Est-ce vraiment canadien? Les inventions canadiennes

Share

En haut : les Drs Charles Best et Frederick Banting de l’Université McGill, découvreurs de l’insuline, photo de 1924 – À gauche : le Dr James Naismith d’Almonte, inventeur du basketball – À droite : la pizza hawaïenne, créée en 1962 à Chatham en Ontario par Sam Panopoulus (CBC/Radio-Canada) et l’autoneige Bombardier B12 (Wikimedia/Bombardier)

Depuis bien avant la roue et jusque bien après la colonisation sur Mars et le voyage interstellaire à plusieurs fois la vitesse de la lumière, la quête de l’innovation faisait, fait et fera toujours partie de nos gènes.

L’humain cherche, trouve, invente, se questionne et réinvente sans cesse.

Jetez un regard de tendresse sur les enfants qui jouent. Combien de fois avons-nous entendu : « Là, on va dire que… » et c’était parti. Le bâton auquel est attaché un bout de tissu est un drapeau de ralliement, la boîte de carton est un navire affrontant fièrement les vagues déferlantes d’un océan en colère… le tout dans une salle de jeux qui, le temps d’une aventure, devient une île déserte où se cache un trésor magnifique.

C’est dans cette propension à l’imaginaire que l’idéation prend sa source, que le « et pourquoi pas » germe dans l’esprit créateur.

Nous vous proposons ici un reportage en deux temps.

Premier temps

Nous vous présentons, en cinq sections, quelques-unes de ces inventions, toutes canadiennes, qui ont marqué notre temps, pour le meilleur et pour le pire.

Second temps

Un survol du parcours de l’inventeur, parcours qui trop souvent est jalonné d’embûches et de frais cachés, et des outils et services qui existent pour s’y retrouver. Sans oublier une rencontre avec l’inventeur-entrepreneur Daniel Paquette, fondateur et président d’Inventarium, une société qui vient en aide aux inventeurs indépendants.

Là, on va dire qu’on commence, d’accord?

Les inventions canadiennes | MENU

| La radio, les communications, l’électricité | Médecine | Aviation | Neige et hiver | Cuisine | Les méandres de la protection intellectuelle | En rafale pour terminer |

PREMIER TEMPS: SECTION 1

La radio, les communications, l’électricité

La transmission de la voix - Reginald Fessenden

Le physicien et inventeur Reginald Fessenden ( Photo : Libre de droits)

Reginald Fessenden ne voulait pas seulement s’en tenir à l’envoi de message morse, il voulait, comme il le disait lui-même : « faire parler la radio ».

Qui dit radio pense immédiatement à Guglielmo Marconi, c’est vrai. Cet inventeur italien né à Bologne en 1874 et décédé à Rome en 1937 est mondialement considéré comme étant le père de la radio et de la télégraphie sans fil.

Fondateur de la toute première compagnie internationale de radiodiffusion, il reçoit en 1909 le prix Nobel de physique, conjointement avec l’allemand Ferdinand Braun « en reconnaissance de leurs contributions au développement de la TSF ».

Fessenden n’a pas reçu de prix Nobel, mais il a fait « fait parler » la radio.

Reginald Aubrey Fessenden est né en 1866 à Milton-Est, dans le comté de Brome au Québec.

C’est alors qu’il vivait aux États-Unis, bouillon de recherches et d’innovations scientifiques, qu’il a conçu un système de transmission de la parole par les ondes. À la même époque, Marconi fait la une des actualités mondiales avec ses expériences en Grande-Bretagne.

Homme au franc-parler et aux idées arrêtées Fessenden considère que Marconi fait fausse route quand il assimile la transmission radio à l’effet coup de fouet. Les ondes électromagnétiques seraient produites par des étincelles électriques assez fortes pour propager des impulsions dans l’air. Mais entre les étincelles, il n’y aurait rien.

Fessenden croit au contraire que les ondes radio sont « continues », comme la lumière projetée par la flamme d’une bougie.

Si oui, donc, la parole peut être transmise.

Cobb Island 23 décembre 1900

Le ministère de l’Agriculture des États-Unis lui propose de tester son idée dans sa station météorologique de Cobb Island, petite île du Potomac.

Le 23 décembre 1900, il procède à l’expérience historique : la première transmission sans fil de la voix humaine.

Encouragé par son succès, Fessenden quittera le service du ministère de l’Agriculture en 1903 afin de créer sa propre entreprise, National Electric Signalling.

Tout comme le téléphone qui avait recours au principe des variations de courant, Fessenden est persuadé que cela s’applique à la transmission de la voix, donc, de la radio.

Pour ce faire, il suffisait de brancher un téléphone sur l’antenne. Le résultat sera une fréquence radio dont l’amplitude variera en fonction d’une fréquence audio. Fessenden avait inventé le principe de la modulation par amplitude (AM).

C’est finalement le soir de Noël 1906, depuis la station de Brant Rock, que Fessenden invente les émissions de radio telles que nous les connaissons aujourd’hui.

Fessenden et la radiodiffusion – 150 ans de science au Canada

Sources :

Fessenden – 100 ans de radio (Encyclopédie canadienne)

Fessenden, Reginald (Encyclopédie de l’Agora, pour un monde durable)

Musée historique des Communications de Sutton

La radio n’a pas dit son dernier mot (Radio Canada International)

Téléphonie – le combiné téléphonique

(iStock)

Bon, d’accord, nous sommes à peu près tous accrochés à nos téléphones portables aujourd’hui, reste que le bon vieux téléphone est encore et toujours muni de cet accessoire qu’est le combiné.

Le téléphone conçu par Cyrille Duquette (Bibliothèque et Archives Canada)

C’est à un horloger de Québec que nous devons cette invention. Cyrille Duquette a eu l’idée de combiner l’émetteur et le récepteur d’un téléphone en une seule pièce, l’un à un bout, l’autre, évidemment, à l’autre. Il a même établi l’une des premières lignes téléphoniques au monde, en 1878, de sa boutique à un collège pas très loin.

« Perfectionnements aux téléphones ». Brevet no 8371, déposé par Cyrille Duquet en 1878
Source: Bibliothèque et Archives Canada
© Bibliothèque et Archives Canada
nlc-11299

Sources :

Les brevets d’invention et l’innovation au Canada (Bibliothèque et Archives Canada)

Cyrille Duquette. Répertoire du patrimoine culturel du Québec (Culture et Communications Québec)

Cyrille Duquette (Dictionnaire biographique du Canada)

Transport de l’électricité

Le 29 novembre 1965, Hydro-Québec mettait en service la première ligne de transport à haute tension à 735 kilovolts au monde. (Hydro-Québec)

735 kV, ça vous dit quelque chose?

Ce standard international de transport de l’électricité sur de longues distances a été inventé ici, au Québec.

En 1965, la première ligne à 735 000 volts au monde a été mise en service pour relier les centrales du complexe Manic-Outardes aux régions urbaines de Québec et de Montréal. Cette technologie inventée par l’ingénieur québécois Jean-Jacques Archambault a rendu possible le développement des ressources hydroélectriques du nord-ouest et du nord-est du Québec.

Depuis quelques années, l’Université de Sherbrooke offre la bourse Jean-Jacques Archambault à des étudiants de quatrième année en génie se spécialisant en énergie électrique.

Poste de Radisson (Hydro-Québec)

Sources :

Le transport de l’électricité au Québec (Hydro-Québec)

Biographie de Jean-Jacques Archambault (ieee Canada)

Bourse Jean-Jacques Archambault (Université de Sherbrooke)

Retour au menu

PREMIER TEMPS: SECTION 2

Médecine

L’insuline et Frederick Banting

(Santé innovations)

Il est plus question ici d’une découverte que d’une invention, mais elle est majeure.

Frederick Banting a découvert en 1921 l’insuline employée pour le traitement du diabète. C’est en 1922 que la nouvelle découverte a permis de sauver une première vie.

Frederick Banting (Sugar High Sugar Low)

Pendant des années, les scientifiques pensent qu’une sorte de sécrétion provenant du pancréas permet de prévenir le diabète. Mais personne n’arrivait à isoler la substance

Été 1921

C’est une équipe de l’Université de Toronto qui, cet été-là, se lance dans une série d’essais en s’articulant autour d’une nouvelle approche expérimentale suggérée par le Dr Frederik Banting.

En 1923, Frederick Banting et son collège John Macleod reçoivent le prix Nobel pour l’une des avancées les plus importantes et les plus controversées de l’histoire médicale moderne.

(Archives, Radio-Canada)

Sources :

Découverte de l’insuline (Encyclopédie canadienne)

Médecins canadiens célèbres (Bibliothèque et Archives Canada)

En rafale : quelques faits historiques en médecine

1930 : Traitement de l’épilepsie à Montréal

« Wilder Penfield était un grand chirurgien et un grand savant, mais aussi un être humain d’encore plus grande valeur. »
Sir George Pickering, titulaire de la chaire de médecine Regius, Université d’ Oxford

Dr Wilder Penfield. Photo prise vers 1934 (Bibliothèque et Archives Canada)

Le Dr Wilder Penfield fonde l’Institut de neurologie de Montréal. Le Dr Penfield a mis au point une méthode chirurgicale pour traiter l’épilepsie, appelée « technique de Montréal ».

Sources :

Wilder Penfield (1891-1976) (Université McGill)

Médecins célèbres au Canada (Bibliothèque et Archives Canada)

Wilder Penfield (Historica Canada)

Wilder Penfield, pionnier de la neurochirurgie épileptique (hinnovic.org)


1945 : Vaccin contre la polio : la contribution du Canada

Le Dr Raymond Parker, aux Laboratoires Connaught de l’Université de Toronto, découvre un nutriment chimique dans lequel les cellules peuvent croître et se répliquer, jouant ainsi un rôle dans la découverte du vaccin contre la polio.

Sources :

Création des Laboratoires Connaught (SANOFI Pasteur)

Médecins célèbres au Canada (Bibliothèque et Archives Canada)


1951 : Le Canada révolutionne les soins cardiaques

Dr John Hopps (Conseil national de recherche du Canada)

Le Dr John Alexander « Jack » Hopps met au point le premier stimulateur cardiaque externe, qui stimule les muscles du coeur au moyen d’un courant électrique.

Sources :

Médecins célèbres au Canada (Bibliothèque et Archives Canada)

John Hopps and the pacemaker (BC Medical Journal)

Meet the Canadian engineer who casually invented the pacemaker (CBC Archives)

Biographie – John Hopps – Ingénieur (Futura Santé)


1956 : Guérir la maladie de Hodgkin

La Dre Vera Peters ouvre la voie à la radiothérapie pour traiter la maladie de Hodgkin. Le taux de survie à la maladie de Hodgkin, jadis considérée comme incurable, est aujourd’hui de plus de 90 %.

Sources :

« Elle a laissé des pistes à ses remplaçants pour leur montrer le chemin » (Temple de la renommée médicale canadienne)

Vera Peters, pionnière en oncologie psychosociale (science.ca)

Médecins célèbres au Canada (Bibliothèque et Archives Canada)

How Vera Peters revolutionized treatments for Hodgkin’s breast cancer (CBC)


1967 : Pas touche les petits!

L’invention du bouchon dit « Palm N’ Turn Safety Cap » conçu par le Dr Henri Breault (Rachel Rizzo via prezi.com/)

Le premier bouchon à l’épreuve des enfants pour les médicaments, conçu par le Dr Henri Breault, est adopté à Windsor (Ontario), ce qui permet de réduire de 90 % l’incidence des empoisonnements chez les enfants.

Dr Henri Breault

« En 1957, le Dr Breault devenait chef du service de pédiatrie et directeur d’un nouveau centre antipoison à l’hôpital de l’Hôtel-Dieu. Tous les jours, il était confronté à de nouveaux cas d’empoisonnement d’enfants qui avaient avalé par mégarde des médicaments (il était si facile d’ouvrir les tubes d’aspirine) ou des produits ménagers dangereux. Grâce à son travail et à son dévouement, l’usage de contenants à l’épreuve des enfants pour les médicaments a fini par être imposé par le gouvernement et cette mesure de prévention a sauvé de nombreux enfants d’un empoisonnement accidentel. » (Citation : Temple de la renommée médicale canadienne. Portrait : Ville de Tecumseh)

Sources :

« Sa campagne de prévention des empoisonnements a permis de sauver bien des vies » (Temple de la renommée médicale canadienne)

Dr Henri Breault (Ville de Tecumseh)

Retour au menu

PREMIER TEMPS: SECTION 3

Aviation

Deux noms nous viennent en tête quand on parle de découvertes canadiennes en matière d’aviation : les fameux bombardiers d’eau Canadair et le tristement célèbre Avro Arrow.

Le C 105 Arrow de Avro

(avro-arrow.org)

C’est presque « canadien », diriez-vous, de commencer une histoire en racontant son échec.

