Monnaie blanchie et saisie par la Gendarmerie Royale du Canada. Photo : Radio-Canada

Le Canada est à la traîne» de l’Europe dans sa lutte contre le blanchiment international d’argent

Share

En raison d’une législation trop laxiste sur l’enregistrement des entreprises étrangères, le Canada est «à la traîne» par rapport à d’autres grandes nations dans sa lutte contre le blanchiment d’argent, dénonce un rapport de en raison d’une législation trop laxiste sur l’enregistrement des entreprises étrangères.

L’organisme de consultation économique de la côte ouest-canadienne, l’institut C.D Howe, affirme dans son rapport publié jeudi : «On scrute plus les particuliers qui demandent une carte de bibliothèque que ceux qui ouvrent une société au Canada». Les entreprises étrangères qui veulent faire affaire au Canada peuvent choisir de s’enregistrer dans la province canadienne de leur choix et donc vraisemblablement la moins exigeante en matière de divulgation d’informations. Cela permet aux entreprises qui ont quelque chose à cacher de masquer l’identité de leur propriétaire.Le rapport préconise la création ainsi d’un registre centralisé et public contenant des informations sur les véritables propriétaires des sociétés installées au Canada, à l’image de ce qui se fait en Europe.

Des affaires illicites qui nous coûtent cher

D’après les estimations officielles, entre 5 et 100 milliards $ canadiens (3,2 à 65,5 milliards d’euros) provenant de différents trafics illégaux sont blanchis chaque année au Canada. Quelque 300 milliards de dollars qui devraient être dans les coffres de l’État canadien circuleraient dans des paradis fiscaux. Chaque année, affirme l’Institut de recherche en économie contemporaine (IREC), le Canada subit des pertes fiscales de 8 à 15 milliards de dollars. Dans son budget 2016-2017, le Canada avait prévu 444,4 millions de dollars, répartis sur cinq ans, pour permettre à son Agence du revenu de recruter davantage de spécialistes en vérification et pour établir une solide infrastructure de renseignements d’affaires.

L’exemple à suivre selon l’institut C.D Howe

Photo : Reuters

La Norvège, le Danemark, l’Ukraine et le Royaume-Uni ont déjà mis en place de tels registres et devraient être suivis par tous les autres pays de l’Union européenne dans les prochaines années, selon le document. Rappelons qu’en juillet dernier, les organismes fiscaux de cinq pays, dont les États-Unis, le Canada et le Royaume-Uni, ont annoncé la création d’un groupe conjoint de coopération et d’échange de données pour lutter contre l’évasion fiscale et le blanchiment d’argent à l’échelle internationale et transnationale.Le Joints Chiefs of Global Tax Enforcement (J5) regroupe ainsi des responsables des services spécialisés des cinq pays.

Concrètement, les membres du J5 vont s’échanger des données et des technologies. Ils vont mener des activités opérationnelles et profiter de la nouvelle force de frappe collective ainsi créée. Chaque pays membre s’est engagé à fournir au groupe une ressource à temps plein, avec possibilité d’ajouter des ressources supplémentaires à temps partiel en vue de projets ponctuels.

Un peu d’histoire sur les dessous noirs du blanchiment au Canada

Ce n’est qu’en 1989 que le blanchiment d’argent est devenu un acte criminel en vertu du Code criminel du Canada. Depuis 1991, le Canada exige de ses institutions financières qu’elles signalent toute transaction en espèces de 10 000 $ et plus. Le Centre d’analyse des opérations et déclarations financières du Canada (CANAFE), créé en 2000, est chargé de recueillir et d’analyser les déclarations que lui adressent d’autres entités au Canada et à l’étranger. Après les attentats terroristes de 2001 aux États Unis, le gouvernement canadien a modifié la Loi sur le recyclage des produits de la criminalité dans le cadre d’une lutte plus sérieuse contre le terrorisme.

Découvrez :Blanchiment d’argent : des communautés ethniques particulières à surveiller?

Un organisme fédéral a suggéré une méfiance accrue de certaines communautés ethniques, originaires de pays en conflit, suspectées de pratiquer du blanchiment d’argent au Canada

RCI avec La Presse canadienne et la contribution de Radio-Canada

En complément

Évasion fiscale : le Canada doit partager l’information qu’il détient – RCI

Contrer l’évasion fiscale par l’échange des données entre partenaires internationaux – RCI

L’échange de renseignements pour contrer l’évasion fiscale – RCI

Share
Catégories : Économie, International, Politique
Mots-clés : , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*