inuk originaire de Rankin Inlet, au Nunavut, qui explique qu’elle s’est donnée corps et âme dans le projet.

La collection, baptisée « Projet Atigi », a été dévoilée jeudi à New York et comprend des modèles pour hommes et pour femmes, dont des « amautiit », un type de manteau traditionnel inuit dont se servent les femmes inuit pour porter leur enfant.

Selon le détaillant, la collection vise avant tout à « célébrer l’expertise du Nord et le riche héritage artisanal des Inuit ».

Elle regroupe 90 parkas conçus sur mesure par 18 couturières originaires des quatre régions inuit du Nord canadien, à savoir la région désignée des Inuvialuit (nord-ouest du Canada), le Nunavut, le Nunavik (Nord québécois) et le Nunatsiavut (nord du Labrador).

Les couturières ont été retenues à la suite d’un appel de candidatures lancé au mois d’août par l’organisation Inuit Tapiriit Kanatami (ITK), qui représente quelque 65 000 Inuit au Canada.

« Le partenariat de l’ITK avec Canada Goose offre une plateforme pour soutenir le développement économique des Inuit et raconter leurs histoires individuelles, mais aussi pour montrer que la culture et les traditions inuit sont vivantes et bien ancrées dans le monde moderne », a fait savoir Natan Obed, le président de l’organisme, dans un échange de courriels.

Olivia Tagalik est originaire de Rankin Inlet, au Nunavut. Elle est l’une des 18 couturières inuit a avoir été retenue pour la collection de 2020. (Photo : Canada Goose)
La culture inuit sous les projecteurs

Olivia Tagalik a pris part au projet pour la première fois cette année. « J’ai attendu jusqu’à la veille de la date de clôture de l’appel de candidatures, se souvient-elle. Et j’ai fini par me dire: « OK, vas-y, Olivia! Tu n’as rien à perdre! » »

Selon elle, ce type d’initiative donne la chance à des femmes inuit de gagner en visibilité à l’extérieur de leur région, mais elle permet aussi de mettre de l’avant la culture inuit à l’échelle internationale. « Sinon, je trouve que c’est très difficile de se faire connaître », indique-t-elle.

« Au sens plus large, j’espère que ça donnera aussi une certaine relance à l’économie du Nunavut », poursuit celle qui travaille à temps plein pour la minière Agnico Eagle, mais qui se passionne pour la couture depuis son plus jeune âge.

Elle décrit son manteau comme une pièce « robuste », conçue pour les besoins du Nord. « Comme on passe beaucoup de temps assis sur notre motoneige, sur notre quatre-roues ou à l’aréna, j’ai laissé l’arrière du manteau plus long pour qu’il tienne au chaud », précise-t-elle.

La création d’Olivia Tagalik (Photo : Canada Goose)
Les profits versés aux Inuit

À compter de jeudi, chaque manteau sera vendu en ligne à un prix unitaire de 2500 $. Selon le détaillant, tous les profits des ventes reviendront aux Inuit par l’intermédiaire de l’Inuit Tapiriit Kanatami, qui s’en servira pour financer des programmes leur étant destinés.

L’an dernier, 80 000 $ des profits ont été versés à l’organisation nationale inuit. La somme a par la suite été redistribuée à parts égales aux quatre organisations qui représentent les régions inuit du nord du pays.

Canada Goose s’attend à ce que les recettes de cette année soient deux fois plus élevées que celles de sa première collection.

Jointe par courriel, l’entreprise n’a pas voulu confirmer si une troisième collection du « Projet Atigi » était prévue en 2021.

« Je l’espère! », lance en riant Olivia Tagalik.

12 pensées sur “Le savoir-faire inuit à l’honneur dans la nouvelle collection de Canada Goose

  • Avatar
    jeudi 23 janvier 2020 à 02:10
    Permalink

    Quelq’un sait , si la fourrure utilisé est éco-responsable ?

    Répondre
    • Avatar
      vendredi 24 janvier 2020 à 02:44
      Permalink

      Oui oui Le massacre d’animaux pour orner des vestes et bonnet … c’est éco responsable !! Non mais c’est quoi cette question ??

      Répondre
      • Avatar
        dimanche 26 janvier 2020 à 07:07
        Permalink

        Personne ne respecte plus la planète et les animaux que les Inuits…vous auriez beaucoup à apprendre d’eux !!!

        Répondre
      • Avatar
        dimanche 26 janvier 2020 à 12:26
        Permalink

        Être echo-responsable est faire preuve de responsabilite à l’égard de l’environnement. Depuis plusieurs milliers d’années, les inuits vivent de façon à préserver tout ce que la Mère Terre leur apporte; tout ce qu’ils tuent, ils les mangent pour subvenir à leurs besoins, rien n’est gaspillé. Les inuits vivent depuis toujours en harmonie avec celle-ci, ils en sont reconnaissants de ce que la nature leur apporte et ils veillent sur elle, ça fait partie de leurs valeurs.

        Répondre
    • Avatar
      lundi 27 janvier 2020 à 09:25
      Permalink

      J’aurais aimé savoir le nom des couturières inuit choisi.
      Merci

      Répondre
  • Avatar
    vendredi 24 janvier 2020 à 02:29
    Permalink

    Bonjour ,

    Je voudrais savoir où acheter une de vos canadiennes ? J’habite dans le 57 en Moselle .

    Merci pour votre réponse.

    MME BACK Joée

    Répondre
  • Avatar
    vendredi 24 janvier 2020 à 02:40
    Permalink

    Arrêtez le massacre des animaux à fourrure .. Torturer des animaux juste pour orner des capuche, des bonnet… Entendez leur agonie… Laissez la nature en paix, que le mal et toutes les plaies du monde s’abattent sur à vous, vous êtes des assassins … juste pour l’argent !!! Un argent que vous n’emporterait jamais dans vos tombes !!! Votre âme est souillée par vos massacres !!!

    Répondre
    • Avatar
      dimanche 26 janvier 2020 à 07:11
      Permalink

      Vous pensez que l’être humain a respecté la nature dans le processus de fabrication de l’outil technologique que vous utilisez pour accusez faussement des gens d’assassins….
      Si vous n’avez jamais mis les pieds dans l’Arctique pour connaître les Inuits et leur mode de vie… Ne vous improvisez pas fin connaisseur…de grâce…

      Répondre
    • Avatar
      dimanche 26 janvier 2020 à 18:36
      Permalink

      Avez-vous déjà habité au Nunavut ou ailleurs dans le grand nord canadien? Sûrement pas parce que vous apprécieriez de porter ces fabuleux manteaux. Les animaux tués ne servent pas uniquement pour la fourrure mais aussi pour la nourriture.

      Répondre
  • Avatar
    vendredi 24 janvier 2020 à 02:46
    Permalink

    Oui oui Le massacre d’animaux pour orner des vestes et bonnet … c’est éco responsable !! Non mais c’est quoi cette question ??

    Répondre
Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *