Une vie à étudier le Grand Nord québécois

Share
Michel Allard (au centre) et des collégues sont fiers d’avoir extirpé une échantillon de plusieurs mètres de pergélisol à Umiujaq. (Courtoisie ArcticNet)
Michel Allard a consacré plusieurs décennies de sa vie à étudier le sol du Grand Nord québécois.

Une grande partie de ses recherches portent sur les conséquences des changements climatiques et sur le réchauffement du pergélisol.

« Depuis le milieu des années 90 au Québec, on vit un réchauffement climatique intense […] On a fait 3 degrés de réchauffement en quelque 8 à 10 ans […] On a vu des tassements se produire sur les sols, des petits glissements de terrain. » Michel Allard, professeur titulaire au département de géographie de l’Université Laval.

Ce qui force les communautés autochtones et inuites à s’adapter pour consolider les infrastructures des endroits et des villages qu’ils habitent.

C’est pour les recherches que Michel Allard a menées et les liens qu’il a tissés au Nunavik qu’il a remporté le Prix de la famille Weston pour les réalisations de toute une vie dans le domaine des recherches nordiques.

Vidéo fournie par la Fondation W. Garfield Weston

À lire aussi :

Table ronde sur les changements climatiques : souris, écosystèmes et pergélisol, Radio-Canada

Share
Maryse Jobin, Radio Canada International

Maryse Jobin, Radio Canada International

Pour d’autres nouvelles du Canada et d’ailleurs, visitez le site de Radio Canada International.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *