Arrestation musclée et agression en détention pour un habitant du nord-est canadien

Une saisie d’écran d’une vidéo montrant l’arrestation lundi soir d’un homme par un agent de la Gendarmerie royale du Canada à Kinngait, au Nunavut. (CBC)
L’homme qui a été arrêté lundi par des agents de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) à Kinngait, au Nunavut, a été transporté à l’hôpital d’Iqaluit après avoir été attaqué durant sa détention.

Une vidéo captée par un passant au moment de l’arrestation suscite la controverse sur les médias sociaux ces derniers jours. On y voit notamment un agent de la GRC utiliser la porte de son véhicule pour renverser un homme en état d’ébriété.

La publication de la vidéo a mené à l’expulsion de la collectivité l’agent de la GRC ainsi qu’à la tenue d’une enquête interne et d’une enquête externe indépendante sur l’intervention du policier.

Autrefois connue sous le nom de Cape Dorset, Kinngait est une communauté d’environ 1500 habitants située sur l’île de Baffin, dans l’est du Nunavut.

« Violemment attaqué »

Un document judiciaire obtenu par CBC révèle que l’homme a été « violemment attaqué » par un détenu alors qu’il était gardé captif.

Il a initialement été arrêté pour voies de fait et pour avoir refusé de se conformer aux ordonnances de sa probation. Selon la police, l’homme était extrêmement intoxiqué et violent au moment de sa détention.

En raison d’un manque d’espace, il a ensuite été placé dans la cellule d’un autre détenu qui s’en est physiquement pris à lui en le rouant de coups.

La GRC indique que l’homme se trouvait dans un état d’ébriété trop avancé pour être en mesure de se défendre. II était allongé au sol dans sa « cellule couverte de sang » lorsqu’il a été retrouvé.

L’homme a d’abord été transporté au centre de santé de Kinngait, avant d’être envoyé par avion-ambulance à l’Hôpital général Qikiqtani d’Iqaluit. Il portait plusieurs marques d’ecchymoses au visage, dont certaines l’empêchaient de garder son œil droit ouvert.

Son agresseur a pour sa part été accusé de voies de fait graves.

L’homme a été transféré par avion-ambulance à l’Hôpital général Qikiqtani, à Iqaluit. (CBC)
Réaction du premier ministre Justin Trudeau

Questionné jeudi en point de presse sur les circonstances entourant la vidéo, le premier ministre Justin Trudeau n’a pas voulu préciser qui devait être tenu responsable.

« Les événements des dernières semaines, au Canada comme aux États-Unis, ont souligné à quel point il reste beaucoup à faire », a-t-il affirmé.

« Les Canadiens racialisés, [comme] les Autochtones au Canada, ont beaucoup souffert de la discrimination systémique dans chaque partie de notre pays », a poursuivi le premier ministre.

Justin Trudeau réagit à l'arrestation musclée à Kinngait

En point de presse, ce matin, le premier ministre Justin Trudeau est revenu sur l'arrestation par la GRC d'un homme à Kinngait, lundi soir. L'intervention policière a fait l'objet d'une vidéo qui a suscité la controverse dans les derniers jours.Plus de details sur l'arrestation ici : https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1708708/nunavut-grc-police-intervention-enquete

Posted by ICI Nunavut on Thursday, June 4, 2020

Le premier ministre du Nunavut, Joe Savikataaq, a de son côté réagi sur son compte Twitter au lendemain de la publication de la vidéo sur les réseaux sociaux.

Le racisme systémique et les préjugés inconscients sont réels – douloureusement réels, a-t-il écrit. Au nom de notre cabinet et de l’ensemble du gouvernement, sachez que nous continuerons à lutter contre cela.

Plusieurs incidents portant sur des arrestations controversées d’agents de la GRC sont survenus au cours des derniers mois. Au mois de mai, un homme de 31 ans a été abattu par balle par un policier qui répondait à un incident dans une maison à Clyde River.

D’après les informations de John Van Dunsen et Jackie McKay

Radio-Canada

Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *