Pénurie de main-d’oeuvre dans une communauté du nord-ouest du Canada

Share
Dylan Wismer, propriétaire de la boulangerie Cheechako à Dawson, au Yukon, a dû réduire les heures d’ouverture de son entreprise en raison du manque de main-d’oeuvre. (Anaïs Elboujdaïni/Radio-Canada)
Des propriétaires d’entreprises de Dawson City, au Yukon, dans le nord-ouest du Canada, disent avoir du mal à trouver du personnel pour occuper les emplois dans les différents commerces et services en ce début de saison touristique.

De nombreux touristes affluent chaque été à Dawson pour s’imprégner de l’histoire de la ruée vers l’or, visiter les boutiques et le casino.

Or, Dylan Wismer, propriétaire de la boulangerie-pâtisserie de Cheechako, affirme qu’il manque tellement de personnel entre autres pour son commerce que la boulangerie a dû réduire ses heures de travail et fermer ses portes les samedis.

« Normalement, à cette période de l’année, ou en mai, j’ai 30 curriculum vitae. Là, j’en avais cinq, dit-elle. Aucun d’entre eux ne s’est concrétisé. »

Elle affirme que même les clients sont préoccupés par la situation.

« Nos clients sont inquiets parce qu’ils aiment manger ici. Si nous devons réduire nos heures parce que nous ne pouvons pas faire autant parce que nous n’avons pas les mains supplémentaires, cela signifie qu’ils n’ont pas autant à manger à leur endroit préféré. »

Manque de logements?

Mme Wismer croit que la pénurie de travailleurs de cette année est attribuable à un certain nombre de facteurs, dont le manque de logements abordables.

Le maire de DAwson Wayne Potoroka. (Courtoisie de Wayne Potoroka)

Le maire de Dawson, Wayne Potoroka, affirme que la Ville s’efforce de régler les problèmes liés aux logements. Une politique pour encourager les projets immobiliers a notamment été mise en place. Trois nouveaux complexes résidentiels à logements multiples ont été achevés ou sont sur le point de voir le jour.

La Ville envisage aussi apporter des modifications à la politique afin d’offrir des incitatifs aux entreprises qui construisent des logements pour le personnel.

« Nous verrons où cela nous mènera, mais nous sommes conscients que c’est un problème et nous voulons utiliser les outils que nous pouvons pour aider à le régler. »

Un défi pour les employeurs

Mme Wismer estime pour sa part que le logement du personnel peut être un défi pour les employeurs qui doivent aussi assumer le rôle de locateurs et maintenir un sain équilibre entre le travail et la vie personnelle.

« Cela devient trop stressant », dit-elle.

Elle ajoute que les nouvelles mesures d’adaptation n’ont pas encore permis de remédier à la pénurie de main-d’oeuvre.

Elle aimerait que le gouvernement territorial ou fédéral, le conseil municipal et la chambre de commerce s’entendent sur une solution.

« Si ces trois parties s’unissaient et construisaient un immeuble dans cette ville avec des chambres à coucher simples, un loyer bon marché, ce serait une incitation pour les gens à venir ici. »

D’après les informations d’Emily Blake et d’Anaïs Elboujdaini

Share
Radio-Canada

Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s'ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *