L’économie du Yukon morose selon le Conference Board

La ville de Whitehorse rassemble près de 80% de la population du Yukon. (ICI RADIO-CANADA)
La ville de Whitehorse rassemble près de 80% de la population du Yukon. (ICI RADIO-CANADA)
L’économie du territoire du Yukon sera en contraction pour les deux prochaines années selon le Conference Board du Canada qui a publié mercredi ses prévisions économiques territoriales.

La prévision d’une faible croissance économique pour le Yukon détone par rapport aux deux autres territoires qui devraient connaître respectivement des hausses de 15,6 % en 2017 pour les Territoires du Nord-Ouest et de 4.9 % pour le Nunavut.

Affaibli par les mauvaises nouvelles qui ne cessent de s’accumuler dans son secteur minier, le Yukon présente les plus sombres perspectives à court terme de l’ensemble des provinces et des territoires.

tiré du rapport Note de conjoncture territoriale

La directrice adjointe des Prévisions provinciales et territoriales du Conference Board, Marie-Christine Bernard explique que la baisse du prix des métaux ces dernières années a occasionné la fermeture des principales mines en exploitation au Yukon : Bellekeno en 2013 et Wolverine l’an dernier. La dernière mine en exploitation du territoire, la mine Minto, doit pour sa part cesser ses opérations l’an prochain.

En 2017, nous entrevoyons un recul de 7,7 % [au Yukon] et en 2018 un autre recul de 3,1 % donc10 % sur deux ans ce qui est considérable.

Marie-Christine Bernard, directrice adjointe, Prévisions provinciales et territoriales

À long terme toutefois, l’institut croit que les projets miniers en développement ont de bonnes chances d’entamer la production avec une augmentation anticipée du prix des métaux. Marie-Christine Bernard remarque déjà une augmentation du prix de l’or.

Les projets miniers Coffee Gold, Eagle et Casino promettent de faire avancer l’économie au Yukon, mais pour ce faire il faudra attendre le début des années 2020. En effet, l’augmentation prévue entre 2024 et 2028 est estimée à environ 10 %.

« Le prix des produits de base devrait mieux se porter, l’économie mondiale devrait s’être rétablie, et il devrait alors être plus facile d’obtenir du financement. »

L’économiste admet que le Yukon a d’autres secteurs dans son économie que celui minier, mais explique que les investissements ailleurs ne se mesurent pas à ceux des minières.

Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.