Dans leur étude évaluant l’impact de neuf types de régimes alimentaires présents dans 140 pays, les experts du GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) écrivaient qu’un régime végétalien serait le moins nocif pour l'environnement, mais des régimes plus flexibles pourraient présenter des bénéfices environnementaux comparables. (Photo: iStock)

Être végane, pour être « proclimat »? Oui, mais pas exclusivement

Share

Le régime végétalien, aussi appelé alimentation végane, n’est pas qu’une simple façon de se nourrir. C’est également une philosophie de vie qui, dans sa portion alimentaire, élimine toute nourriture d’origine animale : viande, poisson, crustacés.

De plus, ce qui est une différence fondamentale avec le régime végétarien, le végétalien ne consomme pas d’œufs, aucun produit laitier et s’abstient de manger du miel.

Est-ce qu’un régime végétalien serait moins nocif pour l’environnement?

C’est après la parution d’un rapport des experts sur le climat de l’ONU en août dernier sur l’importance de repenser notre façon de nous nourrir, de changer nos habitudes pour lutter contre les changements climatiques, que des chercheurs de l’Université Johns Hopkins se sont penchés sur cette proposition.

Dans leur étude évaluant l’impact de neuf types de régimes alimentaires présents dans 140 pays, les experts du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) écrivaient qu’un régime végétalien serait le moins nocif pour l’environnement, mais des régimes plus flexibles pourraient présenter des bénéfices environnementaux comparables.

Dans les laboratoires de l’université américaine, on a modélisé les impacts de ces neuf régimes qui vont de végane, aucune protéine animale, à une journée sans viande par semaine.

(Photo: iStock)

Étude publiée dans Global Environmental Change

Dans leur publication, les auteurs notent qu’« un mouvement vers des régimes tournés vers les végétaux est essentiel pour atteindre les objectifs en matière de réchauffement climatique ».

Nié par les climatosceptiques et annoncé par la très grande majorité de la communauté scientifique mondiale, le réchauffement de la planète est bien amorcé. Même que des experts français ont fait état mardi d’un « scénario du pire, un réchauffement de 7° d’ici 2100 ».

Donc, si les 140 pays étudiés adoptaient un régime alimentaire comparable à l’un de ceux qui prévalent dans les pays développés de l’OCDE, le Canada notamment, les projections seraient effarantes.

Augmenter la consommation de viande et de produits laitiers à ce niveau résulterait en une empreinte carbone par individu augmentée de 135 % et l’hydrique de 47 %.

À l’inverse, un régime végétalien réduit de 70 % l’empreinte carbone moyenne par habitant. En généraliser l’adoption mènerait à une réduction des émissions de gaz à effet de serre dans 97 % des pays étudiés.

L’empreinte hydrique des aliments
Quelques exemples :
Pour produire 1 kg de légumes, il suffit de moins de 320 litres d’eau.
Pour 1 litre de lait, il faut 1 000 litres d’eau.
Pour 1 kg de pain, 1 300 litres d’eau.
Pour 1 kg de viande de bœuf, il faut 15 500 litres d’eau.
(Source : provola.unblog.fr)

Différence de consommation selon les origines des protéines animales

Des précisions s’imposent ici selon l’origine des protéines consommées.

Une alimentation qui incorpore des animaux du bas de la chaîne alimentaire, des animaux gibiers pour des prédateurs non humains, sardines, harengs, mollusques et insectes offre deux points de valeur ajoutée : une grande flexibilité dans l’apport de protéines et de sa provenance et des bénéfices environnementaux s’alignant fortement à ceux du régime végétalien.     

Par la suite, on retrouve un régime dit deux tiers végétalien – un repas sur trois – puis végétarien – avec œufs et produits laitiers.

On retrouve le pescétarien, ou pesco-végétarisme – poisson comme seule protéine animale – où l’on ne retrouve aucun apport de viande rouge. Enfin, une variante de ce dernier introduit les produits laitiers, est faible en viande rouge, mais exige une journée sans viande par semaine.

(iStock)

Recommandations

Les chercheurs de l’Université Johns Hopkins émettent un avertissement à être pris au sérieux. Les objectifs de nutrition auront un impact global, puisque presque la moitié des nations étudiées n’arrivent pas à nourrir correctement leur population au seuil minimal d’apport en protéines.

Inverser cet état de fait risquerait de réduire à néant tout ce qui est accompli en gains environnementaux.

C’est au cas par cas que la suite doit être envisagée, pays par pays. Et, surtout, les pays développés, où l’on consomme beaucoup de viande issue de ruminants, devront modifier leurs habitudes. Quant aux autres, il leur faudra adapter leur développement.

Rappelons que la viande rouge génère la plus forte empreinte carbone : en moyenne et par portion 316 fois plus que les légumineuses, 125 fois plus que les noix et graines et 40 fois plus que le soja.

Pour produire 1 kg de viande de bœuf, il faut 15 500 litres d’eau.
(Photo : iStock)

GIEC, AFP, Johns Hopkins University

Plus:

Sécurité alimentaire et changements climatiques : constat préoccupant et collaborations prometteuses (RCI)

Le contenu de votre assiette risque de changer avec le réchauffement climatique (Radio-Canada)

Pour nourrir la planète de demain, il faudra cultiver la terre autrement (Radio-Canada)

Share
Catégories : Économie, Environnement, International, Santé
Mots-clés : , , , , , ,

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

@*@ Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 caractères restants

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.

Nétiquette »

Quand vous vous exprimez dans le cadre d'une tribune, vous devez être aussi courtois que si vous parliez à quelqu'un face à face. Les insultes et attaques personnelles ne seront pas tolérées. Ne pas être d'accord avec une opinion, une idée ou un événement est une chose, mais manquer de respect envers autrui en est une autre. Les grands esprits ne se rencontrent pas toujours, et c'est bien là l'intérêt des tribunes!

La nétiquette est l'ensemble des règles de conduite régissant le comportement des internautes. Avant d'intervenir dans une tribune, il est important d'en prendre connaissance. Sinon, on risque l'expulsion!

  1. Les tribunes de RCInet.ca ne sont pas anonymes. Au moment de s'inscrire, les utilisateurs sont tenus d'indiquer leurs nom, prénom et lieu de résidence, qui s'afficheront au moment de la publication de leur commentaire. RCInet.ca se réserve le droit de ne pas publier un commentaire s'il existe un doute quant à l'identité de son auteur.
  2. L'usurpation de l'identité d'autrui dans l'intention d'induire en erreur ou de causer un préjudice est une infraction grave passible d'expulsion.
  3. Les tribunes de Rcinet.ca sont ouvertes à tous, quels que soit l'âge, l'origine ethnique, la religion, le sexe ou l'orientation sexuelle.
  4. Les propos diffamatoires, haineux, racistes, xénophobes, homophobes, sexistes ou disgracieux envers l'origine ethnique, l'appartenance à une religion ou à un groupe d'âge ne seront pas publiés.
  5. Dans Internet, les majuscules équivalent aux cris et peuvent être interprétées comme de l'agressivité, ce qui est plutôt désagréable pour vos interlocuteurs. Tout message contenant un ou des mots écrits en majuscules (à l'exception des sigles et des acronymes) sera rejeté. Il en sera de même pour les messages contenant un ou des mots en caractères gras, italiques ou soulignés.
  6. Le langage vulgaire, obscène ou malveillant est interdit. Les tribunes sont des lieux publics, et vos propos pourraient heurter certains internautes. Les personnes faisant usage d'un langage grossier seront expulsées.
  7. Le respect mutuel est de mise entre les utilisateurs. Ainsi, il est interdit d'injurier, de menacer ou de harceler un utilisateur. Vous pouvez exprimer votre désaccord avec une idée sans attaquer quiconque.
  8. L'échange d'arguments et de vues contradictoires est un élément clé d'un débat sain, mais il ne doit pas prendre la forme d'un dialogue ou d'une discussion privée entre deux participants qui s'interpellent sans égard aux autres participants. Les messages de ce type ne seront pas affichés.
  9. Radio Canada International diffuse en cinq langues. Les échanges dans les forums doivent se faire dans la même langue que le contenu que nous publions ou dans une des deux langues officielles, soit le français ou l'anglais. L'usage d'autres langues, à l'exception de quelques mots, est interdit. Les messages sans rapport avec le sujet ne seront pas publiés.
  10. L'envoi de messages à répétition nuit aux échanges et ne sera pas toléré.
  11. L'insertion d'images ou de tout autre type de fichier dans les commentaires est interdite. L'inclusion d'hyperliens vers d'autres sites est permise, à condition qu'ils respectent la nétiquette. Toutefois, Radio Canada International n'est aucunement responsable du contenu de ces sites.
  12. La copie d'un texte d'autrui, même avec référence à son auteur, est inacceptable si cet extrait constitue la majeure partie du commentaire.
  13. La publicité et les appels à la mobilisation, sous quelque forme que ce soit, sont interdits dans les tribunes de Radio Canada International.
  14. Tous les commentaires et autres types de contenus sont modérés avant publication. Radio Canada International  se réserve le droit de ne pas publier les messages des internautes.
  15. Radio Canada International se réserve le droit de fermer une tribune à tout moment, sans préavis.
  16. Radio Canada International se réserve le droit de modifier ces règles de conduite (nétiquette) en tout temps, sans préavis.
  17. En participant à ses tribunes, vous autorisez Radio Canada International à publier vos commentaires sur la toile pour un temps indéfini. Cela suppose aussi que ces messages seront indexés par les moteurs de recherche d'Internet.
  18. Radio Canada International  n'est nullement tenue de retirer vos messages du web, si un jour vous en faites la demande. Nous vous invitons donc à bien réfléchir à vos propos et aux conséquences de leur publication.

*