Canada : un manque d’empathie des services sociaux est dénoncé aux séances de l’ENFFADA au Labrador

Share
Gordon Obed et sa femme Selba lors de l’audition tenue à Happy Valley-Goose Bay cet après-midi. (CBC)
Selba et Gordon Obed, de Nain au Labrador, ont livré un témoignage aujourd’hui,  où les services sociaux et le système de remise en liberté conditionnelle ont été mis en cause.

« Nous sommes une famille, et nous serons toujours une famille malgré les événements », a déclaré Selba Obed en terminant son émouvant témoignage ponctué de nombreuses interruptions, pour leur permettre de reprendre leur souffle et leurs esprits.

Gordon Obed a raconté l’histoire de son fils, mort de la tuberculose, qui a laissé leur belle-fille Katia Obed veuve, et leurs petits-enfants orphelins.

Selba Obed dit avoir remarqué un changement de comportement de ses petits-enfants depuis que ceux-ci ont été placés en centre social. (CBC)

Katia s’est ensuite fait retirer ses enfants par les services sociaux, « ce qui l’a placée dans un état de forte détresse », clame Gordon Obed. Cette situation a entraîné une dégradation de l’état mental de Katia Obed jusqu’à son décès survenu le 13 août 2015 dans l’appartement de son conjoint de l’époque, un individu qui venait de sortir de prison. Elle a été retrouvée par son fils, poignardée au coeur.

Selba Obed dit avoir remarqué un changement de comportement de ses petits-enfants depuis que ceux-ci ont été placés en centre social.

Le couple a clamé que le meilleur pour les familles, c’est de demeurer unies, et a souhaité communiquer qu’ils ont souvent eu l’impression de ne pas être écoutés par les institutions publiques.

Les auditions se poursuivaient cet après-midi avec le témoignage de Charlotte Wolfrey, de Rigolet.

 

 

 

 

 

 

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *