Le Nord canadien rend hommage à ses athlètes

Share
Le Franco-Yukonnais Étienne Geoffroy-Gagnon a obtenu plusieurs reconnaissances en ski acrobatique. (Claudiane Samson/Radio-Canada)
La cérémonie annuelle de remise des prix d’excellence dans les sports organisée à Whitehorse, dans le nord-ouest du Canada, vendredi dernier, a mis de l’avant le soutien qu’offre le Yukon aux athlètes olympiques comme aux amateurs.

L’haltérophile olympique Jeane Lassen et le cycliste olympique Zach Bell ont par ailleurs été nommés membres du Temple de la renommée sportive du Yukon. Jeane Lassen a affirmé se sentir comblée de se retrouver parmi les grands noms du sport yukonnais, ses idoles d’enfance, alors qu’elle n’imaginait pas s’y retrouver un jour.

Ces dernières années ont vu plusieurs athlètes se rendre aux Jeux olympiques, dont les fondeurs Graham et Emily Nishikawa, Dahria Beatty et Knute Johnsgaard, qui a récemment annoncé son retrait de la compétition. Jeane Lassen affirme que le territoire, malgré sa faible population, offre un soutien remarquable à ses athlètes.

Quand je compare mes expériences avec mes coéquipières du Sud, il y a toujours de la jalousie de nos expériences et pas juste le soutien financier, mais le soutien d’énergie, d’esprit. On n’a pas d’équipe de la Ligue nationale de hockey, on n’a pas de football, on a Équipe Yukon et c’est ça, c’est le home team, donc on est vraiment chanceux

Jeane Lassen, membre du Temple de la renommée sportive
De jeunes athlètes du Yukon se font remarquer

La jeune Luanda Pronovost et son frère Maël ont également reçu les honneurs vendredi pour leurs performances en kayak de compétition. Maël Pronovost s’entraîne maintenant aux États-Unis, alors que Luanda, 14 ans, participe cette semaine aux épreuves de sélection de l’équipe canadienne pour la Coupe du monde.

Jeane Lassen et Zach Bell représentent pour elle un modèle : « J’aimerais me rendre là un jour, mais je ne suis pas sûre que je vais être là. Je trouve ça vraiment intéressant qu’ils ne pensaient pas qu’ils allaient être là un jour, et ils sont en fait rendus là. »

La mère des deux athlètes, Isabelle Gagnon, a toutefois dû travailler pour développer le kayak de compétition au territoire. « Comme le slalom au Yukon, il n’y avait pas beaucoup d’opportunités. Ça a été d’organiser des camps d’été de kayaks en slalom, faire venir des coachs au Yukon, remplir des formulaires, essayer de mettre des kayaks sur des avions. […] C’est beaucoup beaucoup de logistique et d’organisation. »

Émigrer pour réussir

Étienne Geoffroy-Gagnon récolte cette année le fruit de ses efforts sportifs. Depuis quatre ans, il vit à Calgary où il s’entraîne et participe aux grandes compétitions de ski acrobatique. Il affirme que c’est dans la dernière année que sa performance a réellement atteint de nouveaux sommets, après un séjour à Whistler, dans l’Ouest canadien, et en Nouvelle-Zélande.

À chaque compétition, à côté de mon nom, je suis le seul dans la liste où ça dit Yukon, alors c’est énorme pour moi, alors oui, je suis un Yukonnais fier.

Étienne Geoffroy-Gagnon, skieur acrobatique

Regardez la danse des Selkirk Spirit Dancers lors de la cérémonie :

Une cérémonie inclusive

Le maître de cérémonie de la soirée, Serge Michaud, le directeur du bureau des Olympiques spéciaux, était visiblement ému lors de la remise des prix. Son organisation a identifié 500 athlètes potentiels au territoire avec des programmes dans une centaine de garderies.

Lors de la remise des prix, les athlètes des Olympiques spéciaux étaient inclus dans les mêmes catégories d’excellence que les autres athlètes pour leurs exploits sur les scènes nationales ou internationales.

Ça prend un village, ça prend le monde pour croire que nos athlètes avec une déficience intellectuelle peuvent faire quelque chose dans le sport, ça prend de l’argent, ça prend les ressources, ça prend le gouvernement pour comprendre et nous appuyer et vraiment nous donner le soutien dont on a besoin.

Serge Michaud, directeur Olympiques spéciaux, Yukon
Share
Radio-Canada

Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *