Alaska: montaison prometteuse de saumons quinnat sur le fleuve Yukon cette année

Share
Une caméra sous-marine a capté des saumons quinnat qui nagent dans le fleuve Yukon près de Whitehorse, dans l’ouest de l’Arctique canadien. (Énergie Yukon)
Les premières données récoltées sur le nombre de saumons quinnat à l’embouchure du fleuve Yukon, en Alaska, indiquent que 95 000 poissons pourraient se rendre jusqu’en territoire canadien, soit deux fois plus que le nombre minimal prévu par l’entente canado-américaine.

Cette espèce, appelée « chinook » en anglais ou « saumon royal », connaît de faibles montaisons depuis des décennies. L’État de l’Alaska impose des restrictions aux pêcheurs locaux pour la pêche de subsistance et la vente des prises accidentelles.

Selon la directrice régionale du département des Pêches et de la Chasse en Alaska, Holly Carroll, la priorité de l’État est d’abord de s’assurer qu’au moins 42 555 saumons traversent la frontière canadienne comme le prescrit l’entente canado-américaine.

Mais cette année, avec près du double de saumon qui devrait traverser la frontière, la confiance des autorités de l’Alaska est telle que l’État permettra à ses pêcheurs de vendre leurs prises accidentelles de saumons.

En se basant sur la moyenne de prises accidentelles au cours des cinq dernières années, Holly Carroll estime que cette mesure permettra la vente d’environ 3700 saumons.

C’est un revenu essentiel pour les pêcheurs de subsidence des villages autochtones de l’Alaska, dit-elle.

« Dans certains villages, la pêche est l’un des seuls emplois disponibles, explique-t-elle. C’est très important pour l’économie locale de ces communautés. »

Le saumon entame sa longue montaison dans le fleuve Yukon à partir de la mer de Béring en Alaska et poursuit sa route à travers le Yukon jusqu’au nord de la Colombie-Britannique, son aire de reproduction. (Sous-comité du saumon du Yukon)
Grogne au Yukon

Si l’augmentation du nombre de ces saumons qui naissent en territoire canadien avant d’aller rejoindre la grande mer en passant par l’Alaska est bien accueillie par les autorités yukonnaises, le nombre de poissons attendus pour la montaison cette année reste toutefois en deçà des nombres historiques.

La possibilité que les Américains vendent les prises accidentelles ne fait pas l’affaire des représentants canadiens, selon Elizabeth Macdonald, la directrice générale du Panel du fleuve Yukon.

« Il y a certainement la perception que l’Alaska vendra ou commercialisera du quinnat alors que les pêcheurs de subsistance du Yukon ou les pêcheurs des Premières Nations ne seront pas en mesure de répondre à leurs besoins, explique-t-elle. Je connais des gens qui sont très mécontents et qui aimeraient voir la vente commerciale prendre fin. »

Selon elle, les Yukonnais comprennent les besoins d’opportunités économiques des communautés isolées de l’Alaska, mais ils préféreraient que ces communautés pêchent plutôt les espèces de saumons qui ne se rendent pas au Canada.

Les prochaines rencontres bilatérales sont prévues en décembre.

Avec des informations de Claudiane Samson et de CBC North

Share
Mario De Ciccio, Radio-Canada

Mario De Ciccio, Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *