Relocalisation de caribous du Québec : les protestations se multiplient

Share
des-voix-selevent-contre-la-relocalisation-de-caribous-forestiers-du-quebec
En avril, le gouvernement du Québec a annoncé la relocalisation des derniers caribous de Val-d’Or, en Abitibi. (M. Scott Moon/La Presse canadienne)
La pression s’accentue dans le dossier de la relocalisation d’une vingtaine de caribous forestiers de Val-d’Or vers le Zoo sauvage de Saint-Félicien, au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Alors que le député d’Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou, Roméo Saganash interpelle la ministre fédérale de l’Environnement, Catherine McKenna qui est responsable des espèces menacées, le chef de l’Assemblée des Premières nations du Québec et du Labrador (APNQL), Ghislain Picard, demande au ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, Luc Blanchette, de rendre publics les documents qui justifient sa décision.

Une décision « stupide » dit Saganash
Roméo Saganash, le député de la circonscription fédérale d’Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou. (Sean Kilpatrick/The Canadian Press)

Roméo Saganash espère pour sa part que le gouvernement du Québec reviendra sur sa décision de transférer les derniers caribous de Val-d’Or au Zoo sauvage de Saint-Félicien.

Le député d’Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou est en désaccord avec cette décision qu’il qualifie de « stupide ». « Ça me préoccupe parce que je trouve cette décision assez stupide, pour être poli », a fait savoir Roméo Saganash.

Ça [n’a] aucun sens, c’est illogique comme décision, c’est une proposition pour achever les caribous. J’espère que le gouvernement va admettre qu’ils ont fait une erreur, et revenir sur leur décision. C’est pour ça que je veux rendre ça public en Chambre, poser une question là dessus, de demander à la ministre de s’informer et voir ce qu’elle peut faire pour aider.

Roméo Saganash, député d’Abitibi-Baie-James-Nunavik-Eeyou
L’APNQL veut que les études soient rendues publiques
Ghislain Picard, le chef de l’Assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador (APNQL). (Trevor Hagan/La Presse canadienne)

Le chef de l’APNQL, Ghislain Picard, dénonce aussi cette décision dans une lettre qu’il a fait parvenir lundi au ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, Luc Blanchette, et dont Radio-Canada a obtenu copie. Il demande au gouvernement du Québec de réviser cette décision et de rendre publiques toutes les études qui la justifieraient.

« Pour nous, c’est très clair qu’à défaut de données précises sur la situation, la décision prise par le gouvernement du Québec aura des impacts sans doute potentiels. C’est malheureusement d’achever la harde qui est déjà en déclin comme on le sait », a fait valoir le chef de l’APNQL en entrevue à l’émission Des matins en or.

Encore une fois, malheureusement, on a ici un autre exemple d’une situation qui aurait pu faire l’objet d’une consultation appropriée avec les Premières nations alors que ça n’a pas été du tout le cas.

Le chef de l’APNQL, Ghislain Picard

Ghislain Picard souhaite aussi la mise en place d’un réel processus de consultation et de cogestion avec les Premières Nations.

Pour sa part, le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, Luc Blanchette, maintient son intention de transférer les caribous de Val-d’Or au Zoo sauvage de Saint-Félicien.

Share
Radio-Canada

Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *