La Corée du Sud a envoyé un cargo franchir le passage du nord en Arctique

(Jonathan Hayward / La Presse Canadienne)
(Jonathan Hayward / La Presse Canadienne)
Un cargo sud-coréen a effectué le trajet entre l’Europe et l’Asie via la route du Nord dans l’océan Arctique, alors que les transporteurs s’intéressent de plus en plus à ce trajet qui permet d’économiser le carburant, a indiqué Séoul mardi.

Le cargo, qui transportait 44.000 tonnes de naphta, un produit pétrolier, avait été envoyé par le ministère sud-coréen des Océans et de la Pêche, dans le cadre d’un projet pilote.

Ce trajet, qui raccourcit la distance entre l’Asie et l’Europe et qui longe la côte russe de l’Arctique, intéresse les groupes énergétiques chinois, japonais et sud-coréens qui convoitent notamment le gaz naturel liquéfié extrait en mer de Barents.

Le réchauffement climatique entraîne une fonte des glaces et libère ces routes du nord sur des durées plus longues pendant l’année.

Le navire, exploité par le groupe Hyundai Glovis, est arrivé lundi dans le port sud-coréen de Gwangyang (sud), au terme de 35 jours d’une traversée de 15.000 km, depuis le port russe d’Ust-Luga.

« La période favorable à une telle traversée et la taille des cargos augmentent », a indiqué le ministère dans un communiqué. « La route du Nord a ainsi le potentiel de devenir un immense marché pour le transport par cargo ».
Jusqu’à peu, cette route était empruntée majoritairement par des vaisseaux des pays scandinaves.

Un trajet par l’Arctique pour joindre l’Europe et l’Asie raccourcit le temps de voyage d’une dizaine de jours. Mais il implique des frais supplémentaires, tels que la location de brise-glaces.

Les défenseurs de la nature s’opposent au développement de ce passage pour le transport commercial, craignant par exemple une marée noire si un pétrolier est en difficulté.

En 2012, alors que la banquise a atteint sa plus basse superficie jamais mesurée, à 3,4 millions de km2 –six fois la France métropolitaine–, 46 navires ont transité par ce passage contre quatre seulement en 2010, selon l’opérateur russe de brise-glace Rosatomflot.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *