Doit-on nommer les petites collectivités du nord-ouest canadien atteintes par la COVID-19?

Louis Balsillie est le chef de la Première Nation de Deninu K’ue dans les Territoires du Nord-Ouest. (Louis Balsillie)
Le chef de la Première Nation Deninu K’ue, Louis Balsillie, et le maire de Fort Resolution, Patrick Simon, dans les Territoires du Nord-Ouest, remettent en question la politique des autorités sanitaires du territoire de ne pas divulguer le nom d’une petite collectivité où un cas de la COVID-19 est confirmé.

Dans deux lettres séparées, l’une de la Première Nation et l’autre de la Municipalité, les deux dirigeants implorent la première ministre et la médecin hygiéniste en chef de revoir cet aspect de leur politique sanitaire.

Un premier cas a été confirmé dans une petite collectivité du territoire jeudi soir. Le gouvernement n’a pas nommé la collectivité, mais il aura fallu moins de 24 heures pour que le nom de Fort Resolution soit confirmé par ses différents chefs sur les réseaux sociaux.

Dans sa lettre, le chef Louis Balsillie estime que les dirigeants de la collectivité doivent être mis au courant d’un cas chez eux afin de pouvoir prendre les mesures nécessaires pour protéger les habitants, mais aussi pour qu’ils puissent aider le gouvernement territorial dans son travail.

« Vos raisons humanitaires de ne pas informer les communautés vont mener à la mort de nos aînés, affirme-t-il dans une lettre adressée à la médecin hygiéniste en chef, Kami Kandola. Ce n’est pas humanitaire. »

Une question de confidentialité

Depuis le début de la pandémie, la Dre Kandola et le gouvernement ont été clairs : si un cas de COVID-19 est confirmé dans l’une des 29 petites collectivités du territoire, le nom de cette communauté ne sera pas rendu public, pour protéger la vie privée du patient.

Dre Kami Kandola est l’administratrice en chef de la santé publique des T.N.-O. (Kate Kyle/CBC)

Seules les quatre plus grandes municipalités des T.N.-O., soit Yellowknife, Hay River, Fort Smith et Inuvik, seront nommées, puisqu’il est plus facile d’assurer la confidentialité des malades dans ces centres plus grands, selon le gouvernement.

Cette politique a été défendue en conférence de presse, samedi, par la première ministre et les autorités de la santé publique.

« Je comprends votre inquiétude et je la respecte, avait déclaré la première ministre, Caroline Cochrane. [Cependant] savoir quelle communauté est touchée par la COVID-19 ne peut pas mieux vous protéger. Ce qui vous protégera, c’est de respecter les ordres de la médecin hygiéniste en chef. »

L’importance d’être informé

Le chef Louis Balsillie croit que, s’il avait été contacté par l’administration de la santé publique, il aurait pu l’informer que l’individu atteint de la COVID-19 était entré en contact avec un membre de la collectivité avant de présenter des symptômes, ce qui est contraire à ce qu’a affirmé la médecin hygiéniste en chef, dit-il.

Le chef estime aussi que de savoir qu’il y a un cas dans la collectivité forcerait les gens à mieux suivre les directives d’isolement social.

Dans sa lettre adressée à la première ministre Caroline Cochrane, le maire de Fort Resolution, Patrick Simon, dit pour sa part avoir accepté la directive du gouvernement.

Toutefois, maintenant que l’identité de sa communauté est du domaine public, il aimerait que le gouvernement réponde aux inquiétudes de son conseil municipal et de ses habitants.

Selon lui, s’il y a un cas dans une collectivité, un protocole devrait être mis en place pour informer les dirigeants de cette dernière.

Radio-Canada

Radio-Canada

Pour d’autres nouvelles sur le Canada, visitez le site de Radio-Canada.

Vous avez remarqué une erreur ou une faute ? Cliquez ici !

Laisser un commentaire

Note: En nous soumettant vos commentaires, vous reconnaissez que Radio Canada International a le droit de les reproduire et de les diffuser, en tout ou en partie et de quelque manière que ce soit. Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette.
Nétiquette »

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *