Arctique canadien : le Yukon annule des voyages scolaires en raison du coronavirus

Par mesure de précaution, le gouvernement du Yukon annule plusieurs voyages scolaires qui devaient se dérouler à l’étranger. (Claudiane Samson/Radio-Canada)
Le gouvernement du Yukon a mis un frein à plusieurs voyages scolaires internationaux sous la recommandation de la médecin hygiéniste adjointe du territoire, Catherine Elliott, en raison de la menace du coronavirus.

La mesure est en vigueur depuis lundi et relève de la précaution à prendre face à la propagation de la COVID-19. Dans un communiqué de presse, le gouvernement du Yukon déclare que « la santé et la sécurité des élèves, du personnel scolaire et des bénévoles de voyage constituent sa priorité ».

« Pour le moment, cette annulation n’inclut pas les voyages en Alaska. Nous examinons tous les voyages scolaires en Alaska avec la Dre Elliott et nous déterminerons, au cas par cas, s’ils auront lieu ou non. »Gouvernement du Yukon

Trois voyages internationaux sont touchés. Les élèves de l’école secondaire F. H. Collins auraient dû se rendre au Costa Rica du 23 mars au 4 avril. Un voyage en Allemagne, en Pologne et en Hongrie était planifié du 10 au 19 avril pour plusieurs élèves de la même école, mais également des établissements Porter Creek et Robert Service. Le troisième voyage concernait le Japon du 4 au 13 mai pour les élèves de l’École Porter Creek. Au total, ce sont 65 élèves qui voient leur expérience scolaire à l’étranger annulée.

Par contre, les autorités gouvernementales fourniront une mise à jour directement aux écoles qui ont prévu des voyages en Alaska. Par ailleurs, la déclaration gouvernementale souligne les efforts engagés dans l’organisation de tels voyages.

« C’est une décision difficile. Nous comprenons les inconvénients que les annulations de voyage peuvent causer. »Gouvernement du Yukon

Le porte-parole du gouvernement du Yukon, Kyle Nightingale, a, dans une déclaration écrite, précisé que le gouvernement a suivi les recommandations de la médecin hygiéniste adjointe du territoire et que les écoles ont été informée lundi. Bien entendu, cette recommandation fait suite aux préoccupations concernant la propagation de la COVID-19 et constitue une mesure de précaution pour protéger la santé et la sécurité des élèves, du personnel scolaire et des bénévoles du voyage.

Les voyages prévus à l’intérieur du Canada ne sont pas concernés par cette mesure. Le gouvernement conseille aux parents et tuteurs d’élèves de se renseigner auprès des écoles pour les mises à jour étant donné que la situation évolue rapidement.

L’opposition remet en doute la stratégie

L’opposition officielle du Yukon affirme que le gouvernement ne semble pas prendre la menace du nouveau coronavirus au sérieux, tandis que le gouvernement affirme qu’il a tout maîtrisé.

« Dire que vous avez un plan et en avoir un sont deux choses différentes », a déclaré, lundi, le député du Parti du Yukon, Scott Kent. Le député de Copperbelt Sud estime que le secteur du tourisme du Yukon souffrirait cet été si les gens annulaient les croisières. Le territoire voit généralement un flux constant de visiteurs des croisières en Alaska.

Le député Scott Kent n’est pas satisfait par le plan de préparation du gouvernement yukonnais quant aux impacts économiques de la COVID-19. (Chris Windeyer/Radio-Canada/CBC)
« Cela va faire mal à l’industrie du tourisme et je ne pense pas que le ministre [du tourisme] ou le premier ministre ou l’un de ses collègues prennent cela au sérieux. »Scott Kent, député du Parti du Yukon

Scott Kent dit faire davantage confiance aux responsables de la santé du Yukon, qui ont déclaré à plusieurs reprises que le risque d’une éclosion dans le territoire était faible. En effet, aucun cas de la COVID-19 n’a été signalé au Yukon jusqu’à présent, bien que le premier ministre Sandy Silver ait déclaré que toute personne testée pour la grippe serait désormais aussi testée pour le nouveau coronavirus.

Le Parti du Yukon a présenté une motion à l’Assemblée législative pour créer un comité multipartite chargé d’étudier les répercussions économiques de COVID-19, mais les députés du gouvernement l’ont rejeté. La chef du NPD, Kate White, a qualifié ce revers d’« occasion manquée ».

Le premier ministre du Yukon, Sandy Silver, estime qu’il ne faut pas s’alarmer étant donné que le territoire ne compte aucun cas lié au coronavirus. (Chris Windeyer/Radio-Canada/CBC)

Le premier ministre, Sandy Silver, affirme que le Yukon ne se trouve pas dans une position où il doit s’inquiéter de ce virus respiratoire. Il parle d’une « cible mouvante » et que la situation peut changer à tout moment.

« Le réalisme devrait prévaloir et nous ne devrions pas tomber dans l’alarmisme. »Sandy Silver, premier ministre du Yukon

Néanmoins, « nous devons nous assurer d’être préparés », a-t-il déclaré.

Noémie Moukanda, Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.