Soit, mais quelle histoire!

(avro-arrow.org)

20 février 1959

Ce jour-là, le premier ministre John Diefenbaker annule le plus ambitieux projet aéronautique canadien: le CF-105 Avro Arrow.

Après l’annonce, le PDG d’Avro Canada, Crawford Gordon, ordonne la mise à pied immédiate des 14 000 employés travaillant à l’usine d’assemblage du Arrow et à l’usine d’Orenda.

Parmi eux, plusieurs ingénieurs sont allés travailler aux États-Unis ou au Royaume-Uni. Ils ont participé au programme spatial américain ou à la conception du Concorde.

Aujourd’hui?

Pour plusieurs historiens, la fin abrupte du programme Avro Arrow marque un tournant dans l’esprit collectif canadien. D’une nation qui pouvait réaliser ses rêves, nous serions devenus, et pour longtemps, une nation qui ne pouvait plus. En anglais, on dit : « Going from a ˝can do˝ nation to a ˝can’t do˝ nation. »

On évoque encore parfois l’histoire du Arrow quand un grand projet vacille ou quand une entreprise de pointe est sur le point d’être achetée par des intérêts étrangers.

« La raison que le gouvernement (Diefenbaker) a invoquée, c’était que l’ère des intercepteurs était finie et que les missiles pouvaient les remplacer. Ça, c’est la version officielle. »

Marc-André Valiquette, auteur, « L’anéantissement d’un rêve, la tragédie d’Avrow Canada et du CF 105 Arrow

Et les autres raisons?

« La tragédie du Arrow, c’est l’aboutissement d’une série de faits : une haute direction arrogante chez Avro, des Forces aériennes qui ne savaient pas ce qu’elles voulaient, un gouvernement qui n’avait aucun courage et un ministre de la Défense qui n’avait aucune expérience. Ce que je dis, c’est que Avro aurait dû finir les 32 avions qui étaient sur la ligne de montage et les faire voler… C’était des amateurs! Ce projet a échoué à cause de l’amateurisme des gens qui prenaient les décisions. »

Marc-André Valiquette

Les cinq appareils achevés ainsi que ceux dans la chaîne de montage ont tous été réduits à la ferraille, sous l’ordre de l’état-major de l’Aviation royale du Canada (ou la RCAF).

Il aura fallu trente ans avant que l’industrie aéronautique canadienne arrive à se remettre sur pied.

L’Avro Arrow, le documentaire

Sources :

Les archives photo de l’Avro Arrow (avro-arrow.org)

Presque 60 ans plus tard, une nouvelle quête de l’Avro Arrow dans les eaux du lac Ontario (Radio Canada International, français)

Les dossiers Avro Arrow de Marc Montgomery (Radio Canada International, anglais)

Les Canadairs

Le CL-415 dit « Canadair » en action en Italie (Viking Air Limited)

On les appelle Canadair partout où ils sont déployés, sauf ici, où ils gardent leurs appellations CL-215 ou CL-415 selon leur puissance et leur capacité de chargement.

D’abord, le nom

Canadair était à l’origine une compagnie indépendante dans le domaine de la construction d’avions civils et militaires avant de passer de main en main, filiale de plusieurs compagnies dans le domaine.

Aujourd’hui, la société est intégrée à Bombardier Aéronautique (Learjet, C Series, Challenger, CRJ Series, QSeries).

Les bombardiers d’eau Canadair, CL 2015- et CL-4156

L’avion bombardier d’eau (ABE) peut larguer de l’eau, nature ou additionnée de « retardant », un produit coloré (rouge) qui revêt la végétation d’une pellicule ignifuge. Par météo défavorable (température ambiante élevée, vitesse du vent supérieure à 20 nœuds, teneur en eau du sol inférieure à 30 millimètres), très souvent présente en saison estivale, quelquefois dès le printemps ou prolongée en automne, les ABE peuvent exercer une veille aérienne, soutes pleines, à titre préventif.

Un CL-415 en action

Sources :

Petite historique du bombardier d’eau CL-215 (Bernard Dumas, perso)

Avion légendaire: le fameux Canadair jaune et rouge (Avions légendaires)

Un concept canadien pour combattre les incendies de forêt (Radio-Canada)

Retour au menu

PREMIER TEMPS: SECTION 4

Neige et hiver

La raquette

« L’homme blanc a toujours tenté de déplacer la neige ou de la contourner alors que l’Indien a toujours cherché le meilleur moyen pour marcher dessus et vivre en harmonie avec la nature. »

Phrase indienne transmise de génération en génération 

Histoire de la raquette (GV 1959)

Est-ce qu’on peut dire que la raquette est une invention canadienne?

Raquette huronne-wendat traditionnelle (GV1959 )

A priori non. Des fouilles archéologiques ont permis de trouver des types de « sur chaussures » servant à se déplacer sans s’enfoncer dans la neige dans de nombreuses cultures du nord de la Russie jusqu’en Yougoslavie.

Cela dit, une hypothèse de plus en plus solide voudrait que le passage du détroit de Béring par les premiers humains vers les Amériques se soit fait grâce notamment à la raquette.

Objet de première nécessité pendant des centaines d’années, indispensable à tous les peuples confrontés à l’hiver quand s’impose les tâches de survie que sont la chasse ou la trappe, quand vient le temps des transhumances saisonnières chez les nomades, la raquette était l’outil essentiel pour réaliser toutes ces tâches.

Raquette ojibwée traditionnelle (GV 1959)

Mais, d’où vient ce nom : raquette?

Encore là, c’est une hypothèse.

Il semblerait que les premiers colons français, en arrivant en Nouvelle-France vers 1604, aient désigné par cette appellation ces drôles de chaussures de neige qui ressemblent à la rachète, l’accessoire que tiennent à la main les joueurs de jeu de paume, l’ancêtre du tennis moderne.

Selon les besoins et les conditions du terrain, la raquette des Premières Nations a été développée de façons particulières.

Quant au passage de moyen de survie et de transport en hiver à sport ou loisir, il a fallu attendre tout près de 250 ans, jusqu’en 1840, pour que cet objet retienne l’attention d’un groupe d’amateurs de l’hiver d’ici.

On assistait alors à la naissance des clubs de raquetteurs.

Le premier club à voir le jour a été le Montreal Snowshoe Club, créé en 1840 par des anglophones dans la métropole canadienne.

Trois ans plus tard, ce club organisait des courses annuelles au vieux champ de courses de la rivière Saint-Pierre, situé aujourd’hui dans la ville de Verdun.

Le reste, c’est de l’histoire moderne.

Raquette moderne, sportive et de performance (GV 1959)

Sources :

Histoire de la raquette (GV 1959)

Héritage amérindien des raquettes à neige : de la nécessité à l’agrément (Encyclopédie du patrimoine culturel de l’Amérique française)

Raquette à neige (Planète castor)

La souffleuse à neige

Souffleuse à neige de marque Sicard vers la fin des années 1940 Photo : LIFE / domaine public

« Ouvrir des chemins en hiver, enlever de la neige, déneiger, ça fait vraiment partie du génie de notre culture. »

Serge Bouchard, anthropologue et animateur radio

À 10 centimètres, on sort les pelles. À 15, on fait de même. Quand cela revient tous les quatre ou cinq jours, on peste contre cette neige, on engage un service de déneigement, ou on achète une souffleuse.

Outil essentiel pour plusieurs Canadiens, aussi présent que l’est la tondeuse à gazon en été, la souffleuse est personnelle, résidentielle, industrielle, municipale et ainsi de suite.

(Courtoisie des archives municipales de Montréal)

L’appellation officielle   

Opération déneigement (Photo : Radio-Canada)

Au Québec, le terme utilisé est « souffleuse à neige » ou, plus simplement, « souffleuse ».

C’est aussi la désignation officielle du Bureau des véhicules automobiles du Québec, du ministère des Transports du Canada et de toute l’industrie nord-américaine.

Et, tout comme au hockey où les Européens ne peuvent dire « rondelle » mais plutôt « palet », il en va de même pour les souffleuses qui s’appellent ici « fraise à neige », « fraise de déneigement » ou encore « fraiseuse ».

On fait donc plutôt référence dans ces régions à la manière dont la neige est attaquée par l’engin.

Tous les mécanismes de souffleuses utilisent une vis sans fin pour déplacer la neige à souffler vers l’orifice d’expulsion.

Souffleuse résidentielle (Photo : Radio-Canada/Yvon Thériault)

Fonctionnant dans la très grande majorité à l’essence – plus de 99 % – les souffleuses résidentielles électriques arrivent timidement sur le marché.

Sources :

Arthur Sicard, inventeur de la souffleuse à neige (Archives de Montréal)

Il y a 137 hivers (Article de 2013) naissait l’inventeur de la souffleuse (La Presse)

Les chasseurs de neige (Radio-Canada)

Souffleur de neige, documentaire de Manuel Barbeau Lavalette sur l’inventeur de la souffleuse à neige

La motoneige et le ski-doo, la grande aventure d’Armand Bombardier

Dire Québec, c’est immédiatement penser grands espaces, projets hydroélectriques, fleuve Saint-Laurent, etc. C’est aussi voir surgir des défis nouveaux en environnement, en intégration des nouveaux arrivants, en éducation, en égalité homme femme.

Bref, c’est une société moderne avec ses valeurs, ses bons coups, ses avantages et ses défauts.

Joseph-Armand Bombardier voyait notre hiver « plus grand » que nature. Il l’a fait sien. À ce titre, il fait résolument partie des grands d’ici. Songez à Louis-Joseph Papineau, à Thérèse Casgrain, à Félix Leclerc, à René Levesque ou encore à Maurice  Richard.

« Par son intransigeance à vouloir que sa famille demeure en contrôle de l’entreprise qu’il avait fondée, mais aussi par la capacité qu’il avait eu à mettre sur pied une entreprise hautement rentable et en mesure de se mesurer à de nouveaux marchés, on peut dire, d’une certaine façon, que si Joseph-Armand Bombardier fut l’un des précurseurs du Québec inc., il en fut aussi en quelque sorte l’un des inspirateurs. »

Jacques Nantel, professeur émérite, HEC Montréal

Sources:

Joseph-Armand Bombardier et les précurseurs du Québec inc. (Jacques Nantel/Fondation Lionel-Groulx)

Musée de l’ingéniosité J.-Armand Bombardier

Joseph-Armand Bombardier et son autoneige ont changé nos hivers (Radio-Canada)

Fondation J. Armand Bombardier

Bombardier, la minisérie, épisode 1

Bombardier, la minisérie, épisode 2

Retour au menu

PREMIER TEMPS : SECTION 5

Cuisine

Le beurre d’arachide

(Radio-Canada)

Nourriture de base de tout petit Canadien, ou même de grand qui retrouve ses souvenirs, le beurre d’arachide a été imaginé en 1884 par le pharmacien montréalais Marcellus Gilmore Edson.

Il a fait breveter son invention sous l’appellation « Gelatinous Peanut-Flavored Sandwich Enhancing Goo » en 1884.

Comment traduire untel non? Peut-être par : boue gélatineuse à saveur d’arachide pour améliorer le goût du sandwich!!!

Hum… pas sûr.

Comme le nom n’avait absolument rien d’invitant, il l’a changé pour « Peanut Butter » (Beurre d’arachide).

Il est malheureusement décédé quelques années plus tard, seul et sans le sou.

94 % des Canadiens en possèdent au moins un pot à la maison.

Sources :

Le beurre d’arachide, une invention québécoise? (Culture des futurs)

On craque pour le beurre d’Arachide (La Presse)

Et une chanson surréaliste sur le « beurre de peanut »

Le bacon canadien

Sandwich de bacon peameal, spécialité torontoise (CBC)

Au Canada, ce que l’on connaît comme du lard enrobé dans la farine de maïs est connu partout ailleurs sous le nom de bacon canadien. Contrairement au bacon traditionnel, qui provient du ventre du cochon, le bacon canadien est fait de longes de porc maigre saumuré et roulé dans la farine de maïs. Au tournant du siècle, le Canada exportait son porc en Angleterre, qui connaissait une pénurie. À cette époque, il était enrobé dans la farine de pois jaunes pour le conserver, mais, au fil des ans, on a commencé à utiliser la farine de maïs.

Sources :

Le peameal bacon (L’épicerie, Radio-Canada)

Le sandwich au peameal bacon. Un incontournable de Toronto (curio.ca)

Le peameal bacon de Toronto. C’est la forte présence des boucheries qui travaillaient le porc qui a valu à Toronto le surnom de Hogtown

Le sirop d’érable

(Fédération des producteurs acéricoles du Québec)

En 1534, dès son premier voyage vers l’ouest, donc vers ce qui allait devenir le Canada, Jacques Cartier entend parler « d’un suc de bon goût et délicat » qui sort d’un arbre entaillé à l’aide d’une hache par les habitants de cette terre où il a accosté. C’était la toute première mention « européenne écrite » de l’eau d’érable.

Doit-on vraiment en dire plus sinon que c’est savoureux avec presque tout … même avec le beurre d’arachide.

L’histoire des produits de l’érable, de ses origines à aujourd’hui (Érable Québec)

Sources :

Fédération des producteurs acéricoles du Québec

Si l’histoire de l’érable m’était contée (Érable du Québec)

Selon des chercheurs québécois, le sirop d’érable combat les infections tenaces (Radio Canada International)

Retour aux sources : des jeunes Autochtones apprennent l’art du sirop d’érable (Radio-Canada)

Un portrait des Québécois à travers le sirop d’érable (Radio-Canada)

La poutine

C’est grâce au Québec que l’on peut se vanter d’avoir l’un des plats traditionnels canadiens les plus étranges et les plus typiques.

Son origine est toutefois (hautement!) controversée : plusieurs villes et villages québécois prétendent avoir inventé ce célèbre plat au cours des années 1950, ce qui serait la seule certitude.

Une « vraie » poutine est faite de frites grillées juste à point et recouvertes d’une riche sauce brune poivrée… et de beaucoup de fromage en grains!

Ou, comme le disait Michel Rivard avec son personnage Drobny Orobné (disque : Bonsoir, mon nom est Michel Rivard et voici mon album double, 1985)

« C’est pomme la frite avec sauce la gravy et objets fondants non identifiés. La spitoune non? »

Drobny Orobné

Et, copieusement :

Où manger de la poutine partout dans le monde, partie 1 – l’Amérique (La vraie frite belge à l’accent québécois)

Où manger de la poutine partout dans le monde, partie 2 – L’Europe (La vraie frite belge à l’accent québécois)

La semaine québécoise de la poutine se répand d’Australie au Brésil en passant par la France (Radio Canada International)

Une école québécoise pour apprendre à faire de la poutine (Radio Canada International)

La poutine, son origine, son rayonnement (Radio-Canada)


Et on pourrait rajouter le pâté chinois, la guédille au homard, la barre Nanaimo, les queues de castor et le gâteau au chocolat fait de patate de l’Île-du-Prince-Édouard.

Gâteau au chocolat fait de patates?

L’industrie de la pomme de terre de l’Île-du-Prince-Édouard est l’une des activités commerciales les plus développées de la province. Selon les habitants de l’Île, cultiver des pommes de terre, c’est bien plus qu’une industrie, c’est un mode de vie. Pas surprenant que cela ait des répercussions importantes sur la gastronomie locale! Si vous y tenez, en voici la recette.

Et je m’en voudrais de ne pas vous parle de pizza hawaïenne, de rouleau californien et de Bloody Cesar.

Oui, tous canadiens. J’avoue, faut le faire!

Retour au menu

Second temps

SECOND TEMPS : SECTION 1

Les méandres de la protection intellectuelle

Daniel Paquette avoue candidement qu’il a toujours eu l’esprit tourné vers la recherche de solutions à des problèmes de la vie courante. « J’étais un inventeur sans le savoir », dit-il.

L’homme qui a fait une longue carrière au sein du service de la police de Montréal a pris un jour sa retraite. On prend sa retraite d’un emploi, d’une carrière, soit, mais pas d’une passion, d’une façon de regarder le monde pour le rendre meilleur.

Ainsi, avec sa conjointe et complice Jeanne Morin, « ma Jeanne » comme il aime l’appeler il a lancé Inventarium, une entité qui vient en aide aux inventeurs indépendants et aux petites entreprises dans la rédaction de demandes de brevets, la déposition de ces demandes et leur obtention au Canada, aux États-Unis et ailleurs dans le monde.

Il nous parle du « parcours du combattant », le grand défi de convaincre l’autre que l’idée est bonne, en prenant exemple sur l’une de ses inventions, le bras d’extension du devant (la barre jaune mobile du pare-choc sur la photo) qui se déploie afin d’assurer la sécurité des enfants.

Autobus scolaire muni du bras d’extension, une invention de Daniel Paquette (Photo: Transport Canada)

Comme il le disait lui-même, « j’étais un inventeur sans vraiment le savoir ». Y a-t-il un gène particulier dans l’ADN de l’inventeur?

Inventarium se veut être une alternative aux agences de brevets conventionnelles. Monsieur Paquette nous en dit un peu plus.

S’il y est ardu, voire impossible de définir « le gène » qui définit l’inventeur, il y a une entité commune qui vit en chacun et chacune deux : l’idée fixe. Matin et soir, jour et nuit, vacances comme congés, etc. l’inventeur est obnubilé par son idée. Est-ce difficile de côtoyer un inventeur?

Rencontre avec Daniel Paquette, président fondateur d’Inventarium, à Radio Canada International.

Poursuivre les recherches :

Brevets (Gouvernement du Canada)

Le guide des brevets (office de la protection intellectuelle du Canada)

Brevet (Réseau Entreprises Canada)


Retour au menu

SECOND TEMPS : SECTION 2

En rafale pour terminer

Pour le pur plaisir d'en rajouter quelques autres

IMAX – Année d’invention: 1968

(Centre de sciences de Montréal)

C’est dans les années 1960 que trois Canadiens ont commercialisé la projection IMAX. À l’Expo ‘67 de Montréal, les films des réalisateurs Graeme Ferguson, Robert Kerr et Roman Kroitor ont été présentés sur écrans géants multiples et ont eu la faveur du grand public. Fort de ce succès, ils fondèrent l’IMAX Corporation pour perfectionner la technologie et inventer un nouveau procédé utilisant un projecteur unique.

« Je n’ai pas échoué, j’ai simplement trouvé 10 000 solutions qui ne fonctionnent pas. »

Thomas Edison

Voici quelques 10 001es qui ont fonctionné, toutes canadiennes.

Superman – créé par le dessinateur canadien Joe Shuster et l’auteur américain Jerry Siegel en 1932.

Le basketball – inventé par James Naismith en 1891.

Les walkies-talkies, ou si vous préférez les talkies- walkies, inventés par Donald L. Hings et Alfred J. Gross en 1942.

La corne de brume – inventée par Robert Foulis en 1854.

Le SONAR – aussi inventé par Reginald Fessenden.

(Imgur)

Le masque de gardien de but au hockey – Jacques Plante, gardien du Canadien de Montréal en 1959.

Jacques Plante (Presse canadienne)

Les reprises instantanées, outil essentiel de tous les sports. Cette technique a vu le jour à Toronto pour la diffusion des matchs des Maple Leafs à la CBC en 1955.

Trivial Pursuit, alias « Quelques arpents de piège » – créé par deux confrères de soirées bien arrosées Chris Haney et Scott Abbott en 1979.

Le Pablum – La céréale pour nourrissons, inventée par Frederick Tisdall, Theodore Drake et Allan Brown en 1930.

(Musée du patrimoine de Sudbury)

La pile alcaline – inventée par Lewis Urry en 1954.

(Jeff Roberson/Associated Press)

Le sac à ordures – œuvre de Harry Wasylyk en 1950.

(IS/iStock)

Le rouleau à peinture – conçu par Norman James Breakey.

(pixabay – stux)

Le Plexiglass – a vu le jour dans un laboratoire de l’Université McGill à Montréal en 1931, une invention de William Chalmers.

Le modem 56k – par le Dr Brent Townshend en 1996.

Le langage informatique Java – James Gosling.

Le BlackBerry – Mike Lazaridis.

Et, évidemment le Canadarm, le bras robotisé téléguidé que l’on retrouve sur la station orbitale internationale.

(Agence spatiale canadienne)

Enfin, disons que cette invention-ci ne marquera sûrement pas l’histoire de l’innovation.

Le fabricant de jeans de Montréal Naked &Famous Denim a déjà mis en marché des jeans à 150 dollars dans lesquels étaient insérées de minuscules capsules olfactives. Frottés légèrement du bout des doigts ou de la paume de la main, en émanait une odeur de framboise.

Là, on va dire que c’est assez, d’accord?

| La radio, les communications, l’électricitéMédecineAviation | Neige et hiver | Cuisine | Les méandres de la protection intellectuelle | En rafale pour terminer |
Share
Mots-clés : , , , , , , , , , , ,
Publié dans : Société
@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*

2 comments on “Est-ce vraiment canadien? Les inventions canadiennes
  1. JEAN FOURQUET dit :

    Bravo les Canadiens, amitiés de France

    Jean

  2. Nicole dit :

    Bravo! Article très intéressant!!!