Bilan de la COP23: « On doit en faire plus » – Catherine McKenna, ministre de l’Environnement et du Changement climatique au Canada

Share
La ministre canadienne de l’Environnement et du Changement climatique, Catherine McKenna. (Max Rossi/Reuters)
Tout juste rentrée de Bonn, en Allemagne, où elle a participé à la Conférence des Nations unies sur le climat (COP23), la ministre canadienne de l’Environnement reconnaît que les progrès pour contrer les changements climatiques se font encore trop lentement.

Toujours sans résultat concret pour réaliser l’Accord de Paris, qui prévoit limiter à moins de deux degrés Celsius le réchauffement de la planète, Catherine McKenna reconnaît que le plus difficile reste à venir.

En entrevue à l’émission Les coulisses du pouvoir, la ministre de l’Environnement fait un constat d’urgence.

« Tout le monde regarde les résultats et dit qu’on doit faire plus. C’est pourquoi l’Accord de Paris est tellement important, parce que chaque pays doit prendre des mesures. L’année prochaine [COP24 en Pologne, NDLR] va être vraiment importante, parce qu’on va voir quelles sont les mesures que les pays ont pris. Mais c’est sûr qu’on doit faire plus et il y a un [sentiment] d’urgence », indique-t-elle.

Catherine McKenna ne rentre toutefois pas d’Allemagne les mains complètement vides. En collaboration avec le Royaume-Uni, elle se félicite d’avoir mis sur pied une coalition regroupant 19 pays pour éliminer progressivement le charbon. Les plus gros consommateurs de ce combustible fossile, la Chine, l’Inde et les États-Unis, n’en font toutefois pas partie.

La ministre défend le bilan canadien
Plusieurs villes au pays cherchent à réduire les émissions de gaz à effet de serre. (Nathan Denette/La Presse canadienne)

Le gouvernement canadien a beau se positionner en leader sur la scène internationale, son propre bilan n’en est pas moins critiqué.

La commissaire à l’environnement critiquait sévèrement le gouvernement fédéral le mois dernier, en rappelant que celui-ci n’était pas en voie d’atteindre ses propres cibles de réduction des gaz à effet de serre (GES).

Catherine McKenna réplique qu’une partie du blâme revient à l’ancien gouvernement Harper et à son « inaction », mais la ministre plaide aussi pour un peu de patience de la part des Canadiens.

« On a seulement annoncé [nos mesures] en décembre dernier. Quand on regarde les émissions et on dit qu’elles montent, ce sont des émissions dans le passé et ça prend du temps pour éliminer le charbon et pour mettre en place toutes ces mesures, mais on a un plan concret », se défend-t-elle.

À lire aussi :

Vidéo: Les Inuits et les scientifiques unissent leurs forces contre les changements climatiques, Regard sur l’Arctique

ENTREVUE – Géopolitique et changements climatiques dans l’Arctique canadien, Radio Canada international

Accord de Paris sur le climat : le Canada se traîne les pieds, Radio Canada international

Share
Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *