Le sucre ajouté est présent dans la majorité des produits alimentaires emballés au Canada

Le sucre ajouté est présent dans la majorité des produits alimentaires emballés au Canada
Photo Credit: Radio-Canada/Roxanne Simard

Analyse canadienne : nourritures pour bébés et sur le pouce « bourrées » de sucre

Share

Des chercheurs canadiens qui ont examiné la proportion de sucre ajouté contenu dans différents produits alimentaires emballés vendus au Canada s’attendaient à retrouver celui-ci en grande quantité dans les friandises, mais ils ont été surpris par son omniprésence dans la nourriture pour bébés, dans les barres tendres et dans les boissons.

En fait, les deux tiers des produits dont la liste d’ingrédients a été passée en revue – plus de 40 000 au total – contiennent au moins une forme de sucre ajouté.

David Hammond, professeur à l’école de santé publique de l’Université de Waterloo, en Ontario, qui a travaillé sur cette recherche, souligne que les trois quarts des boissons comportent des sucres ajoutés, de même que des produits que les gens associent souvent à un choix santé, comme les barres tendres.

Environ la moitié des produits destinés aux bébés examinés par les experts contenaient du sucre ajouté, ajoute M. Hammond.

Le saviez-vous?
Les enfants devraient consommer moins de 25 grammes de sucres ajoutés par jour
– Selon une recommandation de l’American Heart Association publiée dans le journal médical Circulation, les enfants, ceux qui ont moins de 18 ans, ne devraient pas consommer plus de 25 grammes de sucre ajouté par jour.
– En fait, la recommandation est de « moins de 25 grammes ». Et 25 grammes ne représentent que six cuillerées à café, à peine 100 calories.

Les purées pour bébés sous la loupe

Les purées pour bébés sous la loupe

Le sucre ajouté est omniprésent

Les chercheurs se sont penchés sur la présence de 30 types de sucre ajouté en se basant sur l’étiquetage des produits en vente, en mars 2015, dans les plus grandes chaînes d’épiceries canadiennes. Les résultats ont été publiés jeudi dans le journal de l’Association médicale canadienne, CMAJ Open.

Le sucre ajouté est généralement désigné comme le type de sucre qui est intégré à la nourriture et aux boissons pendant le processus de leur préparation ou de leur transformation. Les sucres naturels sont ceux qui sont contenus dans les fruits et légumes non transformés. On les retrouve aussi parfois dans le lait.

Les sucres ajoutés sont tous ces sucres — y compris le sucre de table, le fructose et le miel — qui sont utilisés lors de la préparation d’aliments ou de boissons.

Difficile au Canada de savoir ce qui contient des sucres ajoutés

Dr David Hammond - Université de Waterloo

Dr David Hammond – Université de Waterloo

« Les gens font la différence entre une bouteille de jus d’orange et une bouteille de Coke, [croyant que la première] est bien meilleur en matière de sucres contenus, a dit David Hammond en exemple. Eh bien, si vous regardez notre analyse, cela vous dit, tout comme d’autres sources, que les jus contiennent en fait autant de sucre que les boissons gazeuses. »

Détecter la présence de sucre ajouté dans un produit en se fiant à son emballage peut s’avérer difficile pour les consommateurs. Certaines substances, comme celle dénommée maltodextrine, peuvent ne rien leur évoquer.

La maltodextrine figure parmi les six formes de sucre ajouté les plus souvent remarquées par M. Hammond et ses collègues.

La Fondation des maladies du coeur et de l’AVC recommande que la consommation de sucre ajouté ne dépasse pas 10 pour cent des calories totales ingérées au quotidien.

Parmi les 10 plus gros consommateurs de sucre du monde

Benoît Arsenault, - Université Laval

Benoît Arsenault, – Université Laval

Avec une moyenne de 88 litres par habitant en 2015, les Canadiens se situent dans le peloton de tête en ce qui a trait aux achats annuels de boissons gazeuses et de jus contenant du sucre ajouté, mentionne Benoît Arsenault, professeur adjoint à la Faculté de médecine de l’Université Laval.

« C’est tout à fait déplorable que le Canada se retrouve dans les 10 pays au monde où il se consomme le plus de boissons sucrées étant donné les conséquences de la surconsommation chronique de boissons sucrées sur l’incidence du diabète de type 2 et de maladies cardiovasculaires. »

Découvrez la suite…
Bientôt une taxe salée sur les boissons sucrées au Canada? Plusieurs éléments sont en principe en place pour l’annonce le printemps prochain, lors du dépôt du prochain budget fédéral canadien par le ministre des Finances, d’une taxe qui ciblerait de manière importante la surconsommation de sucre dans les boissons gazeuses, un phénomène qui touche d’abord les adolescents au Canada.

Aux olympiades de la consommation de sucre, les Canadiens se hisseraient en 10e place sur 80 pays quant à sa consommation de boissons sucrées en 2015 Photo Credit: iStock

Aux olympiades de la consommation de sucre, les Canadiens se hisseraient en 10e place sur 80 pays quant à sa consommation de boissons sucrées en 2015
Photo Credit: iStock

RCI avec La Presse canadienne

Sur le même thème

Combattre des armées de diabétiques, un carré de sucre à la fois –RCI 

Boissons sucrées: bon goût, mais tueuses silencieuses – RCI 

Les Canadiens tireront-ils la langue au Coca-Cola moins sucré? – RCI 

Share
Catégories : Santé, Société
Mots-clés : , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*