Démission surprise de Paul Okalik à l’Assemblée législatique du Nunavut

Paul Okalik Crédit photo : Elyse Skura
Paul Okalik
Crédit photo : Elyse Skura

Paul Okalik (en inuktitut ᐹᓪ ᐅᑲᓕᖅ) est né dans la portion des Territoires du Nord-Ouest qui forme aujourd’hui le Nunavut, dont il a été à l’origine de la création et qu’il a dirigé à titre de premier ministre de 1999 à 2008.

Dans une allocution emplie d’émotions ce jeudi à l’Assemblée législative territoriale, monsieur Okalik a démissionné sur fond de controverse entourant la vente d’alcool à Iqaluit, la capitale.

En plus de représenter la circonscription de Iqaluit-Sinaa, monsieur Okalik est aussi ministre de la Santé du Nunavut, responsable du tribunal des droits de l’homme, du Conseil des normes et pratiques du travail et des dossiers d’immigration et de suicide. C’est avec la voix empreinte d’émotion que le député Okalik a annoncé sa démission, à la surprise générale des députés présents.

Au fil de sa carrière de politicien et de journaliste, Paul Okalik était reconnu pour ses interventions finement préparées et livrées avec une voix posée et ferme. Cette fois, l’homme était ébranlé, ému.

« My name is Paul and I’m an alcoholic »

(trad.: Je m’appelle Paul et je suis un alcoolique) a-t-il dit en ouverture de son intervention. Il a ajouté avoir pris son dernier verre d’alcool le 11 juin 1991 et d’avoir cessé de boire à la suite de la naissance de son premier enfant.

« This morning, I informed my colleagues I cannot continue as a minister under the current circumstances. I cannot support an institution of selling beer and wine in my community, while we don’t have the facilities to support those who may not be able to combat their addictions.»

(trad.: Ce matin, j’ai informé mes collègues que je ne peux continuer d’assumer les fonctions de ministre qui m’ont été confiées dans les conditions actuelles. Je ne peux me résoudre à appuyer la création d’un établissement qui vend de la bière et du vin dans ma communauté alors que nous n’avons ni les installations ni les outils nécessaires pour venir en aide à ceux et celles qui n’arrivent pas à combattre leur dépendance).

Monsieur Okalik poursuivra son combat pour la création de programmes de traitements de dépendance à l’alcool au Nunavut comme simple député. Son fer de lance n’est pas de créer un centre de dépendance à l’alcool à Iqaluit, mais plutôt de créer un organisme à structure légère qui verrait au déplacement pour des séjours de diverses durées de personnes aux prises avec une dépendance à l’alcool vers des petites communautés inuites là où les traditions sont plus fortes, plus ancrées dans le quotidien.

Pendant ce temps, plus de 75% des citoyens d’Iqaluit sondés affirment être pour l’implantation d’un magasin vendant de l’alcool dans la capitale territoriale.

L’alcool

Les restrictions portant sur l’importation et la consommation d’alcool au Nunavut sont édictées à la suite de pébliscites locaux. Les règlements varient selon les collectivités. La possession d’alcool est interdite en certains endroits et restreinte dans d’autres. Les visiteurs devraient s’informer auprès de la GRC à propos de ces règlements. Les visiteurs ne doivent jamais laisser d’alcool derrière eux au moment de leur départ. Troquer de l’alcool pour tout produit local, fourrure, sculpture, etc. est illégal!
Des différences selon les communautés

Des restrictions s’appliquent quant à la quantité d’alcool permise en votre possession dans les communautés suivantes :
  • Arctic Bay
  • Baker Lake
  • Cambridge Bay
  • Cape Dorset
  • Chesterfield Inlet
  • Clyde River
  • Hall Beach
  • Igloolik
  • Pond Inlet
  • Qikiqtarjuaq
  • Repulse Bay
  • Resolute Bay
Ces communautés interdisent la vente et la consommation d’alcool :
  • Arviat
  • Coral Harbour
  • Gjoa Haven
  • Kugaaruk
  • Pangnirtung
  • Sanikiluaq
  • Whale Cove
  • Kimmirut
Communautés où la consommation d’alcool est tolérée:
  • Bathurst Inlet
  • Grise Fiord
  • Iqaluit
  • Rankin Inlet
  • Taloyoak
  • Kugluktuk

La page de monsieur Okalik à titre de ministre de la Santé a été retirée du site web de l’Assemblée législative du Nunavut.

RCI, CBC North (Elyse Skura), Assemblée législative du Nunavut, Tourisme Nunavut, Presse canadienne, Encyclopédie canadienne

 

Raymond Desmarteau, Radio Canada International

Raymond Desmarteau, Radio Canada International

Pour d’autres nouvelles du Canada et d’ailleurs, visitez le site de Radio Canada International.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *