Quitter le Nord canadien et y revenir 20 ans plus tard

Dans le Nord, il y en a qui restent et d’autres qui partent. (Mario De Ciccio/Radio-Canada)
Le Nord canadien a un certain cachet, un attrait particulier, qui retient ses habitants et attire les nouveaux aventuriers. Et même pour ceux qui partent, le Nord semble laisser sa marque.

C’est un classique : un jeune ayant un goût pour l’aventure quitte le confort du Sud pour venir passer un été dans le Nord. Il tombe en amour avec le territoire, ses paysages, son mode de vie plus détendu et, rapidement, l’été se transforme en années et l’aventure devient une nouvelle maison.

À en écouter les nombreuses histoires, dont celle de cette enseignante ou de ce travailleur qui ont fait leur vie dans le Nord, l’histoire semble être assez répandue chez les francophones des territoires.

Cependant, le Grand Nord reste aussi un endroit transitoire où plusieurs ne sont que de passage.

Un aperçu de ceux qui sont restés et de ceux qui sont partis dans les années 1990 lors d’une soirée retrouvailles à Whitehorse cet été. (Mario De Ciccio/Radio-Canada)

À travers les histoires de ceux qui restent, il y a aussi la réalité de ceux qui partent.

Quelques anciens Franco-Yukonnais (francophones du territoire du Yukon) étaient de retour, cet été, le temps de revivre et de revoir ce qu’ils ont laissé derrière eux il y a plus de 20 ans.

L’attrait du territoire

Au camping Wolf Creek, au sud de Whitehorse (capitale), en cette soirée ensoleillée d’été, les anciens Franco-Yukonnais se remémorent les bons coups de leur temps avec leurs anciens amis qu’ils ont retrouvés il y a quelques heures à peine.

Il y a, entre autres, parmi les gens réunis, la famille Paradis-Laroche, partie depuis plus de 25 ans, Diane Morin, qui en est à son troisième voyage au Yukon depuis son départ, en 1991, Philippe Dumont, qui a aussi quitté le territoire dans les années 1990, et quelques autres qui se mélangent à ceux qui sont restés.

Florence Paradis-Laroche avait 13 ans et demi lorsqu’elle a quitté le Yukon avec ses parents. Le voyage lui permettait maintenant de faire découvrir son enfance à ses propres enfants. (Mario De Ciccio/Radio-Canada)

Florence Paradis-Laroche n’avait que 13 ans quand elle a quitté le Yukon, mais elle en garde, comme les autres anciens Franco-Yukonnais présents, de très bons souvenirs.

« C’est très touchant de voir tous les endroits où je suis allée, c’est difficile à décrire parce que c’est tellement une émotion intense. »

Florence Paradis-Laroche

Lorsque les visiteurs discutent de leur passage dans le Nord, plusieurs thèmes font surface : la nature, les paysages, le temps froid, mais sec de l’hiver, ou bien la clarté des soirs d’été.

« Le soleil de minuit, c’est quand même particulier. T’été tu peux en profiter », raconte Louise Paradis. « L’hiver, c’est plus court, mais l’été, c’est tellement beau, ça, c’est quelque chose qui nous manque. »

Louise Paradis a été la première directrice de l’École Émilie-Tremblay en 1987. (Mario De Ciccio/Radio-Canada)
La force d’une communauté

En tant que membres actifs de la francophonie yukonnaise, ceux qui sont partis ont tous contribué d’une façon ou d’une autre à l’avancement du projet commun qu’est la communauté francophone dans le Nord.

« C’est ici que j’ai vécu le fait français, parce que tu le vois, tes propres enfants ne veulent plus parler en français. Il faut que tu sois convaincu que c’est important de garder ta langue. »

Louise Paradis

« Quand je suis arrivé ici, il y avait des francophones, quand je suis parti, il y avait une communauté » déclare fièrement Philippe Dumont. « D’avoir participé à ça, c’est ce qui reste dans mon coeur. »

Philippe Dumont a habité au Yukon pendant plus de 12 ans avec sa famille. Il a notamment présidé l’Association franco-yukonnaise. (Mario De Ciccio/Radio-Canada)

Pour Philippe Dumont, ses 12 années dans la communauté franco-yukonnaise sont restées ancrées en lui bien longtemps après son départ.

Cliquez ici pour écouter l’entrevue de Philippe Dumont à l’émission radio Les samedis du monde

« Le Yukon, c’est une relation intense entre personnes », conclut-il.

Cet aspect communautaire résume également l’expérience de Diane Morin.

« Les amis que j’ai connus à ce moment-là sont demeurés des amis. C’est comme si, du fait d’être en région éloignée, les amis deviennent plus proches », explique Diane Morin. « Ça été facile ici de se créer une vie. »

Diane Morin a habité 6 ans au Yukon entre 1985 et 1991. Elle y est revenue en visite trois fois depuis. (Mario De Ciccio/Radio-Canada)

Le Yukon garde une place particulière dans le coeur de Diane Morin qui revient y voir ses amis, et qui ne dirait peut-être pas non si l’occasion de s’y réinstaller se présentait.

« Quand j’arrive ici, je me sens chez moi. Je me dis : « De retour à la maison! » Je me sens vraiment bien ici. »

Diane Morin

« Le Yukon, c’est l’aventure, mais ça passe d’abord par l’aventure humaine », affirme pour sa part Pierre Laroche. Il estime aussi que le projet de la francophonie y est pour quelque chose.

Pierre Laroche a été directeur général de l’Association francophone du Yukon de 1987 à 1992. (Mario De Ciccio/Radio-Canada)
« Ça peut se comparer à des gens qui partent sur un navire pour un an, tout un groupe de gens qui vont construire de quoi tous ensemble. »

Pierre Laroche
Pourquoi partir?

C’est surtout la distance qui a fait partir ces anciens Franco-Yukonnais.

« Quand on est venu ici, c’était un projet, mais pas un projet de vie », explique Pierre Laroche. « C’est une belle aventure de vivre ici, mais c’est loin de la famille. »

La famille de Pierre Laroche et de Louise Paradis a habité Whitehorse de 1987 à 1992. Ils n’étaient pas revenus au territoire depuis leur départ il y a plus de 25 ans, et c’était une première pour les petits-enfants. (Mario De Ciccio/Radio-Canada)
Ceux qui restent
« Au début, on ne s’en rend pas trop compte, on est plus jeune, les gens partent, les gens viennent. Quand on vieillit, on s’en rend compte un petit peu plus. »

Sylvie Binette

Sylvie Binette est de celles qui, malgré quelques départs, sont restés au Yukon.

« Je connais des gens qui ont dit : « Moi, je vais toujours vivre ici.  » Moi, je ne l’ai jamais su », explique la Yukonnaise Sylvie Binette. (Mario De Ciccio/Radio-Canada)

« Au fur et à mesure [que les gens partent], on fait d’autres connexions, mais on dirait que ce n’est pas la même affaire », explique Sylvie Binette. « Je ne sais pas, je suis une nostalgique. »

Mario De Ciccio, Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.