« Irresponsable et indéfendable, l’accord des droits d’exploration pétrolière à vie dans les T. N.-O » : WWF-Canada

Norman Wells dans les Territoires du Nord-Ouest. (Eilís Quinn/Eye on the Arctic)
Norman Wells dans les Territoires du Nord-Ouest. (Eilís Quinn/Eye on the Arctic)
Quatre compagnies pétrolières et gazières seraient maintenant sur le point d’obtenir les droits exclusifs à vie pour explorer une large territoire – près de 4000 kilomètres carrés – autour des dépôts de gaz de schiste au sud de Norman Wells dans les Territoires du Nord-Ouest (T.N.-O), nous apprenait cette semaine le réseau anglais de Radio-Canada, CBC. 

Ce jeudi,  David Miller, président et chef de la direction du Fonds mondial pour la nature (WWF-Canada), affirme que ces activités d’exploration risquent d’accentuer les menaces auxquelles sont confrontés les espèces et les habitats, ainsi que les communautés qui en dépendent.

« Accorder des permis d’exploration et autres développements pour la vie est irresponsable et indéfendable dans notre monde d’aujourd’hui, avec un environnement en rapide mutation et des espèces devant d’ores et déjà s’adapter aux changements climatiques. Des permis d’une telle importance ne devraient pas être délivrés pour une période indéfinie selon la Loi sur les hydrocarbures des Territoires du Nord-Ouest, ainsi que selon la Loi fédérale sur les hydrocarbures, dont la loi du territoire s’est grandement inspirée. »

Par ailleurs, selon le rapport sur le bassin versant de la région réalisé par le WWF-Canada, l’enjeu de cette annonce est particulièrement préoccupant en ce qui concerne la vallée centrale du Mackenzie dans les Territoires du Nord-Ouest, puisque c’est le refuge des caribous forestiers, des grizzlis et d’autres espèces.

Le fleuve, l’un des plus grands et des plus sauvages au pays, fait actuellement face à des niveaux de pollution très élevés, précisément en raison des pipelines, et à des niveaux moyens de menaces provenant de la perte d’habitats et des changements climatiques.

Plus tôt ce mois-ci, un groupe d’experts consulté par le Bureau de l’organisme de réglementation des opérations pétrolières et gazières des T. N.-O a confirmé qu’un puits foré et hydrauliquement fracturé par la compagnie ConocoPhillips en 2014 avait conduit à une « découverte importante » d’hydrocarbures. La décision ouvre la voie à ConocoPhillips pour acquérir une licence d’exploration importante de Wally Schumann, le ministre de l’Industrie, du Tourisme et de l’Investissement du territoire.

Le WWF-Canada recommande:

Parce que la Loi sur les hydrocarbures des Territoires du Nord-Ouest reflète grandement la Loi fédérale sur les hydrocarbures, le WWF-Canada recommande :

  • Que la Loi fédérale soit modifiée afin d’imposer la prise en compte des enjeux environnementaux et sociaux, dont l’obligation d’effectuer une étude d’impact environnemental et l’engagement à négocier le partage des bénéfices et l’obtention du consentement des communautés autochtones, avant que ne soit accordé le permis d’exploration.
  • Que le développement pétrolier et gazier soit retiré de la place prioritaire qu’il occupe par défaut dans la Loi et intègre plutôt, équitablement, d’autres possibilités prioritaires, environnementales et sociales, par exemple.

Ce genre de licence vient sans date d’expiration, ce qui signifie que ConocoPhillips aurait les droits exclusifs d’explorer cette parcelle de terre pour toujours. Mais, en partie parce que les gisements de pétrole de schiste sont connus pour s’étendre sur de vastes quantités de terres, le groupe d’experts a décidé que d’autres entreprises pourraient obtenir des permis d’exploration couvrant les parcelles proches de celle de Conoco. Cela veut dire que Husky Energy, Shell et MGM Energy peuvent désormais présenter immédiatement au ministre Schumann une demande en vue d’obtenir, elles aussi, une licence d’exploration comme celle de ConocoPhillips.

Aux yeux du WWF-Canada, les droits d’exploration et de développement, peu importe la durée, ne devraient simplement pas être permis sans d’abord entreprendre une évaluation environnementale régionale complète qui prend en considération les effets cumulatifs des autres développements existants et éventuels dans la région, ainsi que dans les bassins versants connectés.

 

 

 

Avatar

Paloma Martínez, Radio Canada International

Née au Mexique, Paloma s'est installée au Canada il y a plus de 20 ans. Elle est géographe de formation, journaliste de profession et étudiante de maîtrise en communication internationale et interculturelle. Elle aime raconter des histoires sur les gens et sur les lieux. Paloma s'intéresse particulièrement à la réalité de son pays d'adoption (Canada) et de son pays et région d'origine (Mexique, Amérique latine). Elle travaille à Radio Canada International depuis 2002.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *